Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Salaires

Les mystères qui entourent le dégel du point d’indice

Publié le 27/05/2022 • Par La Rédaction • dans : A la Une RH, France, Toute l'actu RH

Ice cube Euro
arahan - stock.adobe.com
Le ministre de la Transformation et de la Fonction publiques commence à recevoir les syndicats avant une multilatérale début juin sur le dégel du point d'indice et la revalorisation des grilles indiciaires. Sujet d'une note de l'économiste François Ecalle qui vient de paraître.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

« La revalorisation du point est nécessaire pour toucher les agents qui n’ont pas bénéficié de [mesures] catégorielles, surtout si leur poste est peu attractif, mais on ne sait pas combien et où ils sont », observe François Ecalle dans sa note, parue le 25 mai.  En effet, « les statistiques disponibles ne permettent de connaître les salaires et les taux de sélectivité de l’ensemble des concours qu’en 2019 alors que la situation a manifestement beaucoup évolué depuis lors ».

Aussi suggère-t-il d’établir un état des lieux précis des salaires et de l’attractivité dans la fonction publique à un niveau « suffisamment fin ». Chose que le rapport sur les perspectives salariales dans la fonction publique n’aurait pas su faire.

Vifs débats à venir

Et cela s’explique aisément :  « Cet exercice est difficile puisque les données statistiques manquent mais l’administration, avec ses services d’inspection, ou la Cour des comptes devraient pouvoir fournir des éléments quantitatifs d’appréciation permettant d’éclairer des débats qui pourraient devenir très vifs. »

L’économiste rappelle qu’il y a eu une réforme des grilles salariales de nombreux corps a été engagée en 2016 et terminée en 2021 (le fameux protocole PPCR). Et que la crise sociale de 2018 puis la crise sanitaire ont ensuite conduit les gouvernements successifs à prendre des mesures en faveur des forces de l’ordre, des enseignants, des personnels des hôpitaux et des établissements médico-sociaux (Ségur de la santé) … dont le coût pouvait se compter en milliards d’euros.

Si « certaines des mesures catégorielles étaient sûrement justifiées […] d’autres ont sans doute été prises en fonction du pouvoir de négociation des personnels intéressés, avec des risques d’aggravation des inégalités de traitement au sein de la fonction publique ».

François Ecalle tient à clarifier un aspect : « la revalorisation du point est parfois écartée au motif qu’elle conduit à des augmentations en euros d’autant plus fortes que le salaire est élevé, ce qui serait injuste et inefficace. En fait, elle se traduit par une hausse identique pour tous les agents en pourcentage du salaire et n’a donc pas d’effet sur la distribution des revenus et les inégalités alors que les mesures prises ces dernières années ont eu tendance à favoriser les bas salaires et à comprimer la hiérarchie des rémunérations. »

Vers une décorrélation ?

S’agissant des comparaisons avec le privé, « la réforme en cours de la haute fonction publique, avec notamment la fusion de nombreux corps dans un nouveau corps des administrateurs de l’État, pourrait contribuer à résoudre [le problème d’attractivité] mais les informations manquent pour le vérifier ».

L’économiste insiste sur le fait que « l’attractivité de la fonction publique et l’efficacité des fonctionnaires ne tiennent pas seulement aux salaires mais à un ensemble de facteurs tels que le sens donné à leurs missions ou l’organisation du travail qui peuvent être améliorés à un coût inférieur à celui d’une revalorisation du point ».

François Ecalle note par ailleurs que « les observations qui précèdent reposent sur l’hypothèse du maintien d’une même valeur du point pour l’ensemble des trois fonctions publiques alors que le pouvoir de fixer une valeur du point différente de celle de l’État pourrait être attribué aux collectivités locales ou aux hôpitaux »…

 Salaires des fonctionnaires : comparez, simulez

Appli-salaire-gazette-

Cet article est en relation avec le dossier

4 Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les mystères qui entourent le dégel du point d’indice

Votre e-mail ne sera pas publié

Al

27/05/2022 03h00

La revalorisation du point d’indice n’a pas vocation à réduire les inégalités. Ce n’est pas son rôle. Un fonctionnaire avec un bon salaire devrait subir davantage l’inflation ? On voit les limites de ce raisonnement qui est un nivellement par le bas s’apparentant à une sanction.
C’est quoi une inégalité ? C’est quand il y a un différentiel important entre un grade et son équivalent dans le privé. Comparer des catégories entre elles pour dire qu’un C est moins bien rémunéré qu’un A n’a aucun sens.

GROUCHO

30/05/2022 11h15

Encore une étude, une de plus pour le dégel du point d’indice!

Ma longue expérience me fait dire qu’il ne faut rien attendre de ce dégel. En effet, si on regarde le passé, le Gouvernement a souvent dégelé le point d’indice juste avant une élection et il n’a pas manqué d’en parler longuement… souvent pour peu de chose.
Ainsi, on peut estimer que si le Gouvernement n’avance pas ses points c’est que cette augmentation sera encore plus anecdotique que les autres.

Mais n’ayez crainte, le Gouvernement dans sa clémence a prévu une autre étude et une concertation pour apprécier les raisons du mal être des fonctionnaires et des difficultés de recrutement.
Si vous regardez les derniers concours notamment au sein de l’éducation nationale, il est étonnant de constater que tous les emplois ne seront pas pourvus??? non pas parce qu’il n’y a pas de candidats mais en raison d’une insuffisance de compétences pour intégrer la fonction publique.

On peut enfin se demander pourquoi les collectivités locales ont aussi autant de difficultés pour recruter du personnel pour certaines fonctions… non, certainement pas pour de vulgaires questions de rémunération!
Et si c’était bien le cas?

Aurcads

30/05/2022 11h55

Cette idée de décorrélation entre versants ne peut que laisser perplexe, alors que l’urgence est de stopper le décrochage entre les niveaux des rémunérations et celui des prix…le nouveau gouvernement joue déjà avec le feu, à n’avoir encore rien annoncé de concret, ni de rassurant, aux agents publics depuis le dégel annoncé par Mme De Montchalin mi-mars, il y a deux mois et demi, une éternité dans le contexte actuel !

Une revalorisation du point inférieure à celle des retraites paraît quand même très dangereuse politiquement, dans le contexte actuel à l’hôpital ou à l’école…

Dupé

14/06/2022 10h52

Bonjour,
Il faudrait exiger de l’Etat la révision totale des grilles indiciaires des techniciens et ingénieurs hospitaliers (diplômes + concours) qui subissent l’exercice de plus en plus complexe de leurs missions (hôpitaux regroupés en GHU -refonte et interfaçage des SI : des milliers d’utilisateurs à accompagner, dépanner, déplacement intervilles, régions…)
Le nivellement par le bas des cadres A est un scandale et l’accumulation de primes n’est pas satisfaisant surtout pour les futures retraites ! Pourquoi sommes-nous moins rémunérés que des « prestataires » ou des collègues CDI que nous formons et accompagnons ?
Mobilisons nos syndicats !

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement