Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Éducation et vie scolaire

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Éducation et vie scolaire

Climat

Comment adapter les établissements scolaires aux vagues de chaleur ?

Publié le 03/05/2022 • Par Hélène Huteau • dans : A la Une Education et Vie scolaire, Actu expert Education et Vie scolaire

école enfant loi blanquer
gpointstudio - stock.adobe.com
Beaucoup d’établissements scolaires ne sont pas aux normes thermiques. Les vagues de chaleur étant de plus en plus récurrentes, à partir de la mi-juin, comment anticiper pour s’adapter et mieux vivre ces épisodes de grande chaleur ?

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Echapperons-nous cet été, comme l’an dernier, aux vagues de chaleur intenables ? Elles étaient présentes en Europe et au Canada l’été dernier, une mortelle frappe le Pakistan et l’Inde dès ce printemps. Le groupement intergouvernemental des experts pour le climat (Giec) relie directement ces épisodes, de plus en plus fréquents, au changement climatique. Les collectivités se doivent d’adapter les établissements recevant des enfants, avec une priorité pour les plus jeunes, qui sont les plus fragiles.

Si la canicule devait frapper cet été, « les établissements ne sont pas prêts », estime Dominique Bruneau, secrétaire fédéral de la Fédération SGEN-CFDT. Sans avoir de diagnostic consolidé au niveau national, le chef de projet bâti scolaire au ministère de l’Education nationale, Sidi Soilmi, estime à «  environ 20 %, la part du parc de l’enseignement secondaire rénové de façon assez performante ». Pour les rénovations les plus lourdes, qui concernent davantage les collèges et lycées, datant des années 1950 à 1980, la proportion de rénovation thermique tombe à 5 % environ, selon le chef de projet.

Les collectivités, et notamment les petites communes, n’ayant pas la masse financière pour rénover aux normes thermiques ce qui constitue en moyenne 50 % de leur parc immobilier, à court terme, que peut-on faire pour améliorer le confort thermique d’été et éviter des fermetures climatiques, comme on a pu le voir en Région Sud ?

Travailler sur les façades les plus exposées au rayonnement solaire

– Isoler les façades par l’extérieur et isoler les combles est l’action la plus efficace mais la plus coûteuse et s’inscrit dans un cycle de rénovation. A noter que ce type de travaux est éligible aux fonds européens et au dispositif des certificats d’économie d’énergie pour boucler les financements.

– Poser des stores extérieurs sur les façades est et ouest et des brise-soleil sur les façades sud, qui laissent la lumière entrer en hiver.

– Peindre de couleur claire les façades et les toitures.

– Isoler les fenêtres avec des doubles vitrages incluant un gaz neutralisant les UV.

Installations techniques

– Ventilation mécanique à programmer avec une surventilation nocturne.

– Le même rafraîchissement peut-être obtenu en laissant les fenêtres et portes ouvertes la nuit. Cela nécessite de régler le problème des fenêtres qui ne peuvent pas s’ouvrir dans certains bâtiments ou encore celui du risque d’intrusion nocturne.

– Certaines collectivités ont fait le choix de la climatisation, bien que celle-ci soit énergivore, et donc, aggrave le réchauffement climatique ainsi que la chaleur à l’extérieur du bâtiment. Les pompes à chaleur sont plus vertueuses pour maintenir une température viable.

– Le puits provençal est une ventilation naturelle qui va chercher la fraîcheur dans le sol.

– Le brassage d’air par ventilateurs permet de supporter les journées les plus chaudes

Végétalisation des espaces extérieurs

– La désimperméabilisation des cours d’école est un mouvement d’ampleur, surtout dans les écoles primaires. On remplace les revêtements goudronnés qui restituent la chaleur, par de nouveaux revêtements poreux ou des espaces de pleine terre, qui infiltrent l’eau de pluie et restituent la fraîcheur ensuite, par évaporation. A Paris, le coût est de 300 à 400 €/m2.

– On plante des arbres, des arbustes et/ou on végétalise par des arbustes en pots, des murs et des ombrières végétalisés.

– L’eau fait aussi son entrée dans les cours avec des circulations d’eau, des brumisateurs et d’indispensables fontaines à eau pour se désaltérer à volonté. Solution simple et peu coûteuse : Grenoble a distribué dans toutes ses écoles des tuyaux percés ou équipés d’un simple système d’arrosage pour asperger les enfants et faire baisser leur température. A Lille, ces cours vertes prévoient même des cuves de récupération d’eau de pluie, pour les jardins pédagogiques.

Formation et sensibilisation des équipes encadrantes

Le risque canicule demande une anticipation des équipes pour communiquer les bons gestes et consignes et trouver des modalités d’enseignement adaptées. Grenoble a ainsi édité une fiche pratique « canicule » pour toutes ses écoles, crèches et centres de loisirs. L’école dehors est aussi une alternative pour les bâtiments insuffisamment ventilés. Cartographier les lieux frais refuges (espaces verts, jeux d’eau, bibliothèque, musée…) est une solution. Paris, Grenoble et d’autres villes ont mis en ligne ces cartes permettant d’identifier ceux à proximité. on peut aussi adapter des menus avec des repas froids qui évitent de produire de la chaleur.

L’Italie est allée jusqu’à ajuster les rythmes scolaires, en allongeant les vacances d’été. Dans le sud de la France, certains maires ont adapté les horaires, en accord avec leur direction académique, faisant entrer les enfants 1h à 1h30 plus tôt le matin, pour laisser une longue coupure méridienne aux enfants, à partir du 15 juin.

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Data visualisation, les agents véritables acteurs de la transformation

de Salesforce

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Éducation et vie scolaire

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Comment adapter les établissements scolaires aux vagues de chaleur ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Éducation et vie scolaire

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement