Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Prévention

Un protocole protège la santé des agents d’entretien

Publié le 22/04/2022 • Par Isabelle Verbaere • dans : France

produits entretien-UNE
©ultramansk - stock.adobe.com
Le département a remplacé les détergents classiques par des produits écocertifiés et apprend aux agents à se protéger.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

[Dordogne 2 383 agents • 413 200 hab.] L’exposition professionnelle au formaldéhyde, plus connu sous le nom de formol, augmenterait de 17 % le risque de troubles cognitifs à la retraite, pointe une étude publiée par l’Institut des neuro­sciences de ­Montpellier (Inserm), le 31 janvier. Les agents d’entretien sont particulièrement exposés à cette substance, déjà classée cancérigène, car beaucoup de produits de nettoyage contiennent du formaldéhyde ainsi que de nombreuses autres molécules toxiques.

Dès 2017, le département de la ­Dordogne a choisi de mettre en place le nettoyage écologique pour améliorer la qualité de l’air dans les locaux départementaux et protéger la santé des agents d’entretien et des usagers.

« On partait de loin, constate ­Camille ­Chotard, technicienne chargée du développement durable. Chaque service avait sa ligne budgétaire pour acheter ses produits. » ­Lionel ­Audy, chef du service des achats, détaille : « On en a recensé plus de 200 différents dont la ­plupart contenaient des substances toxiques. » Or les agents n’étaient pas formés à l’utilisation de ces détergents professionnels très concentrés et agressifs, et les utilisaient comme des produits ménagers.

Coût de revient similaire

Le département a commencé par lancer un marché d’achat des produits et matériels de nettoyage dont le cahier des charges a été élaboré avec l’aide de l’agence ­Alicse, spécialisée en santé environnementale. Il est en œuvre depuis le 1er janvier 2019. Il concerne tous les services du département et environ la moitié des collèges qui ne sont pas obligés d’y adhérer.

Aujourd’hui, quatre produits écocertifiés couvrent l’ensemble des usages. « Certes, ces produits coûtent plus cher que les détergents classiques, mais si l’on respecte les dosages et le protocole de nettoyage, le coût de revient est similaire », poursuit ­Lionel ­Audy.

La seconde étape a consisté à élaborer ce protocole de nettoyage unique. Sept sites pilotes, représentatifs des services et bâtiments départementaux, ont été identifiés et leurs agents d’entretien audités. « Nous les avons rencontrés sur leurs lieux de travail, les uns après les autres, afin qu’ils nous présentent leurs pratiques, expose ­Camille ­Chotard. Puis nous leur avons demandé de tester, pendant deux mois, des produits d’entretien écocertifiés et du matériel de nettoyage : des bandeaux en microfibres à préimprégner. Nous souhaitions qu’ils soient acteurs du changement. C’était une façon de les valoriser. Jusqu’à présent, personne ne s’intéressait à leur façon de travailler. Seul le résultat comptait. »

Nettoyage réduit

Ces tests ont servi de base à l’élaboration du nouveau protocole d’entretien des locaux. « La fréquence du nettoyage des bureaux a notamment été réduite, remarque ­Lionel ­Audy. Les sols étaient désinfectés tous les jours avec des produits biocides, ce qui n’était pas nécessaire. »

Un module de formation a été mis en place avec le CNFPT afin de former l’ensemble des agents d’entretien au nettoyage écologique et le généraliser à l’ensemble de la collectivité. Un quart en a déjà bénéficié. Mais la dynamique a été freinée par la crise sanitaire.

« Nous espérons en former un maximum d’ici à la fin de ­l’année, car ils sont en demande, conclut ­Camille ­Chotard. Certes, cette démarche demande de l’énergie. C’est du personnel à accompagner et à convaincre. Mais les agents qui ont compris les enjeux du nettoyage sain vont l’appliquer chez eux. »

« Tout est pensé, et bien, pour alléger nos contraintes de travail »

Catherine Lagrèze, agente d’entretien en collège

« Je suis agente d’entretien des collèges contractuelle depuis 2015. Avant, j’étais dans la vente. A l’époque où j’ai commencé, on utilisait encore les produits classiques, comme l’eau de Javel. Et même en respectant les mesures de précaution ­– port des gants, ne pas faire de mélange – ces produits nous faisaient éternuer, tousser.

On avait des irritations de la peau. On n’a plus ce genre de problèmes avec les produits écocertifiés qu’on utilise désormais. Alors qu’ils sont tout aussi efficaces ! On a adopté le nouveau protocole de nettoyage depuis deux ans qui est beaucoup moins dur physiquement.

Il n’y a plus de seaux d’eau sur les chariots qui sont beaucoup moins lourds. Les balais sont équipés d’un système de scratch, grâce auquel nous n’avons plus à nous baisser pour changer de bandeau. Produits, matériels de nettoyage, tout dans ce nouveau protocole est pensé, et bien, pour alléger nos contraintes de travail. »

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Un protocole protège la santé des agents d’entretien

Votre e-mail ne sera pas publié

Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement