Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Démocratie participative

« Il faut sortir les citoyens du rôle de consommateur-électeur »

Publié le 06/05/2022 • Par Mathilde Elie • dans : France

yvan-lubraneski
fabien calcavechia
Si de nombreuses communes rurales ont placé Marine Le Pen en tête au second tour de l’élection présidentielle, Yvan Lubraneski, maire des Molières (Essonne), et vice-président des maires ruraux de France (AMRF), chargé de la culture et de la démocratie, estime que le vote extrême n’est pas une fatalité. L’une des solutions réside, selon lui, dans la participation citoyenne.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Après les scores, parfois très hauts, de Marine Le Pen dans les zones rurales, les élus locaux tentent de comprendre le vote de leurs administrés. Aux Molières (Essonne), Yvan Lubraneski, maire et vice-président des maires ruraux de France, chargé de la culture et de la démocratie, se félicite « du plafond de verre auquel se sont heurtés les votes déraisonnables » dans sa commune. Au second tour, la candidate du Rassemblement national n’a en effet obtenu que 21,99 % des voix. Auteur de « 30 propositions pour pratiquer la démocratie », l’élu met en avant l’importance de la démocratie participative qui permet d’installer « une culture de la coopération plutôt que de la confrontation ».

Comment comprenez-vous le vote Le Pen dans les petites villes ?

Nous sommes dans une crise à la fois ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne
1 Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« Il faut sortir les citoyens du rôle de consommateur-électeur »

Votre e-mail ne sera pas publié

HERMES

06/05/2022 11h39

Bravo monsieur le maire pour cette vision qui si on regarde de plus près est plutôt un leurre.
En effet, comme vous le dites si bien, 90% de la population ne participe pas à la « participation citoyenne » que vous amis en place.

Cela n’est pas étonnant dans une société où il est toujours plus facile de critiquer les décisions que d’y participer.
En fait, chacun de nous a ses propres objectifs et la somme de ces derniers ne peut pas représenter l’intérêt général. par ailleurs avec la fuite en avant de la disparition des prélèvements directs pour une grande partie de la population, comment voulez-vous que la majorité des populations ne demande plus de services? Ils ont en effet la sensation que c’est gratuit, ce qui est une erreur.
Avec la mise en place de plus en plus de dotations de l’Etat, ces personnes payent ces services essentiellement par la TVA!

Par contre, l’avantage des dotations est d’éloigner les élus des conséquences directes de l’augmentation des seules taxes qui restent de leur responsabilité? Moins d’un citoyen sur deux est propriétaire d’un bien immobilier ou bénéficie de dégrèvements sur sa taxe foncière.

Je suis convaincu que si l’on veut remettre le citoyen au cœur des préoccupations, il faut revenir sur ce type de mesure en redonnant aux élus des territoires des responsabilités par la mise en place d’un impôt local que tout le monde acquitterait. Bien sûr, l’Etat réduisant ses versements aux collectivités devrait réduire pour sa part ses prélèvements.
Comme le dit une personne que je connais… un beau projet!

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement