Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[Editorial]

Bonnet blanc…

Publié le 03/06/2022 • Par Delphine Gerbeau • dans : France

14327910926_08f869bb45_k
Flick cc by jacinta lluch valero
Sous l'ère Macron II, la nomination des ministres chargés de la sphère écologique et la composition de leur cabinet semblent autant de copier-coller de la précédente mandature. Le changement de braquet promis par le Président sera-t-il un vœu pieux ou sera-t-il bien visible ? L'avenir nous le dira.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

« La politique que je mènerai dans les cinq années à venir sera écologique ou ne sera pas  », proclamait ­Emmanuel ­Macron, le 16 avril, lors de l’un de ses meetings de campagne de l’entre-deux-tours, dans les jardins du ­Pharo à Marseille, évoquant le « combat du siècle ». A cette occasion, il sortait du chapeau une nouvelle architecture gouvernementale censée donner un coup d’accélérateur à la transition écologique.

« Sobriété politique » ­

Elisabeth ­Borne a ainsi été nommée Première ministre chargée de la planification écologique. Elle est ­accompagnée d’un secrétaire général chargé de la même mission, ­Antoine ­Pellion, et des ministres ­Amélie de ­Montchalin, chargée de la Transition écologique et de la cohésion des territoires, et Agnès ­Pannier-Runacher, chargée de la Transition énergétique.

La stratégie est étonnante : nommer des ministres et un haut fonctionnaire déjà présents dans la précédente équipe gouvernementale pour incarner le changement de braquet. On pourrait parler de « sobriété politique », pour employer le nouveau terme à la mode, le Président ayant préféré s’entourer d’une équipe de fidèles soldats plutôt que choisir des personnalités marquées politiquement, plus flamboyantes mais moins maîtrisables.

Interchangeables

Le copier-coller se prolonge dans la compo­sition des cabinets des ministres, qui n’est certes pas encore intégralement connue : ­Elisabeth ­Borne a ­reconduit à ­Matignon les conseillers du pôle « écologie, ­agriculture, énergie, logement, transport » présents sous l’ère ­Castex, aux côtés d’­Antoine ­Pellion, qui était, lui aussi, déjà chef de ce pôle. ­Amélie de ­Montchalin a repris au ministère de la Transition écologique le directeur adjoint de cabinet de son précédent ministère de la Transformation et de la fonction ­publiques, et Agnès ­Pannier-Runacher a nommé son ex-directrice adjointe de cabinet au secrétariat d’Etat chargé de l’Industrie comme directrice de cabinet.

Ces deux ministres, peu connues pour leurs opinions écologiques, ont eu beau expliquer qu’elles étaient avant tout des techniciennes, et que c’est ce qu’il fallait pour ces portefeuilles ­complexes, on peut se demander si la vision et les convictions politiques n’y sont justement pas aussi essentielles. On jugera sur pièces une fois les élections législatives passées…

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Bonnet blanc…

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement