Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[éditorial] fonction publique

Fonctionnaire loving

Publié le 10/06/2022 • Par Delphine Gerbeau • dans : France, Toute l'actu RH

attractivite-emploi-aimante-une
Andrey Popov - AdobeStock
Si même la Cour des comptes le réclame, c’est que la situation est vraiment grave : dans un rapport publié le 31 mai relatif aux effectifs de l’administration territoriale de l’Etat, les Sages de la rue ­Cambon relèvent que ceux-ci ont fondu de 14 % depuis 2010.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Si même la Cour des comptes le réclame, c’est que la situation est vraiment grave : dans un rapport publié le 31 mai relatif aux effectifs de l’administration territoriale de l’Etat, les Sages de la rue ­Cambon relèvent que ceux-ci ont fondu de 14 % depuis 2010. Une baisse qu’ils qualifient de « pas réaliste » et dont ils réclament l’arrêt. Cette diminution s’est inscrite dans un mouvement lancé à la fin des années 2000, avec la fameuse révision générale des politiques publiques inspirée du new public management.

Déficit de confiance

Déclinée depuis par les gouvernements, quelle que soit leur tendance, la baisse des effectifs a été camouflée sous le terme générique de réforme de l’Etat ou, plus récemment, de transformation publique, avec notamment pour conséquence un déficit de confiance des citoyens dans l’Etat et les services publics. A la fin de son précédent mandat, ­Emmanuel ­Macron a lui-même ­reconnu qu’il fallait y mettre fin, et une lettre de cadrage envoyée aux préfets mi-mai sur les orientations des préfectures pour 2022-2025 appelle à prioriser l’accueil et le lien avec le public.

Aujourd’hui, le « fonctionnaire bashing » montre tous ses effets, avec des ­difficultés croissantes de recrutement dans les trois fonctions publiques – pas que l’hospitalière. Les participants à la table ronde que « La Gazette » a organisée sur le sujet en témoignent, nombre de métiers sont en tension dans la territoriale, et si les conditions salariales en sont l’une des raisons, elles ne sont pas les seules.

Sortir du chiffre

Dans une note publiée le 31 mai par le think tank Terra nova, ­Sébastien ­Soriano, directeur de l’IGN, et ­Vincent ­Feltesse, magistrat à la Cour des comptes et ancien élu de la ­Gironde, remettent en perspective ces trente ans de réforme de l’Etat et appellent à une coupure nette avec la conception de « l’Etat stratège ».

Son « réarmement opérationnel » est nécessaire, jugent-ils, ainsi que des états généraux du service public, à l’heure où il doit s’attaquer aux différentes transitions. Réenchanter le secteur public, redonner du sens aux missions de service public, repenser le mode opératoire de l’Etat… Peu importe la formule, il faut sortir du chiffre pour apporter un nouveau souffle et du contenu à la fonction publique.

Cet article est en relation avec les dossiers

1 Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Fonctionnaire loving

Votre e-mail ne sera pas publié

Yalala

15/06/2022 07h10

État menteur état voleur, avoir donné du temps et des compétences au service public pour avoir en échange un bon coup de pied au fesse….le service public me fait vomir par sa méprise, et il est en train de le payer…..

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement