Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Management

Les missions de propreté chronométrées et réorganisées

Publié le 09/06/2022 • Par Solange de Fréminville • dans : Régions, Toute l'actu RH

rippeur2
Adobestock
Le service de la propreté de la ville de Perpignan est en pleine évolution. Conséquence : les activités des agents sont strictement encadrées.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

[Perpignan (Pyrénées-Orientales) 2 473 agents • 119 300 hab.] Dans le centre-ville de Perpignan, la réorganisation expérimentée depuis novembre chamboule les conditions de travail des agents du service de la propreté.

Tout a commencé par « un nettoyage de fond en comble du centre-ville et l’observation du temps qu’il faut pour que cela se dégrade, ce qui a permis de prévoir la fréquence des interventions et les moyens mécanisés et manuels à mettre en œuvre », explique le nouveau directeur de la propreté, Christian Aliet, qui conduit ces transformations « dans un objectif de performance en fonction des réalités du terrain ». Elles consistent en un cadrage strict de l’activité.

Le travail se déroule selon une journée type : vingt minutes de prise de poste pour se mettre en tenue et récupérer son matériel, suivies de trois heures de travail sur un secteur, puis une pause médiane de vingt minutes, et de nouveau trois heures de travail, et enfin vingt minutes pour se doucher et se rhabiller.

Liste des rues à nettoyer dans la journée

Deuxième changement : les équipes ont été réorganisées par « îlot » (secteur), des circuits ont été tracés et « le temps de nettoyage a été mesuré par tronçon », précise le directeur. « Ce sont les logisticiens [chefs d’équipe, ndlr] qui ont élaboré les circuits et, en prenant balais et arroseuses, ils ont mesuré le temps réel passé à nettoyer chaque tronçon », détaille-t-il.

De ce chronométrage résulte un carnet de bord qui indique à chaque îlotier la liste des rues à nettoyer dans sa journée. Il doit y noter tout ce qui ne relève pas de sa mission : l’herbe qui pousse, les tags, les encombrants, etc., et qui demandera l’intervention d’autres équipes (désherbage, ramassage des feuilles…).

Car la spécialisation des agents est l’autre axe majeur de cette réorganisation. La municipalité a aussi investi dans de ­nouveaux matériels : chariots (pour les balayeurs) et arroseuses mécaniques, qui pourraient être dotés d’une aide informatisée à la conduite, avec GPS (géolocalisation).

« L’idée est de remplacer le carnet de bord par un système visuel et vocal qui guide le parcours, ce qui facilite le travail des saisonniers et des remplaçants, et permet de répondre aux habitants qui nous interpellent à propos du nettoyage », argumente Christian Aliet.

Système visuel et vocal

Cette réorganisation susciterait interrogations et défiance, avance le syndicat SUD CT, qui dit avoir alerté en comité technique dès la mi-décembre. « Nous n’avons eu de premières explications que fin janvier », déplore ­Brigitte ­Payrou-Neveu, secrétaire de SUD CT à la ville de Perpignan.

Selon elle, le manque d’information et de participation des agents à la démarche explique en partie les inquiétudes, par exemple à propos de « l’utilisation du GPS sur les chariots, qui devrait être déclarée à la Commission nationale de l’informatique et des libertés » ou de « la chasse aux temps improductifs ».

Mais, questionne aussi la secrétaire de SUD CT, « en retour de cette réorganisation, quelle est la reconnaissance de la pénibilité du travail des agents de la propreté ? » Les risques professionnels pourraient-ils être accrus par des contraintes nouvelles ou la ­spécialisation des agents ? Ce serait à évaluer.

« Une fois l’expérimentation terminée en centre-ville, la méthode devrait être dupliquée dans les autres quartiers », indique Christian Aliet, conscient des difficultés du métier. Il assure avoir informé les agents et dialogué avec eux.

Une méthode qui peut comporter des dérives

Les conditions météo sont loin d’être les seuls risques auxquels sont exposés les agents du nettoyage des espaces publics. S’ils ont des douleurs plus fréquentes que dans d’autres activités, c’est à cause des contraintes physiques et du travail répétitif, selon une étude de la Dares qui souligne aussi qu’ils souffrent d’un manque d’autonomie et de reconnaissance.

Dans ce contexte, « la définition d’une référence du travail prescrit n’est pas négative en soi, mais c’est son usage qui peut comporter des dérives : c’est parfois utilisé ensuite comme moyen de pointer des écarts entre la référence calculée et le travail réalisé par un agent. Cela tend à gommer les variations existantes et à individualiser le travail, par exemple le calcul du temps pour “faire une chambre“ dans les hôtels », relève Nicolas Fraix, chargé de mission à l’Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail.

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les missions de propreté chronométrées et réorganisées

Votre e-mail ne sera pas publié

Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement