Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Événements

Le service d’ordre assuré par la gendarmerie, ça se paye

Publié le 15/06/2022 • Par Brigitte Menguy • dans : Actu experts prévention sécurité, Actu juridique, Billets juridiques, France

AdobeStock_10339008-Crédit DjiggiBodgi.com
djiggibodgicom-Adobe Stock
Le Conseil d’Etat juge que le service d’ordre assuré par la police ou la gendarmerie lors d’un événement sportif privé doit être remboursé, même en l’absence d’une convention.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

 

Après avoir organisé, en 2016, les épreuves du championnat du monde de moto « Superbike » sur le circuit de Nevers Magny-Cours, l’association Moto club de Nevers et de la Nièvre a reçu une facture émise par les services de la direction générale de la gendarmerie nationale relative au service d’ordre assuré lors de cette manifestation. L’association ayant refusé de la payer, un titre de perception a été émis à son encontre, ainsi qu’une majoration.

Sport, culture…

Malgré une facture de plus en plus salée, l’association refuse de passer à la caisse considérant que l’absence de sa part de signature de la convention, qui lui avait été proposée par le préfet de la Nièvre, fait obstacle à ce que soient mis à sa charge les frais occasionnés par les missions de service d’ordre exécutées par les forces de gendarmerie à l’occasion de cet événement. Une argumentation que l’on pourrait résumer par « pas de contrat signé, pas de blé ! ».

Pour rappel, les règles applicables en la matière figurent au sein de l’article L.211-11 du CSI : doivent être remboursées, par les organisateurs de manifestations sportives, récréatives ou culturelles, certaines dépenses qui ont été supportées par les ­services de police ou de gendarmerie pour mettre en place, dans l’intérêt de ces personnes privées et à l’occasion des manifestations qu’elles organisent, des services d’ordre excédant le champ des obligations incombant à la puissance publique.

Vide législatif

Pour autant, la question posée devant le juge ne semblait pas être tranchée dans la loi : quid du remboursement de ces frais, s’il n’y a pas de convention conclue entre l’Etat et l’organisateur de l’événement s­écurisé ? Pour y répondre, le Conseil d’Etat (1) rappelle que les articles 2 et 4 du décret n° 97-199 du 5 mars 1997 prévoient que, « lorsque l’organisateur d’une manifestation décide d’avoir recours aux forces de police ou de gendarmerie pour assurer un service d’ordre, les modalités d’exé­cution techniques et financières de ce concours sont déterminées par convention ».

Toutefois, précisent les juges du Palais-Royal, ces articles ne font pas obstacle à ce qu’en l’absence d’une convention des prestations de service d’ordre, exécutées selon l’article L.211-11 du CSI, soient mises à la charge de l’organisateur. Avec un tel comblement de vide législatif, le juge contraint donc l’association à passer à la caisse.

Domaines juridiques

Notes

Note 01 (*) CE, 11 mai 2022, req. n° 449370 Retour au texte

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le service d’ordre assuré par la gendarmerie, ça se paye

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement