Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[OPINION] Ecologie

Transition écologique : donner aux acteurs publics les moyens d’agir

Publié le 02/05/2022 • Par Auteur associé • dans : France, Opinions

transition-ecologique
Curios / AdobeStock
Alors que la prise de conscience des désordres écologiques et les alertes des scientifiques ont atteint un point culminant, les politiques publiques ne sont toujours pas à la hauteur. Des territoriaux réinterrogent les paradigmes de l'action publique.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Véronique Balbo Bonneval, DGS d’université

Julien Fosse, inspecteur en chef de santé publique

Alexandre Fremiot, DGS de l’EPT Plaine commune

Noam Leandri, cofondateur­ du Sens du service public et secrétaire général d’un établissement public

Didier Ostre, DGS de la ville de Marseille

Véronique Ragusa-Bartolone, directrice de l’environnement et l’écologie urbaine à l’EPT Est ensemble

Emmanuel Rouede, DGS de la ville de Grenoble

Wandrille Jumeaux, administrateur territorial, cofondateur du Lierre

Raphaël Yven, directeur d’hôpital, co-fondateur du Lierre

Professionnels de l’action publique investis dans la transition écologique, nous sommes spectateurs, malgré nous, d’un mauvais récit. Alors que la prise de conscience des désordres écologiques et les alertes des scientifiques ont atteint un point culminant, les politiques publiques ne sont toujours pas à la hauteur. Pire, les services publics, premiers remparts pour répondre aux crises écologiques dans une trajectoire d’adaptation socialement juste, sont plus que jamais fragilisés.

Dans ce contexte d’urgence climatique, d’effondrement de la biodiversité et de creusement des inégalités, nous appelons à réinterroger les paradigmes de l’action publique. Les moyens et l’adaptation des services publics, l’association des citoyens aux politiques publiques et l’adoption d’objectifs à la hauteur de l’urgence écologique et sociale devraient être au cœur du débat démocratique, si nous voulons engager une véritable bifurcation de notre modèle vers la soutenabilité. La crise sanitaire comme la guerre en Ukraine, qui fait grimper les prix de l’énergie et des céréales, renforcent la nécessité d’un changement rapide pour adapter nos sociétés à ces menaces et préserver notre autonomie.

Stratégie nationale bas carbone

Seules des décisions politiques, confortées par la dynamique des mouvements citoyens, contri­bueront à fixer un cadre ambitieux à ­l’action publique. Ces évolutions, qu’elles aient pour bjet la transition énergétique, la transformation de l’appareil productif, l’intégration de nouveaux risques dans le système de protection sociale ou la révolution des politiques de recherche et de formation, ne manqueront pas de rencontrer des résistances.

Elles devront être engagées avec courage, inventivité et efficacité. A ce titre, la gestion de la crise sanitaire est riche en enseignements pour identifier les forces et les faiblesses de nos institutions.

Nous pensons que notre action doit être évaluée à l’aune d’objectifs ambitieux en matière de transformation écologique des politiques publiques. Nous souhaitons que les acteurs locaux et nationaux aient les moyens de lancer la stratégie nationale bas carbone dans les territoires et de contrôler son avancement et sa réalisation. Nous voulons des modes de financement spécifiques dédiés aux projets les plus volontaristes. Nous exigeons que les subventions publiques intègrent systématiquement des critères sociaux et environnementaux. Enfin, nous portons l’ambition du déploiement d’un service public de prévention des risques et de la santé environnementale, nouvelle étape de notre système de protection sociale. Dans une période d’épuisement sociétal et de défiance généralisée, cette ambition est de nature à redonner du sens au travail des agents et de la force à l’action collective.

Nous appelons tous les acteurs publics à renforcer leurs efforts en faveur de la transition écologique. Nous continuerons à partager nos compétences et à imaginer de nouvelles solutions sur nos territoires, en agissant avec le réseau du Lierre. Nous sommes prêts à porter cette transformation des politiques publiques, dès maintenant. Demain, il sera trop tard.

Thèmes abordés

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Transition écologique : donner aux acteurs publics les moyens d’agir

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement