Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Funéraire

Un logiciel qui localise les sépultures et informe sur leur historique

Publié le 25/05/2022 • Par Frédéric Marais • dans : France, Innovations et Territoires

Le logiciel Logicim est dédié aux cimetières
CC / Logiplace
Un logiciel dédié permet la gestion assistée des emplacements dans un cimetière. Ainsi, la commune cliente peut localiser très facilement chaque tombe. Le tarif de l’abonnement dépend du nombre de concessions.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Diplômé en droit de l’urbanisme, Loïc ­Voluer fonde, en 2007, avec un associé, un cabinet conseil pour aider les collectivités à élaborer leurs ­documents d’urbanisme. C’est alors que le maire d’un village marnais lui demande de réaliser un plan de son cimetière. Un déclic se produit dans l’­esprit du juriste : « Je comprends qu’il faut mettre le juridique au cœur du système. »

Porté par son inspiration, Loïc ­Voluer dessine lui-même l’interface d’un futur logiciel qui associerait une carte mise à jour en temps réel, une base de données actualisée au fil de l’eau et une importante ­documentation sur la complexe réglementation funéraire.

Une prise en main rapide

Fort de la conviction « d’avoir un diamant brut à polir », il décide de quitter sa première société pour créer Logiplace, en 2019. Trois ans plus tard, le pari est réussi. Le dirigeant s’est entouré d’une équipe d’une moyenne d’âge de 23 ans, dont l’effectif va doubler, pour atteindre une quinzaine de personnes. Cette croissance l’oblige à déménager dans un local cinq fois plus grand au sein de la Technopole de l’Aube en ­Champagne, à Rosières-près-Troyes.

Fruit des réflexions de Loïc ­Voluer et du travail d’un développeur informatique, le logiciel ­Logicim se veut le plus intuitif et ergonomique possible. Un simple clic sur un emplacement permet d’accéder au descriptif de la concession. « Notre logiciel répond à une question toute simple : “Qui est où ?” résume le gérant de Logiplace. Pas besoin de former nos clients. Une prise en main d’un quart d’heure suffit. »

Une base alimentée en continu

Derrière cette apparente simplicité se cache une technologie éprouvée. Elle consiste à dresser la carte du cimetière, en combinant la photo aérienne prise par un drone et le plan sur papier dont dispose la mairie. Puis à établir la base de données et à l’alimenter en continu. « La commune peut ainsi connaître le taux d’­occupation du cimetière, l’historique d’une concession et savoir, grâce à une alerte mail, quand celle-ci sera à renouveler », explique-t-il. Le logiciel est truffé de « garde-fous » empêchant d’enclencher des procédures illégales.

Il se décline en une appli mobile avec laquelle on peut prendre une photo de la sépulture. Outre l’offre de base, compre­nant le plan et un contrat de ­services pour l’assistance, la maintenance, les mises à jour et les sauvegardes, Logicim propose trois options : la saisie des archives, leur numérisation et la saisie des épitaphes figurant sur les tombes.

Le tarif de l’abonnement dépend du nombre de concessions. Les fonctionnalités évoluent au gré des remarques des principaux utilisateurs du logiciel que sont les secrétaires de mairie. ­Logiplace se prépare aussi à un saut technologique important : une centaine de communes lui font déjà confiance, sachant que seules 30 % des villes ont informatisé la gestion de leurs cimetières.

Contact : Loïc Voluer, gérant, hello@logiplace.fr

« Un outil facile que j’utilise aussi comme plan »

Hervé Coquet, policier municipal à Beaurainville (2 100 hab., Pas-de-Calais)

« Je suis chargé, avec une collègue, de gérer le funéraire. Or il y a trois cimetières à ­Beaurainville, ­comptant 680 emplacements. N’étant pas originaire de la commune où j’ai pris mon poste en 2018, je ne connaissais ni le nom des défunts, ni l’endroit où ils sont enterrés. C’est pour cette raison que la mairie a souhaité se doter d’un logiciel permettant de repérer facilement les emplacements. Le logiciel me sert une ou deux fois par semaine à l’occasion d’une inhumation, d’une exhumation ou d’une création de tombe, par exemple. C’est un outil facile d’usage, puisqu’il suffit de taper les deux premières lettres du nom pour accéder directement à la concession. Je l’utilise aussi comme plan pour aider les visiteurs à s’orienter dans le cimetière. C’est un gain de temps énorme pour moi. »

Thèmes abordés

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Un logiciel qui localise les sépultures et informe sur leur historique

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement