Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Transition écologique

Ecologie : « Les collectivités sont confrontées de très près aux communs négatifs »

Publié le 25/05/2022 • Par Laura Fernandez Rodriguez • dans : France

danger risque lanceur d'alerte
©vegefox.com - stock.adobe.com
Alexandre Monnin, coauteur de « Héritage et fermeture, une écologie du démantèlement » et cocréateur de la notion de « redirection écologique », est professeur à l’ESC Clermont Business School. Il revient, pour « La Gazette », sur le concept de « communs négatifs » dont nous allons collectivement hériter et devoir prendre soin, à l’heure de l’anthropocène et des bouleversements environnementaux et climatiques. Une question qui, selon lui, doit être politisée dès à présent et qui concerne de près les collectivités.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Cet article fait partie du dossier

Transition écologique : bye-bye vieux monde

alexandremonninEn quoi les communs « négatifs » sont-ils différents des communs traditionnels ?

L’idée de départ est de repenser l’imaginaire très naturaliste des communs alors qu’il existe d’autres réalités naturelles abîmées, des sols pollués, des rivières qui ne sont plus poissonneuses, des infrastructures en déshérence… Autant de « communs négatifs » dont on va hériter. Qui va s’en occuper, et dans quelles conditions ? Cette question traverse tous les types d’habitats : même si on choisit de « déserter », de quitter la ville pour la campagne, par exemple, ce milieu est en réalité lui aussi très pollué.

Dans les communs traditionnels, il y a une sorte de rapport assez direct entre la communauté et la ressource, le collectif qui en dépend ou qui vit d’elle, comme si tout de suite on était « à la bonne échelle » et que c’est cette communauté qui devait s’en occuper.

Pour les communs négatifs, si on veut « faire commun » avec une réalité problématique il faut souvent élargir la communauté qui y fait face, pour que chacun en prenne la responsabilité. La question devient : comment politiser les communs négatifs pour que la responsabilité ne retombe pas uniquement sur les populations vivant à proximité ?

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Cet article est en relation avec les dossiers

1 Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Ecologie : « Les collectivités sont confrontées de très près aux communs négatifs »

Votre e-mail ne sera pas publié

rétablissonslesfaits

30/05/2022 07h25

Qui va s’occuper des communs négatifs, et dans quelles conditions ? C’est justement l’objet du principe pollueur payeur que de déterminer les personnes qui doivent payer le coût de la transformation de ces communs négatifs en communs positifs

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement