Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Salaires

Salaires : le dégel du point d’indice suffira-t-il à absorber le choc de l’inflation ?

Publié le 27/06/2022 • Par Jérémy Fichaux • dans : A la une, A la une emploi, A la Une RH, Actu Emploi, France, Toute l'actu RH

Ice cube Euro
arahan - stock.adobe.com
Promis pendant la campagne, le dégel du point d'indice doit être annoncé le 28 juin, alors que l'inflation s'envole. Attendue depuis 2017 par les trois versants de la fonction publique, cette hausse de salaire sera-t-elle suffisante pour améliorer le pouvoir d'achat des fonctionnaires ? Analyse des effets des revalorisations passées.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Il aura fallu attendre un quinquennat avant que cette annonce ne soit faite ! Mardi 28 juin, Stanislas Guerini, ministre de la Transformation et de la Fonction publiques, a prévu de rencontrer les syndicats et représentants des employeurs de la fonction publique à l’occasion d’une conférence salariale. Les discussions devraient porter sur le bilan des mesures salariales, l’attractivité des métiers de la fonction publique et le dégel du point d’indice, promis par Emmanuel Macron au début de sa campagne électorale. Une décision qui devrait concerner près de 5,7 millions de fonctionnaires. 

« Nous n’avons jamais connu une inflation aussi forte depuis 1991 », avait justifié l’ex-ministre Amélie de Montchalin le 13 mars, alors ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Cet article est en relation avec le dossier

Thèmes abordés

3 Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Salaires : le dégel du point d’indice suffira-t-il à absorber le choc de l’inflation ?

Votre e-mail ne sera pas publié

HERMES

28/06/2022 09h23

Un bel article qui encore une fois mélange les torchons et les serviettes!

Bien sûr que les salaires de la FPT sont plus faibles que ceux de la FPE. la raison en est simple: il y a plus d’agents de catégories C dans la FPT et plus de A dans la FPE (notamment avec les professeurs).

Pour ma part, je n’attends rien de cette augmentation: elle sera très loin de compenser la perte de pouvoir d’achat. Sinon, comment expliquer que le Président de la République et son Gouvernement n’ont pas donné le taux d’évolution avant les législatives?
Ce qui est drôle et paradoxal c’est que les élus invitent les « patrons » à augmenter autant qu’ils le peuvent les salariés et en même temps depuis plus de trente ans, l’évolution du point d’indice reste toujours très inférieure à l’inflation!
En un mot, les salaires, comme dans le privé restent les facteurs essentiels dans la réduction des charges… et si le Gouvernement s’en charge, c’est un peu avec l’accord des représentants des élus territoriaux. Au cours de ces dernières semaines n’avons-nous pas entendu ces derniers dire que sans l’aide de l’Etat, ils ne pourront pas supporter cette augmentation des salaires!

Pourtant, ces mêmes élus n’ont aucune difficulté pour augmenter les taux des taxes foncières alors que l’évolution des bases suit déjà l’inflation. Comment feront les fonctionnaires pour payer ces taxes qui explosent depuis plus de vingt ans?
Ceux qui ne lèvent pas l’impôt, dont les Départements, demandent pour leur part à l’Etat de permettre d’augmenter les taux des DMTO… alors que les taux d’intérêts augmentent!

Pour faire simple, chacun pour soi et tout ira bien. Au fait, messieurs et mesdames les élus, avez-vous remarqué l’explosion du nombre des élus dits (sauf erreur de ma part) d’extrême droite et d’extrême gauche?
Avez-vous remarqué ce qu’ils proposaient: augmenter le pouvoir d’achat des 90% de la population la moins favorisée.

Qui sait ce qu’il adviendra au prochaines élections présidentielles et législatives!

Aurcads

28/06/2022 02h18

Très bien, mais pourquoi ne pas évoquer les hausses de cotisations obligatoires, bien visibles sur la fiche de paye, mais jamais compensées par une augmentation du point correspondante, et qui ont accentué le décrochage salarial de ces 10-15 dernières années ?

Ainsi, c’est 3,5% de hausse de la cotisation CNRACL qui sont intervenus entre 2010 et 2020, pile le niveau de la « revalorisation » d’aujourd’hui…qui n’en est donc pas vraiment une !

Une fois l’inflation déduite, et une fois intégré que cette hausse ne concerne que le traitement indiciaire (soit +2.5 à +3% réels sur la fiche de paye, en moyenne), il est assez évident que sans augmentation du régime indemnitaire ou avancement d’échelon, les agents publics s’appauvriront assez nettement alors que nous aurons probablement 6% d’inflation en septembre, en rythme annuel.

GROUCHO

29/06/2022 10h08

Félicitations « Aurcads » pour cette analyse à laquelle j’adhère. J’irai même un peu plus loin en prenant le cas d’une personne entrée dans la FPT au début des années 1980 qui a comparé son salaire de l’époque avec ce qu’il perçoit aujourd’hui.
Grâce au GVT qui a permis de multiplier le salaire indiciaire d’un coefficient supérieur à 2,5; ce qui est loin d’être le cas des primes, au final si on tient compte de l’inflation, mon pouvoir d’achat a augmenté d’un peu plus de 10%, … avant les dernières évolutions de l’inflation!

Certains vont trouver cela exceptionnel. Pour ma part je trouve que cette progression n’a aucun sens: on parle toujours d’amélioration du pouvoir d’achat pour développer l’activité, les investissements…
Mais étant propriétaire de ma résidence, si je compare avec l’évolution de la taxe foncière au cours de la même période, le coefficient multiplicateur est supérieur à 5???

De qui se moque-t-on?

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement