Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Éducation et vie scolaire

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Éducation et vie scolaire

Emploi

Dans les écoles de production, les jeunes répondent aux commandes des entreprises

Publié le 03/06/2022 • Par Clémence Villedieu • dans : Actu expert Education et Vie scolaire, Actu expert santé social, France, Innovations et Territoires

Lemaitre Demeestere - economie
PHOTOPQR/VOIX DU NORD/MAXPPP
Les écoles de production proposent une formation du CAP au bac pro ciblée sur un métier et répondant aux besoins des entreprises du territoire. Les jeunes qui sont en décrochage scolaire ont besoin d’une formation valorisante et d’excellence, ainsi que d’un soutien sur mesure à la citoyenneté. L’animation des écoles est assurée par les entreprises qui passent commande : la production est valorisée et représente 60 % du temps de formation.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

En septembre, une école de production (EDP) en chaudronnerie ­ouvrira ses portes au cœur de la zone industrielle de Montoir-de-Bretagne, commune de Loire-Atlantique de 7 000 habitants située à vingt kilomètres de Saint-Nazaire. « Le projet a été pro­posé à l’occasion de la signature du protocole “territoires industrie” et nous avons saisi l’occasion », indique ­Béatrice ­Priou, vice-présidente chargée de l’emploi, de l’insertion et de l’enseignement supérieur de la communauté d’agglomération de la région nazairienne et de ­l’estuaire (10 communes, 125 900 hab.).

Sur ce territoire industriel, avec deux grands pôles – construction navale et aéronautique –, près de 2 000 salariés travaillent dans la fabrication de pièces métalliques. Selon ­Pierre ­Sallenave, directeur général de l’entreprise CNI - Le sur-mesure métallique et président de la future école de production de l’agglomération nazairienne (Epan), « les difficultés d’embauche imposent de trouver de nouvelles formes de recrutement ».

Les EDP sont attractives car elles allient deux priorités essentielles des territoires : s’atteler aux problématiques d’insertion et répondre aux attentes en matière d’emploi des entreprises. Ces établissements d’enseignement technique privés dispensent des formations qualifiantes du CAP au bac pro. Elles sont séduisantes pour les jeunes, puisque 60 % du temps d’enseignement sont consacrés à la fabrication, dans les murs de l’établissement. Les élèves usinent des pièces à la demande des sociétés dans un atelier équipé comme en entreprise.

Le faire pour apprendre

« Toutes les productions sont valorisées, correspondent à des commandes, sont réalisées selon des délais et doivent respecter des normes de qualité. L’école de production se situe entre la formation à temps plein dans un lycée et un apprentissage en entreprise », ajoute ­Pierre ­Sallenave. Pour l’instant, cinq entreprises se sont engagées à passer commande et leur nombre devrait s’étoffer.

Comme l’EDP de Montoir-de-Bretagne, la future école de production d’usinage de ­Dunkerque (86 300 hab.) fait partie des 34 lauréats (dont seize vont ouvrir à la prochaine rentrée) de l’appel à manifestations d’intérêt lancé en mai 2021 par le ministère chargé de l’Industrie. La première année, la nouvelle structure accueillera douze jeunes encadrés par un maître professionnel. « L’idée est de recevoir 36 jeunes au bout de trois ans », explique ­Fabienne ­Bouchart, chargée de projet et future directrice de l’école.

Chaque étape de la création de l’école sera validée par la Fédération nationale des écoles de production, qui s’assure que la pédagogie est basée sur « le faire pour apprendre ». « A ce stade, mon ­travail consiste à effectuer du sourcing auprès du public, à recruter l’équipe et à engranger des partenariats pour donner une formation permettant d’apprendre un métier mais aussi à développer l’ouverture d’esprit des jeunes », ajoute ­Fabienne ­Bouchart.

Agés de 15 ans, les nouveaux arrivants sont en échec scolaire ; ils vont recevoir une pédagogie individualisée sans notation traditionnelle. « A ­Dunkerque, nous sommes favorables à une orientation choisie ; pour certains jeunes, le système traditionnel d’enseignement n’est pas adapté et nos entreprises ont besoin de main-d’œuvre », complète ­Christine ­Decodts, adjointe au maire, chargée du travail et de l’insertion professionnelle, et présidente de l’association abritant l’école de production de la région dunkerquoise. Sur la zone d’emploi de Dunkerque, 136 entreprises propo­sent au moins un poste requérant des compétences en usinage. Elles portent 727 emplois salariés dans ce domaine (hors intérim), majoritairement dans les zones industrielles de la façade littorale.

Ressources variables

Le financement des futures écoles reste à définir : plusieurs partenaires sont connus par les porteurs de projets, comme ­TotalEnergies Foundation, la Banque des territoires ou la BPI, les régions, l’Etat… Les acteurs de l’insertion comme ceux de l’entreprise sont aussi sur la liste. « Nous prévoyons un budget de 2 millions d’euros sur trois ans avec la montée en puissance du nombre des élèves et des machines à acheter », résume ­Fabienne ­Bouchart. ­Alexis ­Guilmain, directeur de l’Epan et ancien directeur de l’EDP de Besançon, précise que « les formations sont plus ou moins capitalistiques et nécessitent des financements variables ». Les ressources dégagées de la production participeront au budget de fonctionnement.

Selon ­Pierre ­Sallenave, « on ne peut pas parler de concurrence avec nos entreprises car ce sont des petits volumes. Cette production ­pourra nous permettre de nous dégager d’une partie qui ne nous intéresse pas. Et, pour 80 % des jeunes, c’est l’assurance de trouver un emploi pérenne dans les sociétés avec lesquelles ils ont travaillé. Donc tout le monde est gagnant ».

Au-delà du besoin de main-d’œuvre,  une logique de responsabilité sociétale

[CC intercom de la Vire au Noireau (Calvados) 17 communes • 46 900 hab.] Sur le territoire de l’intercom de la Vire au Noireau, la future école de production textile, qui ouvrira en 2023, va former des opérateurs de confection et apporter une nouvelle passerelle avec l’enseignement existant. Le lycée Jean-Mermoz propose un baccalauréat professionnel et un brevet de technicien supérieur (BTS) dans les métiers de la mode. Le territoire compte trois entreprises dans le textile. « Nous sommes au centre d’une zone très riche entre la Manche et l’Orne, allant de la fabrication des tissus à la mode. L’un des industriels qui nous soutient est Linportant, une société de fabrication de tee-shirt en lin. On peut aussi citer Liste rouge, Tricots Saint-James, l’association Normandie Habillement qui regroupe des entreprises de la mode, Filix créative solutions, Bagster et Le Préau », énumère ­Philippe ­Neuville, chargé de mission « développement économique » à la communauté de communes. Si l’idée du projet revient à cette dernière, l’école va être pilotée par les entreprises qui, au-delà du besoin de main-d’œuvre, sont intéressées par le caractère social de leur engagement dans une logique de responsabilité sociétale des entreprises. Dans le cadre de l’appel à manifestations d’intérêt, la Banque des territoires verse 50 000 euros pour le recrutement du chargé de mission. « C’est une première étape donnant droit à de nouveaux financements. L’association qui portera l’école est composée de trois collèges : collectivités, entreprises et acteurs de la formation », conclut ­Philippe ­Neuville.

Contact : service du développement économique, dev.eco@vireaunoireau.fr

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Éducation et vie scolaire

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Dans les écoles de production, les jeunes répondent aux commandes des entreprises

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Éducation et vie scolaire

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement