Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Finances locales

Comment appliquer la redevance sur des volumes d’eau qui ne sont pas distribués en eau potable mais rejetés dans le système de traitement des eaux usées ?

Publié le 14/06/2022 • Par Léna Jabre • dans : Réponses ministérielles, Réponses ministérielles finances

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Réponse du ministère de la Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales : Le déploiement des pratiques de récupération des eaux de pluie a été identifié comme un des objectifs prioritaires du Gouvernement, au cours de la seconde séquence des Assises de l’eau qui s’est tenue en juillet 2019.

Ces démarches citoyennes n’échappent pas pour autant au respect des impératifs de santé publique et d’égalité de traitement consacrés dans la législation en vigueur. Ainsi, le deuxième alinéa de l’article L 2224-9 du code général des collectivités territoriales (CGCT) soumet à déclaration, auprès du maire de la commune concernée, tout dispositif d’utilisation d’eau de pluie à des fins domestiques, à l’intérieur d’un bâtiment alimenté par un réseau, public ou privé, d’eau destinée à la consommation humaine.

Par ailleurs, les informations relatives à cette déclaration sont tenues à disposition du représentant de l’État dans le département et transmises aux agents des services publics d’eau potable et de la collecte des eaux usées.

Des dispositions réglementaires apportent des précisions sur la participation financière des usagers du service public d’assainissement collectif qui s’alimentent en eau à une source qui ne relève pas du service public.

L’article R 2224-19-4 du CGCT précise que, dans cette configuration, la redevance d’assainissement collectif est calculée soit par mesure directe au moyen de dispositifs de comptage posés et entretenus aux frais de l’usager et dont les relevés sont transmis au service d’assainissement dans les conditions fixées par l’organe délibérant de l’autorité compétente, soit sur la base de critères permettant d’évaluer le volume d’eau prélevé définis par la même autorité et prenant en compte notamment la surface de l’habitation et du terrain, le nombre d’habitants, la durée du séjour, dans l’hypothèse d’une absence de dispositifs de comptage ou de défaut de justification de conformité du dispositif avec la réglementation ou encore de carence dans la transmission des relevés.

Ce cadre législatif et réglementaire permet de sauvegarder l’équilibre financier du service public et de prévenir toute rupture d’égalité entre les usagers.

1 Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Comment appliquer la redevance sur des volumes d’eau qui ne sont pas distribués en eau potable mais rejetés dans le système de traitement des eaux usées ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Odin

16/06/2022 10h57

Pourquoi pas aussi calculer le volume de pluie tombée sur un terrain sur 1 an, la proportion de l’eau écoulée dans les caniveaux et ainsi taxer cette eau à traiter ?
Il apparait qu’au dernier forum de Davos le patron d’Alibaba a parlé de calculer l’empreinte carbone d’un humain et pourquoi pas du volume d’air rejeté par chacun des humains? Tout cela pour faire un Crédit Social « vert ».
Et pourquoi pas une redevance sur les rayons du soleil absorbés par les plantes, les êtres vivants etc…
A quand une redevance sur la vie ?
Tout quantifier pour tout taxer !

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement