Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Aide sociale à l'enfance

Protection de l’enfance : comment améliorer le travail avec les familles ?

Publié le 14/06/2022 • Par Rouja Lazarova • dans : A la Une santé social, Actu expert santé social, France

protection-enfance-enfant-UNE
Rostov
L’implication des parents dans la prise en charge de leurs enfants placés à l’aide sociale à l’enfance est encore fragile. La Convention nationale des associations de protection de l'enfant présente, dans son dernier rapport sur le travail avec les familles, dans le cadre d’une mesure d’accueil de l’enfant par la protection de l’enfance, des leviers d’amélioration.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

La CNAPE vient de rendre public son rapport sur le travail avec les familles, dans le cadre d’une mesure d’accueil de l’enfant par la protection de l’enfance. Tout en relevant les insuffisances de ce travail, elle propose des leviers d’amélioration, qui passent nécessairement par la formation des professionnels.

« Nous avons choisi de nous pencher sur le sujet car les professionnels s’interrogent souvent sur la façon de travailler avec les familles, alors que leurs carences sont souvent à l’origine même du placement de l’enfant. Ce travail est perçu comme plus “naturel” dans le cadre des mesures en milieu ouvert. Nous nous sommes donc concentrés sur les situations d’accueil », explique Bérangère Dejean, conseillère technique à la CNAPE et auteure de ce rapport qui repose sur l’expertise des adhérents de la fédération.

Des parents impliqués…

L’implication des parents dans la prise en charge de leurs enfants placés à l’ASE est récente. La loi du 6 juin 1984 relative aux droits des familles dans leurs rapports avec les services chargés de la protection de la famille et de l’enfance aborde expressément le droit des familles. Les droits des usagers sont ensuite confirmés par la loi du 2 janvier 2002 rénovant l’action sociale et médicosociale.

La loi du 5 mars 2007 réformant la protection de l’enfance accorde une grande place aux familles, celle du 14 mars 2016 procède à un rééquilibrage entre les droits des enfants et l’autorité parentale. Selon cette dernière, le PPE doit être élaboré par le conseil départemental « en concertation » avec les parents.

… mais une participation encore modeste

Toutefois, la sollicitation des parents lors de l’élaboration du PPE ou lors des réunions de synthèse n’est pas encore généralisée. « Le PPE reste, dans la plupart des cas, un simple document de renseignements d’ordre administratif, au lieu d’être un support d’échanges avec les familles », constate l’auteure du rapport.

Quant au quotidien de l’enfant, les parents y sont encore trop peu associés, même lorsqu’ils demeurent pleinement titulaires de l’autorité parentale. « Ils pourraient accompagner leur enfant aux rendez-vous médicaux ou lors du premier jour de la rentrée scolaire, ou participer à l’achat du cartable ou de vêtures. Mais ces cas restent minoritaires », affirme Bérangère Dejean.

Son rapport recommande d’inscrire la participation des familles dans le projet d’établissement ou de service.

Les faiblesses du soutien à l’autorité parentale

« Historiquement, le soutien à l’autorité parentale relève des compétences des conseils départementaux. Mais ils se sont désengagés car les référents « ASE » manquent de temps. Certains ont délégué cette compétences aux structures d’accueil, sans forcément formaliser cette délégation, ni l’assortir de moyens adéquats », constate Bérangère Dejean.

Le rapport relève néanmoins quelques bonnes pratiques. En Moselle, le département a délégué la compétence, en élaborant une charte du travail avec les familles. L’ADPEP 34 s’efforce, elle, d’améliorer le soutien aux parents, en organisant notamment des ateliers autour d’une ludothèque et autour de la cuisine.

Des recommandations

Cependant, certains professionnels considèrent les familles avant tout comme défaillantes, ce qui met un frein à l’accompagnement. De leur côté, les parents éprouvent souvent de la méfiance, se sentent disqualifiés et n’osent pas prendre la parole. « Il est possible d’accompagner les familles à condition de bien les accueillir, de les respecter, d’être à l’écoute de leur colère. Ce sont des savoir-faire et des savoir-être qui s’apprennent », estime Bérangère Dejean.

D’où la recommandation de son rapport d’aborder davantage la question de la participation des parents dans la formation initiale des éducateurs spécialisés. Enfin, le PPE pourrait être l’outil par excellence de travail avec les parents, cependant, il est trop inégalement mis en œuvre sur le territoire.

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Protection de l’enfance : comment améliorer le travail avec les familles ?

Votre e-mail ne sera pas publié

AVSEA88

17/06/2022 04h38

Bonjour
Tout d’abord merci beaucoup pour ce travail important qui montre le chemin encore à faire pour réellement considérer les parents si vulnérables soient ils comme des acteurs de l’éducation de leur enfant.
Alors même qu’ils conservent l’autorité parentale et qu’ils ne vivent plus le quotidien de leur enfants, il leur est souvent demandé de faire « comme si  » ils avaient cette connaissance des besoins de leur enfant …raison souvent pour laquelle ils ont sont éloignés (placement).
Pour travailler cette question de leur parentalité durant le placement de leur enfant et de poursuivre cette implication dans notre service de Délégués aux prestations familiales dans le cadre de l’exercice de la mesure MJAGBF nous mettons en place des atelier parents /enfants dans le cadre d’actions collectives parentalité
Lorsque les enfants sont en placement c’est l’occasion pour la famille de solliciter l’accord de l’ASE pour participer avec leur enfant à ces ateliers
Dans ces actions le parent est pleinement acteur
Je voulais vous apporter ce témoignage et reste à votre disposition pour en parler plus en détail si cela peut vous convenir
Ce témoignage est aussi l’occasion de montrer comment la mesure MJAGBF est une action educative en milieu ouvert de soutien à la parentalité…avec comme porte d’entrée la gestion du budget familial et la satisfaction des besoins des enfants dans leur vie quotidienne….
Bien cordialement
Madame SCHEIBEL Laurence Chef de service MJAGBF
Epinal AVSEA 88
Vice présidente CNDPF

Commenter
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement