Fonction publique

Hélène Rouquette : « Porter l’action au plus près des citoyens »

Par

Portrait d'Hélène Rouquette, directrice nature et paysages à La Rochelle.

La Rochelle (Charente-Maritime, 75 000 hab.)

Le concours d’ingénieur territorial en poche, Hélène Rouquette a su qu’être acteur de projet et améliorer le quotidien des citoyens était ce qui lui plaisait, bien plus que de faire de la recherche. À partir de 2003, elle enchaîne des postes dans trois villes différentes, ce qui lui permet de « porter de beaux projets de territoire avec des équipes motivées ». Elle est sur liste d’aptitude au concours quand elle est contactée par la ville de Toulon (Var) pour le poste de directeur adjoint des espaces verts. « Manager une équipe de 80 agents a été un véritable challenge pour moi mais aussi pour les élus, donner de telles responsabilités à une jeune diplômée », confie-t-elle. En 2007, elle est recrutée au poste de directrice de l’environnement en tant qu’ingénieure principale à Six-Fours-les-Plages (Var). Un nouveau défi puisqu’elle se retrouve dans un service de 80 agents avec un territoire à multiples facettes et de gros projets à mener.

C’est en 2013 qu’elle rejoint la ville de La Rochelle, tout d’abord comme responsable du service espaces verts et naturels, puis comme directrice nature et paysages, une fois la direction créée en 2016. Avec à sa charge vingt-six personnes, elle est notamment responsable des pôles patrimoine arboré, espaces naturels et biodiversité, développement durable et éducation à l’environnement. Ce qu’elle apprécie le plus aujourd’hui, à 45 ans, c’est de travailler à l’échelle communale, avec des équipes expérimentées, de se sentir soutenue par la direction générale et, surtout, de pouvoir être force de propositions. « Ça n’a pas de prix. »

La difficulté au quotidien reste la maîtrise de son agenda et de son plan de charge. En effet, la nature en ville concerne des projets transversaux de plus en plus nombreux, sans moyens humains supplémentaires. Il faut donc suivre des projets d’aménagements pilotés par d’autres directions. « La transversalité est un avantage dans la démarche de projet car elle permet une implication en amont des agents du service nature et paysages mais l’agenda, le plan de charge et les délais à tenir deviennent difficiles à gérer. » Malgré cela, elle reconnaît que la FPT offre de nombreuses possibilités, une ouverture ainsi qu’une certaine liberté. « La FPT permet de ne pas ronronner et de pouvoir changer les choses. Par ailleurs, en tant que femme, les avantages du statut ne sont pas négligeables. »

  • 2000-2001 : Master de foresterie et géomatique, aménagement forestier et science du bois à l’université Laval, Canada.
  • 2001-2003 : école d’ingénieur forestier, AgroParisTech à Nancy.
  • Depuis 2015 : directrice nature et paysages, référente carbone vert et bleu, ville de La Rochelle.
Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

Formations

Evènements

services

Prochain Webinaire

Data visualisation, les agents véritables acteurs de la transformation

de Salesforce

--
jours
--
heures
--
minutes

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP