Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Éducation et vie scolaire

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Éducation et vie scolaire

Transition écologique

Des collèges moins énergivores grâce aux marchés de performance

Publié le 30/06/2022 • Par Alexandra Caccivio • dans : A la Une Education et Vie scolaire, Actu expert Education et Vie scolaire, actus experts technique, Innovations et Territoires, Régions

TRAVAUX CPE COLLEGE
CD92/STEPHANIE GUTIERREZ-ORTEGA
La loi « Elan » a fixé en 2018 des objectifs très ambitieux de réduction, d’ici à 2050, des consommations d’énergie finale dans les bâtiments tertiaires. Le conseil départemental des Hauts-de-Seine a ciblé prioritairement ses établissements scolaires qui consomment le plus d’énergie. La collectivité s’est appuyée sur des contrats de performance énergétique, puis sur des marchés publics globaux de performance, avec des engagements de baisse.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

[Hauts-de-Seine 1,62 million d’hab.] A raison de 170 kilowattheures par mètre carré, la consommation énergétique des collèges, dans les Hauts-de-Seine, s’avérait supérieure de 15 % à la moyenne nationale. Principal poste de consommation : le chauffage, qui pèse pour la moitié de l’addition, de l’ordre, au total, de 6,5 millions d’euros par an.

En 2012, « nous avons passé l’un des premiers marchés publics de performance énergétique » en France « pour six de nos collèges », explique Pol Creignou, directeur général adjoint chargé de l’éducation, des sports et de la construction au conseil départemental. Ce marché de près de 11 millions d’euros a été conclu, à l’époque, pour sept ans avec le groupement ­Johnson Controls et Idex. Il englobait la conception, la réalisation, l’exploitation et la maintenance. Dans ce cadre, le département a financé les investissements préconisés par le titulaire du marché qui, de son côté, garantissait une réduction des consommations de 33 %. Le dispositif, assorti de ­pénalités si les objectifs n’étaient pas atteints, a fait ses preuves avec « une baisse jusqu’à 51 % dans l’un des établissements ».

En 2019, fort de ce bilan et pour répondre aux impératifs de réduction des consommations d’énergie des bâtiments tertiaires contenus dans la loi « Elan » de 2018, le conseil départemental a décidé de généraliser la démarche à l’ensemble des établissements. Objectif fixé : réduire de 28 % la consommation annuelle des énergies primaires totales (chauffage, eau chaude sanitaire, électricité…).

Renouvellement du matériel

Soixante-deux collèges bénéficient du marché public global de performance (le MPGP qui, depuis l’ordonnance du 23 juillet 2015, a pris le pas sur le contrat de performance énergétique – CPE). Ce marché a été confié sur douze ans à deux groupements conduits par Dalkia et par Engie « pour leur permettre de répartir la charge de travail, très importante », explique ­Nathalie ­Léandri, vice-­présidente du département, chargée des affaires et des constructions scolaires. Le calendrier est en effet contraint, avec des ­travaux ­programmés entre 2019 et 2022, pour l’essentiel pendant les vacances scolaires.

Ces derniers portent, comme en 2012, sur le renouvellement du matériel – ventilations double flux, chaudières à condensation ou leds pour l’éclairage – et sur la mise en place d’un système de pilotage fin des fonctions de chauffage et de ventilation. D’ailleurs, dix collèges ont été « sortis » du dispositif pour subir des rénovations lourdes (isolation de la toiture et réfection des étanchéités, remplacement des huisseries, pose de chaudières plus performantes…).

Le pilotage des installations par le prestataire est un élément clé. Il s’opère à distance sur la base des données transmises par chaque établissement pour prendre en compte les périodes où les classes ne sont pas occupées. Si un événement inhabituel se produit, le technicien peut intervenir à ­distance pour adapter le niveau de chauffage. Dalkia, avec son Dalkia Smart Building, propose, de plus, un panel de services utiles au quotidien, notamment pour le suivi des incidents et leur géolocalisation.

C’est également l’un des volets des marchés de performance : les opérateurs s’engagent à sensibiliser les usagers des bâtiments aux écogestes et à la sobriété, pour promouvoir des gestes simples qui, comme un pull en hiver, permettent de réduire la température intérieure. « Dès 2012, nous avons souhaité prévoir cette mesure dans le marché, parce que l’implication des occupants est nécessaire pour réduire les consommations », souligne Pol Creignou.

Défi « Cube.s »

Le conseil départemental, de son côté, s’appuie sur le défi « Cube.s » pour inciter les équipes pédagogiques à s’impliquer dans l’éducation au développement durable.

Parmi les limites des CPE, « il faut être clair, les économies réalisées ne permettent pas de financer les travaux, explique Pol ­Creignou. Le conseil départemental investit, pour les deux nouveaux MPGP, 40 millions d’euros dans les travaux. Les économies d’énergie réalisées représentent un peu plus d’un million d’euros par an [sur les prix à fin 2021, ndlr]. Le retour sur investissement est très faible, c’est le problème en France. Pour une collectivité, cela reste intéressant sur le long terme, mais c’est surtout une question de ­responsabilité ».

Contact : Pol Creignou, directeur général adjoint, pcreignou@hauts-de-seine.fr

« Il ne faut pas chercher à isoler tous les bâtiments »

PERRIN-Guillaume_chef adjoint energiefnccr

Guillaume Perrin, chef adjoint au département « énergie » de la Fédération nationale des collectivités concédantes et régies

« Il existe deux grands types de contrats de performance énergétique : les contrats systèmes, qui visent à optimiser les équipements comme les chaudières et les contrats globaux, qui intègrent en plus des travaux d’isolation. Aujourd’hui, clairement, ce sont les contrats systèmes les plus répandus, en premier lieu parce qu’ils coûtent moins cher à tout le monde. Avant de se positionner, il faut faire un diagnostic pour chaque bâtiment, pour prendre en compte la date de construction et les usages.

Il ne faut pas chercher à isoler tous les bâtiments. Pour un gymnase qui n’est utilisé que ponctuellement, par exemple, il n’y a pas d’intérêt à faire de gros travaux d’isolation. Il vaut mieux travailler sur la centrale de traitement de l’air ou sur l’éclairage. »

 

Régions

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Éducation et vie scolaire

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Des collèges moins énergivores grâce aux marchés de performance

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Éducation et vie scolaire

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement