Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[interview] transparence de la vie publique

« Il y a un retour à la saisine du juge pour faire respecter l’éthique publique »

Publié le 06/05/2022 • Par Brigitte Menguy • dans : Actu juridique, France

PHOTO - IMG_726587_01.jpg
D.R.
Aurore Granero, maître de conférences à l’université de Bourgogne - Franche-Comté et membre de l’Observatoire de l’éthique publique, explique pourquoi la moralisation de la vie publique, même par la voie du juge, n’est pas encore effective.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

La judiciarisation de la sphère publique est-elle un phénomène nouveau ?

Pas du tout. Elle existe depuis la fin des années 80 avec, notamment, l’affaire du sang contaminé qui a conduit à une évolution croissante de la moralisation de la vie politique. Ce qui est nouveau, c’est que nous sommes passés d’une approche préventive de l’éthique publique avec l’adoption de différentes lois à un retour à la saisine du juge pour faire ­respecter les règles édictées.

Ce recours au juge, pénal surtout, croissant depuis dix ans s’explique par l’échec des lois de prévention des conflits d’intérêts et de lutte contre la corruption. Il est aussi le reflet de la perte de confiance des ­Français envers les élus car, en saisissant le juge, ils recherchent un bouc émissaire.

De quels échecs législatifs ...

[70% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Data visualisation, les agents véritables acteurs de la transformation

de Salesforce

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« Il y a un retour à la saisine du juge pour faire respecter l’éthique publique »

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement