Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Cet article vous est proposé par La Commission Européenne

Passez vos bus à l’hydrogène avec l’aide de l’Europe !

Publié le 25/04/2022 • Par Auteur partenaire • dans : Contenu partenaire

VISUEL_ART2
D.R.
Pour atteindre son objectif de neutralité carbone à l’horizon 2050, l’Union européenne mise notamment sur des transports propres : en effet, ce secteur est le plus gros émetteur de gaz à effet de serre (GES) et représentait, en 2019, environ 31 % des émissions françaises. Les collectivités jouent un rôle décisif dans l’atteinte de cet objectif puisque la mobilité urbaine relève avant tout de leur responsabilité.

Les collectivités étant les principaux acteurs de la transition vers une mobilité durable, ces dernières peuvent obtenir des soutiens conséquents de la part de l’Union européenne, à la fois en subventions et en prêts, pour renouveler leurs équipements : plusieurs villes françaises en ont d’ailleurs déjà bénéficié pour s’équiper de bus à hydrogène. Avec la hausse des coûts de l’énergie, ce choix prend encore plus de sens afin de ne plus dépendre de la fluctuation des cours du pétrole ou du gaz.

Un projet technologique innovant à Pau

À Pau, depuis deux ans, lorsque l’on veut rejoindre l’hôpital depuis la gare ferroviaire, on emprunte le Fébus, un bus qui roule à l’hydrogène et circule à 85 % en site propre. Le réseau de transport en commun de la communauté d’agglomération Pau Béarn est ainsi le premier au monde à se doter de bus à hydrogène à cette échelle. Il s’est également lancé dans la structuration d’une filière de mobilité en construisant sa propre station de production et de distribution d’hydrogène, elle-même alimentée par des panneaux solaires. Les piles à combustible des huit bus de Pau sont ainsi rechargées la nuit, permettant une circulation autonome des véhicules sur au moins 240 kilomètres pour le transport de 1 000 voyageurs par heure sur 14 stations. Ces performances sont équivalentes à celles d’un tramway pour un investissement quatre fois moins élevé.

Cette solution de mobilité innovante a bénéficié de financements européens : elle a notamment été développée dans le cadre d’un vaste programme de promotion des usages de l’hydrogène, financé par Horizon 2020 (devenu Horizon Europe), qui soutient la recherche et l’innovation européenne (4,3 millions d’euros). Le Fébus et ses installations ont également bénéficié du Fonds européen de développement régional (FEDER), à hauteur d’1,6 million d’euros.

Les exemples de Houdain ou de Dijon, portés par des aides européennes

D’autres villes françaises bénéficient de financements européens pour s’équiper de bus à hydrogène : c’est le cas de Houdain (Pas-de-Calais, 7000 habitants), au cœur du territoire de l’Artois-Gohelle qui construit six lignes à haut niveau de service. 32 communes sont concernées par les travaux qui représentent un investissement de 405 millions d’euros, dont 65 millions d’euros de subvention du FEDER. La banque européenne d’investissement (BEI) a aussi accordé un prêt à taux préférentiel à hauteur de 110 millions d’euros à l’intercommunalité.

Dijon métropole s’est également lancée dans le remplacement de sa flotte de bus par des véhicules hydrogène. La Commission européenne a sélectionné en juillet 2021 six projets en France auxquels elle alloue plus de 65 millions d’euros de subventions. En appui au financement de ces projets, la Banque des territoires accorde 62 millions d’euros de prêts et la Banque européenne d’investissement complète le tour de table en apportant 40 millions d’euros de prêts : c’est ce qui permettra à Dijon métropole de faire rouler 27 bus propres et économes en 2023.

Commision Europeenne_2022_pied-de-page_444x106

 

 

 

 

Contenu proposé par La Commission européenne

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement