Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Politiques culturelles

Culture : la subvention n’est pas le seul et unique mode d’intervention

Publié le 18/07/2022 • Par Hélène Girard • dans : Actu experts finances, Actualité Culture, Dossiers d'actualité, France

low angle view of happy aerial acrobat in costume holding umbrel
LIGHTFIELD STUDIOS - stock.adobe
Au coeur de l'été, l'inquiétude monte dans les associations culturelles : les collectivités reconduiront-elles leur soutien financier ? Suffisamment pour faire face à l'inflation ? Hors des subventions point de salut, s'alarment certains. Pourtant, l'expérience montre que collectivités et acteurs culturels peuvent s'accorder sur d'autres types d'aide complémentaires.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Après la crise sanitaire de 2020-2022, le monde de la culture est encore loin d’avoir retrouvé son état « d’avant-Covid », déjà marqué par une fragilité chronique. Associations de pratiques artistiques, compagnies dramatiques, groupes musicaux, collectifs d’artistes et autres acteurs locaux rêvent tous, plus que jamais, de subventions substantielles. L’annonce d’une reconduction des aides antérieures leur ferait déjà pousser un ouf de soulagement. Est-ce pour autant la seule et unique demande à adresser aux collectivités ? Ces dernières n’ont-elles pas d’autres formes de soutien à proposer ?

Ces aides alternatives n’ont évidemment pas vocation à prendre la place du subventionnement, défini par le règlement d’intervention de la collectivité. Mais « au-delà de leurs contributions financières, les collectivités peuvent nous aider en nous donnant accès à des espaces physiques ou publics pour des événements musicaux. Leur politique en matière de soutien aux pratiques en amateur est aussi déterminante pour le développement de notre secteur », expliquait par exemple à « La Gazette » Laurent Decès, président du Syndicat des musiques actuelles, lors du congrès de l’organisation, à l’automne dernier.

Les petites communes ont une longueur d’avance

En ne pensant que « subventions », les collectivités et leurs partenaires culturels laissent en friche tout un pan d’actions possibles, qui peuvent s’avérer déterminantes par leur effet levier : ici, la mise à disposition d’un local, là un apport de compétences sur des fonctions support (communication, montage de dossiers…), ailleurs une commande d’interventions dans le cadre de l’animation du territoire ou d’un projet d’éducation artistique et culturelle… Autant de réponses à définir au cas par cas, au regard des besoins des acteurs locaux et du territoire.

Nécessité faisant loi, beaucoup de petites villes et communes rurales ont pris une longueur d’avance. Malgré des capacités de subventionnement limitées, elles sont nombreuses à ne pas se résoudre à faire une croix sur le développement culturel. Elles explorent donc des voies différentes (ou en complément) de la sacro-sainte subvention.

Soutien des collectivités aux acteurs culturels : un sujet « brûlant »

Au cours des prochains mois, le soutien à la culture s’annonce comme une préoccupation aiguë, au vu du contexte socioéconomique : dégel du point d’indice, relèvement du Smic, hausse du prix des carburants, inflation généralisée, économies de 10 milliards ­d’euros envisagées pour les collectivités par ­Emmanuel Macron… laissent présager des budgets sous pression.

Comme à chaque fois, la culture, compétence facultative, risque d’être très exposée aux coupes budgétaires. « Le sujet va devenir brûlant », résume Christophe ­Bennet, président de la Fédération nationale des associations de directeurs des affaires culturelles.

Les communes, premier soutien des associations culturelles

350 000 : c’est le nombre d’associations culturelles, qui maillent le pays. Un peu moins de 10 % d’entre elles emploient des salariés et plus de 80 % sont subventionnées par des communes.
(Source : Opale, données 2018)

Références

Cet article fait partie du Dossier

Au-delà des subventions, comment soutenir les acteurs culturels ?

1 Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Culture : la subvention n’est pas le seul et unique mode d’intervention

Votre e-mail ne sera pas publié

HERMES

19/07/2022 10h00

Un ancien Président de la République a dit: quand il ne reste rien, il ne reste que la culture.

Notamment au sein des territoires ruraux, lieux où les revenus sont plus faibles que dans les grandes métropoles (forte densité de personnes âgées aux revenus souvent très modestes), les évènements et associations culturelles ou celles à but sportif ou de partage, sont les seuls liens pour apporter des relations sociales. Or on sait que sans relations sociales les personnes âgées perdent leur autonomie plus rapidement et se retrouvent plus rapidement dans des maisons de retraite dont le prix est souvent excessif pour ces personnes mais aussi pour leurs familles.

Ainsi, les associations ont non seulement un rôle social mais aussi économiques. Afin de pouvoir accueillir toutes ces personnes (ceux qui est aussi l’un des objectifs de la loi de 1901), les associations doivent pratiquer des tarifs bien inférieurs à ceux du privé… ce qui entraine un déficit qui ne peut être compensé que par des subventions.

Donc s’il est vrai que les collectivités disposent d’autres moyens, par exemple en mettant gracieusement à disposition des locaux, rien ne peut se faire sans le nerf de la guerre: l’argent!

N’oublions pas enfin que très souvent les associations ont besoin d’un personnel qualifié pour mener à bien leurs activités. Il s’agit là d’un soutien à l’économie en favorisant le retour à l’emploi, donc en mettant fin à une certaine précarité.

En cette période où la tendance est de réduire les subventions (l’association dont je suis le président depuis peu a vu ses subventions se réduire en peau de chagrin de plus de 12.000 € à 4.300 € en douze ans – cela a pour conséquence une réduction des activités au détriment de tous). Nous avons au sein de notre association une dame de plus de 92 ans! et elle attend chaque semaine avec impatience de participer aux activités de peinture sur soie.
On peut continuer sur cette voie (réduction des subventions) mais ce sera la fin de nombreuses activités de partage et de soutien pour de nombreuses associations.

Commenter
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement