Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Développement local

Le coworking, un atout pour l’interco et les salariés

Publié le 05/05/2022 • Par Frédéric Ville • dans : Innovations et Territoires, Régions

Coworking
Yukipon00 / Adobestock
A Chamblay, l’espace de coworking fonctionne bien depuis la fin du premier confinement. La commu­nauté de communes du ­val ­d’­Amour, qui le porte, cherche à implanter deux autres sites.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

[CC du val d’Amour (Jura) 24 communes • 9 100 hab.] Porté par la commu­nauté de communes du ­val ­d’­Amour, le tiers-lieu de ­Chamblay (425 hab.), affilié à Relais d’entreprises (1), ­possède deux bureaux doubles, trois bureaux simples, une salle de réunion accueillant 20 à 40 personnes et un espace détente, le tout équipé du wifi, de photo­copieurs et de scanners. Ouvert en novembre 2019, il est occupé à 80 %, selon l’interco.

La pertinence d’un espace de coworking à ­Chamblay avait été validée par le bureau d’études du Relais d’entreprises. « Nous ne prenions pas de risque, le bâtiment nous appartenant », précise ­Rémi ­Gauthier, directeur­ général des services de l’interco. Au début du fonctionnement, les premiers locataires habitaient dans un rayon de 10 kilomètres autour du ­village : « Nous avions un web designer, des professionnels de médecine alternative… » explique ­Rémi ­Gauthier.

Un psychologue, deux avocates, un ingénieur…

A la réouverture après le premier confinement, au printemps 2020, le tiers-lieu est monté en puissance. « Nous avons des réguliers : un psychologue qui a démarré son activité en juin, deux avocates parisiennes qui viennent trois semaines par mois dans leur résidence secondaire, un ingénieur en mécanique d’une ­start-up parisienne, deux personnes qui créent des produits touristiques et sont là à mi-temps, détaille ­Rémi ­Gauthier. Ce sont aussi des occasionnels qui viennent une à deux demi-journées par semaine : des touristes de l’­Essonne, de la ­Vendée ou de ­Suisse télétravaillant exclusivement. »

Il reste quelques places pour des télétravailleurs ponctuels et un ou deux occupants réguliers. L’arrivée de la fibre, au début de l’année 2021, n’a pu que renforcer l’attracti­vité de l’espace : « Même si nos télé­travailleurs ont la fibre chez eux, ils recherchent à travers l’espace de coworking des échanges avec d’autres », observe ­Rémi Gauthier.

La commu­nauté de commu­nes estime pourtant que des améliorations pourraient être apportées : « Certes, il y a un restaurant à ­Chamblay, mais il manque d’autres services (petite enfance, jeunesse, personnes âgées, etc.), même si un accueil de loisirs a ouvert en janvier 2021 avec un nouveau groupe scolaire », remarque-t-il.

Pôle d’échanges multi­modal

­Rémi ­Gauthier considère qu’il est trop tôt pour dire si le télé­travail (à domicile ou à l’espace de coworking) a permis une hausse de la population de l’­interco : « Toutefois, le foncier et l’immobilier partent vite, avec des prix qui frétillent. »

L’interco envisage à moyen terme deux nouveaux espaces de coworking, l’un dans l’ouest de son territoire, à ­Mont-sous-Vaudrey­ (à proximité de la gare routière), l’autre dans l’est, à ­Mouchard, où se situent la gare TGV et un pôle d’échanges multi­modal prévu courant 2022, ainsi que des annexes dans quelques ­villages proposant un ou deux bureaux ponctuels.

« A nous d’utiliser des opportunités en matière de bâtiments publics, par exemple en profitant des écoles qui deviendront libres lorsque des groupes scolaires verront le jour », précise ­Rémi ­Gauthier.

Contact. Rémi Gauthier, DGS, remi.gauthier@valdamour.com

« J’avais besoin de sortir de mon quotidien »

Cédric Lançon, ingénieur en mécanique et télétravailleur permanent

Lançon-cedric« J’étais en télétravail à domicile pour une société­ parisienne depuis 2017, et mon patron avait ­accepté cette condition sine qua non. Plusieurs raisons m’ont poussé à intégrer l’espace de coworking de ­Chamblay, situé à 2 kilomètres de mon domicile : le confinement et la difficulté à travailler avec les enfants à la maison, l’encombrement de mes deux imprimantes 3D à domicile, le besoin de sortir de mon quotidien et d’avoir une vie sociale.De plus, nous recrutions une personne qu’il n’était pas facile de former à distance. En septembre 2020, j’ai donc loué un bureau double pour nous deux à l’espace de coworking, bien équipé, avec la fibre entre-temps. L’entreprise paye le loyer de 300 euros HT par mois. »

Thèmes abordés

Notes

Note 01 Initiés en 2012 à ­Rieux-Volvestre­ (­Haute-­Garonne), les 94 Relais d’entreprises sont des espaces de coworking affiliés à l’entreprise du même nom, dont certains sont portés par des collectivités. Retour au texte

1 Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le coworking, un atout pour l’interco et les salariés

Votre e-mail ne sera pas publié

A

09/05/2022 11h19

La Communauté d’agglomération Paris-Saclay possède déjà 2 espaces de coworking (sur Massy et Orsay). Ce dernier (Orsay) a été intégré au sein du siège de la communauté Paris-Saclay dont les espaces et niveaux ont été mixés entre le secteur privé et public. Une pépinière et un hôtel d’entreprise partage les différents espaces.
Cette mixité public/privé, alimente l’innovation cher à notre territoire en plein développement au sein du plateau Paris-Saclay.
Si vous le souhaitez vous pouvez venir nous rencontrer afin de vous dévoiler et vous faire partager ces lieux d’un nouveau genre dotés de tous les espaces nécessaires du bien être au travail.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement