Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Logement

Arrêté de péril : une commune doit-elle prendre en charge les frais liés au relogement d’un propriétaire occupant ?

Publié le 10/05/2022 • Par Léna Jabre • dans : Réponses ministérielles, Réponses ministérielles finances

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Réponse du ministère de la Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales : Le régime applicable aux arrêtés de péril notifiés avant le 1er janvier 2021 et relatifs aux obligations de relogement est fixé par l’article L. 521-3-2 du code de la construction et de l’habitation (CCH) dans sa version antérieure au 1er janvier 2021 qui dispose que « (…) Lorsqu’un arrêté de péril pris en application de l’article L. 511-1 (…) [est] accompagné d’une interdiction temporaire ou définitive d’habiter et que le propriétaire (…) n’a pas assuré l’hébergement ou le relogement des occupants, le maire (…) prend les dispositions nécessaires pour les héberger ou les reloger. (…) ».

Ainsi, dans le cadre d’un arrêté de péril pris à l’encontre d’un propriétaire occupant et comportant une interdiction définitive d’habiter, les dispositions susmentionnées relatives au relogement d’office par le maire ne trouvent donc pas à s’appliquer.

En effet, le dispositif issu de l’article L. 521-3-2 du CCH ne s’entend que dans l’hypothèse selon laquelle le propriétaire est distinct de l’occupant du logement, faute de quoi le premier ne peut avoir une obligation à l’égard du second.

Ces dispositions n’ont pas été remises en cause par l’ordonnance n° 2020-1144 du 16 septembre 2020 relative à l’harmonisation et à la simplification des polices des immeubles, locaux et installations applicable à l’ensemble des arrêtés notifiés à compter du 1er janvier 2021.

Une commune n’est donc pas dans l’obligation de prendre en charge les frais liés au relogement d’un propriétaire occupant dont le logement a été frappé par un arrêté de police prescrivant une interdiction définitive d’habiter.

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Data visualisation, les agents véritables acteurs de la transformation

de Salesforce

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Arrêté de péril : une commune doit-elle prendre en charge les frais liés au relogement d’un propriétaire occupant ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement