Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Climat

Ces collectivités qui ont anticipé le risque de sécheresse

Publié le 03/05/2022 • Par Isabelle Verbaere • dans : France, Innovations et Territoires

gironde2
CC by Nicolas Buffler
Dans de nombreux territoires, les ressources en eau sont déjà à des niveaux anormalement bas et le printemps s’annonce mal.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Le message défile en rouge sur la page d’accueil du site de la mairie de ­Toudon (350 hab.) : « Au regard de la sécheresse importante, la commune est en restriction d’eau. » Une large partie des Alpes-Maritimes a été placée en alerte sécheresse par le préfet dès le 31 mars. Le déficit de pluie oscille entre 40 et 60 %, par rapport à la normale, depuis l’automne.

« C’est du jamais vu, constate Hervé Paul, vice-­président [SE] délégué à l’eau, l’assainissement et l’énergie de la métropole Nice Côte d’Azur [51 communes, 550 500 hab.]. Le lac du Broc, dont le niveau suit celui de la nappe phréatique du Var, devrait être plein. Or son niveau est celui d’une fin d’été. »

Moitié moins de pluie

La situation hydrologique est jugée préoccupante en Paca mais aussi dans le Grand Est, en particulier en Alsace, et en Poitou-Charentes où il a plu moitié moins que la normale au premier trimestre. La météo des semaines qui viennent sera donc cruciale. « Or le scénario le plus probable, déjà en avril, puis pour mai et juin, est plus chaud et sec que la normale à l’échelle de la France, avec des disparités possibles suivant les régions et entre les mois », prévient Simon ­Mittelberger, climatologue et spécialiste du suivi de la ressource en eau à Météo France.

La métropole Nice Côte d’Azur a anticipé les stress hydriques. « Nous avons réalisé de gros investissements en maillage du réseau, pour que chaque habitant du littoral et du moyen pays soit alimenté par au moins deux ressources différentes, se félicite Hervé Paul. Nous avons développé, avec l’université, un logiciel qui nous permet de modéliser l’impact que pourraient avoir les prélèvements sur les ressources, en fonction des températures et de la pluviométrie. Le modèle montre qu’il n’y aura pas de rupture même s’il ne pleut pas dans les prochains mois. »

L’enjeu est d’autant plus important que la métropole couvre aussi en grande partie les besoins en eau potable de la principauté de Monaco et de la communauté d’agglomération de la Riviera française (15 communes, 73 900 hab.). Mais certains villages de haut pays sont déjà menacés par des ruptures d’alimentation en eau potable. « On jauge le niveau d’une centaine de ressources chaque semaine pour suivre leur évolution et l’on répare les fuites, dès qu’on en a détecté une, poursuivi Hervé Paul. Une dizaine de hameaux ont été équipés de citernes d’eau alimentaire de 5 mètres cubes, les villages de réserves d’eau sanitaire de 20 mètres cubes. La collectivité a aussi augmenté ses stocks de bouteilles d’eau. »

En Ille-et-Vilaine, la situation est moins inquiétante. « Mais on commence à s’interroger, car les niveaux des barrages sont plus bas que d’habitude à la même époque, remarque Séverine Bourserie, directrice du syndicat intercommunal des eaux de Beaufort [Sieb, 35 communes, 62 000 hab]. Nous n’avons pas d’eau souterraine et sommes donc très dépendants de la météo. On a frôlé la rupture d’alimentation en janvier 2012. Cela nous a servi de leçon. »

Fuites traquées

Depuis, pour faire baisser ses prélèvements, le Sieb a entrepris de gros travaux afin de réduire les fuites sur son réseau dont le rendement s’élève aujourd’hui à 90 %. Il a multiplié les outils pour aider ses abonnés à faire des économies d’eau et les informer en temps réel en période de stress hydrique. Ce qui lui a valu d’être l’un des onze lauréats 2021 des Trophées du club des économies d’eau, animé par la Fédération nationale des collectivités concédantes et régies.

« Grâce à un automate d’appel, nous envoyons des alertes ciblées, par SMS, téléphone, ou mail, aux usagers dans les secteurs les plus critiques, conclut Séverine Bourserie. On peut ainsi leur donner des consignes, les informer des horaires de coupure. Ce lien direct avec la population la rassure et évite l’effet de panique. »

 « La préfecture a mis en place une cellule de crise qui se réunit chaque semaine »

Stéphane Depont

Stéphane Depont

« Les captages dans les nappes sont plus bas qu’en 2005, année de très forte sécheresse où l’on craignait une rupture d’alimentation explique Stéphane Depont, directeur de l’eau et l’assainissement de la communauté urbaine du Grand Poitiers [40 communes, 194 000 hab.]. On avait même envisagé de mettre en place une canalisation pour récupérer des forages d’irrigation. Une possibilité que l’on aura encore cet automne, si besoin. Mais depuis 2005, la situation s’est améliorée : la consommation est passée de 30 000 à 25 000 mètres cubes, nous disposons d’une ressource en plus et avons la possibilité de traiter les nitrates d’un captage régulièrement pollué. La préfecture a mis en place une cellule de crise qui se réunit chaque semaine depuis avril. Il est demandé aux élus de communiquer régulièrement auprès de la population pour qu’elle modère sa consommation et aux agriculteurs d’attendre avant d’irriguer. »

Cet article est en relation avec les dossiers

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Data visualisation, les agents véritables acteurs de la transformation

de Salesforce

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Ces collectivités qui ont anticipé le risque de sécheresse

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement