Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Carburants

Essence : Les régions préfèrent les aides ciblées à la baisse des taxes

Publié le 01/06/2022 • Par Frédéric Ville • dans : A la Une finances, Actu experts finances, France

les carburants
Phovoir
Et si les régions pouvaient baisser le prix de l'essence ? Face à la flambée des coûts des carburants, plusieurs personnalités de la majorité estiment que les régions auraient pu faire davantage d'efforts pour protéger le pouvoir d'achat des Français. Les régions répondent ne pas avoir les marges de manœuvres nécessaires et les finances pour baisser fortement les taxes sur l'essence. Explications.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

« Les régions auraient pu faire comme l’Etat et baisser leur part de TICPE. » Alors que l’Insee vient d’annoncer une accélération de l’inflation à 5,2% sur un an et que le prix de l’essence dépasse les 2 euros du litre, plusieurs voix dans la majorité comme celle du président de la délégation aux collectivités territoriales à l’Assemblée nationale, Jean-René Cazeneuve, se font entendre pour reprocher aux régions de ne pas faire de geste en direction des automobilistes. Celles-ci se défendent en expliquant avoir un faible pouvoir tarifaire.

Une baisse hypothétique de 54 centimes pour un plein de 40 litres de gazole

En effet selon l’association Régions de France, même si la TICPE représente environ 5 milliards d’euros (soit 17,5 % de leurs recettes réelles de fonctionnement) et constitue la seconde ressource des régions après la TVA, cette strate de collectivités ne maîtrise les tarifs que de la part Grenelle, soit 580 millions d’euros. Concrètement, les régions peuvent y renoncer partiellement ou complètement. Mais cette part ne peut aller que jusqu’à 0,73 centimes par litre pour les supercarburants et 1,35 centimes pour le gazole.

Pour l’automobiliste, la part Grenelle ne pèse pas très lourd dans son budget carburant, puisque pour un plein de 40 litres de gazole, c’est 54 centimes, soit un peu plus de 2 euros pour quatre pleins par mois par exemple ; pour un plein de 40 litres de supercarburant, c’est 29 centimes, soit un peu plus d’un euro pour quatre pleins par mois.

La part Grenelle représente par contre un peu plus dans le budget des régions, soit 2 % de leurs recettes en 2021 selon Régions de France. Mais autant la TVA perçue par l’Etat sur les carburants augmente avec le prix de ceux-ci, autant la TICPE n’augmente pas avec celui-ci « Elle n’a même pas retrouvé les niveaux de 2017-2019, les consommations ayant baissé du fait de la crise sanitaire puis économique et du fait de la progression des véhicules électriques », indique-t-on à l’association. La part Grenelle notamment a un prix fixe au litre.

Part Grenelle : seules la Corse et Auvergne-Rhône-Alpes ne sont pas au plafond

Dans les faits, selon Régions de France, toutes les régions sont au maximum, sauf deux : la Corse qui a y a renoncé totalement « pour préserver le pouvoir d’achat des ménages » et Auvergne-Rhône-Alpes qui est à 0,58 centimes pour les supercarburants et à 1,08 centimes pour le gazole. La baisse est de 20 % pour la région depuis 2019 suite à la crise des Gilets jaunes. « Pour de nombreux Français, forcés d’utiliser leurs véhicules chaque jour, l’augmentation du prix de l’essence en 2019 était une réelle difficulté financière. Bien que symbolique, notre baisse visait à inciter l’ensemble des acteurs publics à faire de même. La transition énergétique ne doit pas se faire aux dépens des habitants », justifie Nicolas Daragon, vice-président aux finances de la Région Auvergne-Rhône-Alpes.

Les régions misent sur les aides individuelles et à long terme

Mais les régions sont bien conscientes que dans certains territoires, ruraux notamment, où il n’y a pas de transports en commun, le poids d’un carburant cher peut être un lourd handicap pour les ménages. C’est pour cette raison qu’elles préfèrent mettre en place des aides ciblées vers certains automobilistes. Les régions Grand Est et Hauts-de-France ont mis en place une aide à l’installation d’un kit éthanol. La région Sud a, elle, déployé un chèque transition bioéthanol pour entreprises, associations et personnes physiques.

Aller plus loin et baisser la part Grenelle de TICPE pourraient être contre-productif selon les régions car elle constitue une recette importante pour la transition écologique en matière de transports. « Nos 62 millions d’euros de part Grenelle représentent un tiers de nos investissements annuels dans les transports ou dans les lycées, apprécie Sandrine Derville, vice-présidente aux finances de la Région Nouvelle-Aquitaine. On finance ainsi une partie des 1 milliard d’euros de la rénovation de petites lignes ferroviaires dans les cinq ans à venir, la réouverture de quelques petites lignes, la maintenance des autres, la rénovation du matériel (la moitié des rames TER d’ici 2022 pour 250 millions d’euros) ».

Développer l’alternative à la voiture

La région Grand Est aide à l’acquisition d’un véhicule propre, les Pays de la Loire à celle d’un vélo à assistance électrique, l’Occitanie a initié un écochèque mobilité pour les deux. En Auvergne-Rhône-Alpes, « on veut une écologie positive qui ne se fond ni sur les taxes (ndlr : un peu tout de même puisque la part Grenelle a été seulement réduite), ni sur les interdictions, relate Nicolas Daragon, mais sur l’innovation et le développement de mobilités propres et alternatives, avec 1,6 milliard d’euros pour les transports en 2021, le développement du covoiturage avec la plateforme Mov’Ici, etc ». Plus largement, Sandrine Derville ou Nicolas Daragon par exemple ont bien conscience que pour proposer des alternatives crédibles à la voiture individuelle, il faut travailler sur les tarifs : abonnements TER, cars…, avec des réductions pour différentes catégories d’usagers.

2 Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Essence : Les régions préfèrent les aides ciblées à la baisse des taxes

Votre e-mail ne sera pas publié

François

01/06/2022 08h09

On ne parle de baisser que les taxes et pas de demandes de révision à la baisse à destination des groupes pétroliers qui distribueront encore des milliards de dividendes à leurs actionnaires ?

HERMES

01/06/2022 09h42

Les élus ont toujours de bonnes raisons que la raison ne comprend pas pour se passer la patate chaude!

Il serait peut-être temps d’arrêter ces combats de jeunes coqs pour s’intéresser aux problématiques de la population sous l’angle de l’intérêt général. Or, comme on dit souvent, la somme des intérêts particuliers ne fait pas l’intérêt général.

Ce qui est drôle c’est que chaque strate estime qu’il faut réduire les prélèvements. Certains parlent même de vouloir améliorer le pouvoir d’achat… Mais l’expression NIMBY (Not In My Back Yard) prend alors tout son sens!

Commenter
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement