Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Mobilité

Prêtés, des vélos reconditionnés donnent des ailes aux étudiants boursiers

Publié le 23/05/2022 • Par Françoise Sigot • dans : Innovations et Territoires

Lyon
Alexi Tauzin / AdobeStock
Faute de disposer d’un moyen de locomotion, les jeunes sont souvent pénalisés dans leur recherche d’emploi ou de formation. Dans la métropole du Grand Lyon, les étudiants boursiers et les jeunes en insertion peuvent désormais accéder gratuitement au prêt d’un vélo. Les vélos, reconditionnés dans des ateliers d’insertion, sont mis à la disposition des jeunes sur des périodes allant de trois à douze mois.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

[Métropole de Lyon (Rhône) 59 communes 1,41 million d’hab.] Après les vélos rouges flambant neufs, voilà les vélos verts recyclés. Pionnière dans la mise en place d’une offre de vélos en libre service, en 2005, la métropole de Lyon récidive avec ­FreeVélo’v. Depuis le début de l’année, les petits frères verts des Vélo’v rouges sont mis gratuitement à la disposition des étudiants boursiers et des jeunes adultes en insertion âgés de 18 à 25 ans. Prévu pour monter en puissance au gré des demandes et de la disponibilité des bicyclettes, FreeVélo’v devrait regrouper 10 000 d’entre elles d’ici au printemps 2025.

Sans égal en Europe

Le Grand Lyon, soutenu par l’Ademe dans le financement de ce service, entend ainsi faciliter la mobilité des jeunes, souvent bridés dans leurs déplacements par leurs faibles revenus, et encourager la pratique du deux-roues. Il souhaite aussi développer une filière de recyclage de vélos sur son territoire en impulsant sa structuration avec l’implication d’organismes d’insertion. « Un dispositif sans égal en Europe », assure le président de la métropole, ­Bruno ­Bernard.

C’est d’ailleurs en Europe que FreeVélo’v trouve sa source. Précisément, dans plusieurs dizaines de villes du Vieux Continent où la société danoise ­Donkey ­Republic, opératrice de vélos en libre service sans station, gère des bicyclettes robustes, mais moins lourdes et plus facilement maniables que les Vélo’v. Plutôt que de rouiller dans des casses, ces vélos sont collectés par la jeune entreprise lyonnaise Second Cycle, dont la vocation est de réhabiliter des flottes de vélos arrivant en fin d’usage. Ceux-ci sont repeints en vert et dispatchés entre une demi-­douzaine d’ateliers ­d’insertion lyonnais pour être remis à neuf.

« Au total, une dizaine de personnes sont aujourd’hui mobilisées sur la remise en état des FreeVélo’v », indique ­Benoit ­Le Bel, responsable d’Unis Bike, un chantier d’insertion villeurbannais de récupération et réparation de vélos hors d’usage. Ce montage permet de remettre le pied à l’étrier de personnes éloignées de l’emploi. Le Grand Lyon souhaite aussi qu’il constitue un point de départ à la création d’une filière de réparation de vélos associant des acteurs de l’insertion, mais aussi de l’économie classique.

Aucun frein financier

Pour boucler la boucle, la métropole a confié la coordination du dispositif à Vélogik, spécialiste de la gestion et de la maintenance des vélos. « Nous nous chargeons des formalités administratives et de la mise à disposition des vélos », résume ­Vincent ­Baretge, responsable du service FreeVélo’v chez Vélogik, qui assure aussi la promotion du dispositif auprès des universités lyonnaises et des acteurs de l’insertion. « Ce sont des relais indispensables », juge ­Vincent ­Baretge.

Gravés d’un Bicycode et équipés de deux porte-bagages et d’un antivol, les ­FreeVélo’v sont remis aux jeunes par le biais de contrats de trois à douze mois. Lesquels sont renouvelables pour une durée de prêt de deux ans au maximum en continu ou fractionnée. « Nous ne demandons pas de caution, car l’objectif est de n’avoir aucun frein financier à l’usage du vélo », indique ­Christelle ­Famy, cheffe de projet « services vélo » au Grand Lyon.

Partage de la rue

Pour responsabiliser les locataires sur l’entretien de leur machine, un barème de pénalités s’applique en cas de détérioration des engins. « Pour l’instant, les vélos qui nous reviennent sont bien entretenus », souligne ­Vincent ­Baretge. A travers ce dispositif, la collectivité cherche aussi à inciter les jeunes cyclistes à devenir des pratiquants du vélo respectueux des autres usagers de la voirie.

La métropole leur propose donc une sensibilisation au partage de la rue. « Nous distribuons un flyer et prodiguons quelques consignes de bonnes pratiques lors de la remise du vélo. Par ailleurs, nous orientons ceux qui le souhaitent vers des associations spécialistes de la formation à la conduite du vélo avec qui nous avons des partenariats », précise ­Christelle ­Famy.

Les premiers mois de fonctionnement plaident en faveur du dispositif que les jeunes s’approprient à vitesse grand V. Compte tenu de ce démarrage, la métropole annonce qu’elle va élargir, dès les prochains mois, le prêt de ­FreeVélo’v aux bénéficiaires de bourses européennes.

Son président n’exclut pas, dans un second temps, d’ouvrir ce service « aux étudiants non boursiers ». En attendant, c’est un double défi qu’il faut résoudre : l’appro­visionnement en vélos réformés et la pénurie de pièces pour les réparations qui brident le rythme de mise à disposition des FreeVélo’v.

Contact : Christelle Famy, cheffe de projet, « services vélo », cfamy@grandlyon.com

« FreeVélo’v répond à une triple ambition »

Interview du président Bruno Bernard par Karine Portrait

Bruno Bernard, président de la métropole de Lyon

« Le dispositif FreeVélo’v nous permet de répondre à la triple ambition de la mobilité, de l’insertion et de l’économie circulaire. Nous l’avons conçu pour ­offrir à la jeunesse de notre territoire la moins favorisée une possibilité de déplacement gratuite et bonne pour la santé, et afin de participer au développement de la filière du vélo au sein du cluster métropolitain “mobilité active et durable“. Car, au-delà de la possibilité pour les jeunes d’accéder gratuitement à un moyen de déplacement, le dispositif FreeVélo’v va également permettre à des dizaines de personnes de retrouver un emploi ou de poursuivre leurs parcours d’insertion professionnelle. »

« Un dispositif pour se déplacer facilement »

Barretge Vincent20220502_142004_1765994

Vincent Baretge, responsable du service FreeVélo’v chez Vélogik

« Même si le dispositif est jeune et qu’il demande encore à être accompagné d’actions de promotion pour monter en puissance, les jeunes sont en train de s’approprier très rapidement les ­FreeVélo’v. Ce service leur donne la chance de pouvoir se déplacer facilement et gratuitement. Couplé à la plate­forme internet FreeVélo’v, qui permet de réaliser les démarches d’inscription et de prise de rendez-vous pour la mise à disposition du vélo, il est simple d’utilisation. Les premiers retours montrent qu’il répond à un besoin puisque nous constatons que les locataires prolongent, la plupart du temps, leur contrat initial. »

« Travailler en cohérence et en complémentarité »

Benoit LE BEL UNIS VERS L’EMPLOI_1751096

Benoit Le bel, responsable du chantier d’insertion Unis Bike

« Le dispositif permet aux personnes qui travaillent au sein des ateliers d’insertion retenus par la métropole de Lyon dans le cadre du dispositif FreeVélo’v de prendre en charge des missions très diverses allant du démontage à la réparation des cycles. Chacun trouve ainsi sa place selon ses envies et ses compétences. C’est bien dans cet esprit que nous avons organisé la répartition des tâches entre nos différents ateliers, sans se fermer mais, au contraire, en misant sur l’évolution des missions, la complémentarité de nos structures pour offrir les meilleures chances d’insertion aux personnes que nous accompagnons. »

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Prêtés, des vélos reconditionnés donnent des ailes aux étudiants boursiers

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement