Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Safe city

Reconnaissance faciale : les sénateurs tracent des lignes rouges

Publié le 12/05/2022 • Par Alexandre Léchenet Mathilde Elie • dans : A la Une prévention-sécurité, Actu experts prévention sécurité, France

reconnaissance-faciale-videosurveillance-smart-city-espace-public
Adobe Stock
Dans un rapport d’information sur l’utilisation de la reconnaissance biométrique dans l’espace public, les sénateurs posent des limites très claires sur l’utilisation de la reconnaissance faciale et préconisent une loi d’expérimentation.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

« Du sur-mesure, très pointu, pour écarter tout risque de surveillance généralisée. » Mercredi 11 mai, la commission des lois du Sénat présentait les conclusions d’un rapport sur l’utilisation de la reconnaissance biométrique dans l’espace public. Ses trois rapporteurs, Marc-Philippe Daubresse (LR, Nord), Arnaud de Belenet (Union centriste, Seine-et-Marne) et Jérôme Durain (Socialiste, écologiste et républicain, Saône-et-Loire) ont insisté sur l’urgence d’encadrer cette « technologie très spécifique », dont l’usage doit rester « subsidiaire » et réservé aux forces de l’ordre.

« Il est temps d’intervenir sur cette question, non pas pour des raisons techniques, mais parce qu’il s’agit d’un sujet éminemment politique », a précisé Marc-Philippe Daubresse avant de rappeler le calendrier précis ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Prévention-Sécurité

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Prévention-Sécurité pendant 30 jours

J’en profite

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste
Prochain Webinaire

Data visualisation, les agents véritables acteurs de la transformation

de Salesforce

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Reconnaissance faciale : les sénateurs tracent des lignes rouges

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement