Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[ENTRETIEN] Social

« L’habitat intercalaire, c’est gagnant-gagnant » – Stéphane Martin

Publié le 16/06/2022 • Par Solange de Fréminville • dans : Actu expert santé social, Innovations et Territoires

Stephane Martin_fondation abbe pierre rennes
FAP
A Rennes, l’habitat intercalaire développé avec des promoteurs privés permet de loger 150 sans-abri. Entretien avec Stéphane Martin, directeur de l’agence Bretagne de la Fondation Abbé-Pierre.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Comment est né le dispositif d’habitat intercalaire ?

Il est né à Rennes, en 2017, quand le grand squat de la Poterie, géré par l’association Un toit c’est un droit, mettait à l’abri des familles avec enfants. Elles étaient déboutées du droit d’asile et n’avaient pas accès à l’hébergement d’urgence, alors qu’elles y ont droit, comme tout sans-abri. Le promoteur privé, propriétaire des lieux, a accepté de signer un commodat qui permettait de légaliser l’occupation, et donc de la prolonger jusqu’en juin, des enfants étant scolarisés.

Nous avons participé, avec la ville de Rennes, au chauffage du site. Par la suite, nous avons convaincu d’autres promoteurs d’engager ce type de partenariats.

En quoi consiste-t-il ?

Le commodat est un acte juridique, devant un notaire, qui permet le prêt à usage d’un bien à une association, gratuitement, pendant une durée limitée, et évite aux promoteurs des risques juridiques et pénaux. L’association s’engage à héberger des personnes à la rue dans la maison qui lui a été prêtée, à deux conditions : organiser une occupation digne et rendre le bâtiment à la date prévue.

  • Une solution de logement temporaire permet aux sans-abri de sortir des squats

La Fondation Abbé-Pierre démarche les promoteurs, les met en relation avec les associations et s’engage à leur côté, avec le soutien de la ville. Nous nous chargeons de la mise aux normes de l’électricité et parfois des aménagements pour réparer un dégât, monter des cloisons ou ajouter une douche. Avec la ville, nous finançons les charges : chauffage, électricité… Nous apportons donc des ­garanties. Une relation de confiance s’est installée avec les promoteurs.

Quel intérêt pour le promoteur ?

Après l’acquisition d’un bien, il y a une période de latence pendant laquelle il attend que d’autres acquisitions dans le voisinage aboutissent ou que les recours soient purgés. S’il veut empêcher un squat, il doit murer le bâtiment et installer de la vidéosurveillance, et s’il doit l’expulser, il faut payer un huissier et un avocat. C’est coûteux.

C’est dans cette période que peut s’organiser l’hébergement intercalaire, pour environ un an, voire quelques années. C’est gagnant-gagnant. Rennes ayant décidé de se reconstruire sur elle-même, ce type de situations est plus fréquent.

Quels moyens mettez-vous en œuvre ?

Nous réalisons un diagnostic de l’habitat qui a été prêté, puis nous engageons les travaux nécessaires. Nous allons voir les voisins pour leur expliquer qu’il ne s’agit pas d’un squat. Des associations se chargent d’organiser l’hébergement, l’accès aux soins et à des cours de français, la scolarisation des enfants, etc.

Les familles sont logées, elles peuvent enfin souffler et s’engager dans un parcours positif. Vannes s’engage également dans la démarche. Poitiers s’y intéresse.

Thèmes abordés

Régions

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« L’habitat intercalaire, c’est gagnant-gagnant » – Stéphane Martin

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement