Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Compétences

La SPA sensibilise policiers et élus à la protection des animaux

Publié le 08/06/2022 • Par Solange de Fréminville • dans : Actu experts prévention sécurité, France, Toute l'actu RH

Un regard de chien malheureux
B. Helgason / Adobestock
A Montpellier, en avril, des élus et des policiers ont été initiés aux problématiques de maltraitance sur les animaux, lors d’un module de 6 heures voué à essaimer dans d'autres villes. La ville a fait appel au pôle "investigations" de la Société protectrice des animaux.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Chiens battus, chats délaissés, chevaux en souffrance… « Il arrive régulièrement que l’on soit ­confronté à des cas de maltraitance animale, mais on ne connaît pas la réglementation », relate ­Alex (*), policier municipal à ­Montpellier. Une lacune que la ville a décidé de ­combler en faisant appel au pôle « investigations » de la Société protectrice des animaux (SPA).

Celui-ci a proposé une sensibilisation, en six heures, suivie par des policiers municipaux montpelliérains, rejoints par des collègues de ­Strasbourg, ainsi que quelques membres de la police nationale basés à ­Montpellier, et des élus de plusieurs villes (­Grenoble, Lyon, ­Bordeaux, ­Dijon, ­Douai, ­Chambéry, entre autres), du 27 au 29 avril. Jusque-là, « nous n’avions que des ­connaissances ­sur les chiens catégorisés [des races au gabarit ­particulier, à l’instar des pitbulls] et les chiens mordeurs », explique ­Méghane (*), policière municipale montpelliéraine.

Près de 200 infractions

Or, la sensibilité au vivant est plus grande aujourd’hui, et la loi du 30 novembre 2021 sur la protection animale a renforcé la capacité d’action des forces de l’ordre, dans une période où les ventes illégales d’animaux sont si lucratives et peu sanctionnées qu’elles sont aux premiers rangs des trafics internationaux. Dans ce contexte, « les policiers municipaux sont des sentinelles sur ces sujets comme sur bien d’autres : ils ont un rôle important à jouer », souligne ­Christelle ­Sollier, responsable du pôle « investigations » de la SPA, qui comprend une cellule antitrafic et un secteur dédié à la maltraitance. La sensibilisation apprend aux agents qu’il existe « 196 infractions liées aux mauvais traitements envers les animaux », indique-t-elle.

Encore faut-il les caractériser, en référence à cinq besoins fondamentaux, qui vont de la nourriture à un environnement sain et protecteur, en passant par l’absence de peur et de douleur, ainsi qu’aux certificats obligatoires d’identification de l’animal et de son propriétaire, de déclaration d’un élevage et du respect de ses règles, etc.

Des amendes forfaitaires

Une fois le relevé effectué, il est dans plusieurs cas possible d’appliquer au contrevenant une amende forfaitaire, de quelques dizaines ou ­centaines d’euros. Pour les infractions les plus graves, le ­policier ­municipal peut dresser un rapport de constatation qu’il remet à la police nationale. « Si le parquet autorise le retrait des animaux, ceux-ci peuvent être remis à une association de protection des animaux », précise-t-elle.

Il est prévu que cette première action de sensibilisation gratuite se tienne à ­partir de ce mois-ci dans d’autres villes (Lyon, ­Nice et Metz). La formation initiale des officiers de la police nationale et des gardiens de la paix inclut aussi, depuis peu, ce module. La documentation fournie dans ce cadre est accessible sur la plateforme ­d’­e-formation des ­gendarmes.

(*) L’anonymat a été demandé.

Contact : Christelle Sollier, responsable du pôle « investigations » de la SPA, poleinvestigations@la-spa.fr

« Il est prévu de constituer un réseau de référents pour qu’ils s’entraident »

Eddine Ariztegui, adjoint au maire de Montpellier (3 700 agents, 290 100 hab.), délégué au bien-être animal

« L’objectif est de sensibiliser les policiers municipaux aux interventions sur des situations de maltraitance animale. Ils apprennent la réglementation en la matière, mais aussi à caractériser différents cas, en distinguant les prérogatives de chacun : la police municipale ou nationale, ou la direction départementale de la protection des populations. Les formateurs, qui travaillent à la cellule antitrafic de la SPA, interviennent avec la responsable du pôle “investigations” de la SPA, basée à Paris. Cela permet d’apporter des données juridiques et d’illustrer par des cas concrets.

Des élus de plusieurs villes, délégués à la condition animale, sont aussi venus se former, parce qu’ils sont sollicités sur ces questions. Il est prévu de constituer un réseau de policiers référents pour qu’ils s’entraident sur les cas complexes en s’appuyant sur le pôle “investigations” de la SPA et de diffuser la documentation utilisée pour la formation, y compris aux communes sans police municipale. »

Régions

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La SPA sensibilise policiers et élus à la protection des animaux

Votre e-mail ne sera pas publié

Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement