Fonction publique

William Gonzalez : de la pédagogie à la protection des données

Par

Portrait de William Gonzalez, DPO à Orléans.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Communes de la métropole d’Orléans (Loiret, 114 000 hab.)

En entrant dans la fonction territoriale, on ne sait pas trop où l’on va atterrir vingt ans plus tard. En fonction des aspirations, des découvertes, de l’évolution des lois, de nouveaux métiers apparaissent. Pour William Gonzalez, c’est la pédagogie et les logiciels libres qui l’ont mené vers un tout nouveau poste, celui de délégué à la protection des données (DPO). « En y repensant, c’est une évolution assez logique », réfléchit-il. « Au début de ma carrière, il y a vingt ans, j’assistais les utilisateurs face à un problème informatique. Toute l’assistance passait par la conversation téléphonique. Il fallait faire preuve de pédagogie et de beaucoup d’écoute. »

Par ailleurs, il devient très vite un adepte des logiciels libres. « Quand je suis arrivé au service informatique de Fleury-les-Aubrais (Loiret), ils avaient un prestataire branché logiciel libre. J’ai vite compris l’intérêt, autant économique que philosophique. Dans les deux cas, il y a une notion de bien commun ». Adhérent à l’April et utilisateur des logiciels de l’Adullact, le jeune technicien écrit un mémoire sur les façons de migrer de Microsoft Office vers Open Office (aujourd’hui remplacé par Libre Office, ndlr) en 2005. « La méthode reste d’actualité », précise l’informaticien. Il publie également un livre, en 2019, titré « Une expérience libre ».

Dans les années 2000, cette philosophie n’est pas très développée dans les collectivités. « Les agents et élus sont rassurés avec un éditeur, il faut un gros travail d’accompagnement au changement. Mais grâce à ça, j’ai commencé très tôt à faire de la pédagogie positive. » Dans sa pratique, l’ingénieur fait attention à proposer plusieurs alternatives. Il suit des programmes de développement personnel, en autodidacte, et travaille son empathie.

Ces compétences d’écoute et d’accompagnement le mènent vers son rôle de DPO en 2018. « Il a tout de même fallu franchir le pas, quitter une zone de confort », se souvient William Gonzalez, qui passe le concours d’ingénieur après une VAE en 2019. « Cela demande un peu d’introspection. Mais mon nouveau travail est passionnant, au contact de l’humain. Il faut à la fois être en veille sur l’évolution des technologies et de la loi, animer un réseau de référent, et faire de la sensibilisation. Au final, c’est très transversal ». Cerise sur le gâteau, l’ingénieur peut continuer à promouvoir les logiciels libres. « Oui, les logiciels libres vont dans le sens du RGPD, car ils sont transparents par nature. » Coup de chance.

  • 2000 : BTS Informatique de gestion, Orléans.
  • 2004 : concours de technicien supérieur.
  • 2005 : mémoire sur le passage à Open Office, bit.ly/3tzDvqR
  • 2009 : concours d’ingénieur territorial.
  • Depuis 2018 : DPO mutualisé pour 18 communes de la métropole d’Orléans et un syndicat intercommunal.
  • 2019 : diplôme d’université « Délégué à la protection des données », université de technologie de Troyes.
Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

Formations

Evènements

services

Thèmes abordés

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP