Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Investissement local

Grosse colère des régions contre Bpifrance

Publié le 19/04/2022 • Par Clémence Villedieu • dans : A la Une finances, Actu experts finances, France

banque
Phovoir
Selon Régions de France, Bpifrance ne prend pas en compte les stratégies régionales en matière de développement. Une défaillance fâcheuse pour les chefs de file de l’économie qui souhaite imposer au prochain gouvernement la création des banques publiques d’investissement régionales.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Si Bpifrance (Banque publique d’investissement) est devenue depuis ces dernières années, avec les Plans d’investissements d’avenir (PIA), France 2030 et les plans de relance,  un opérateur incontournable en matière de soutiens aux entreprises (crédit, garantie, aide à l’innovation et fonds propres), le partenariat avec les collectivités n’est pas satisfaisant.
Pour Régions de France, les conventions signées avec les Régions sont creuses. Les modalités d’intervention de la BPI doivent être clarifiées, les outils doivent être adaptés aux réalités territoriales…

Les présidents de Régions réclament à la BPI de se placer en appui aux politiques de développement économique. Dans le cadre de son livre blanc qui interpelle les candidats à la présidence de la République, Régions de France propose donc la création de BPI régionales, banques locales autonomes vis-à-vis du siège parisien.

Une organisation verticale

En 2015, la Loi NOTRe renforce le chef de filât des régions en matière de développement économique. Pour Mickaël Vaillant, conseiller économie de Régions de France, « les services déconcentrés de l’Etat comme les DIRECCTE se sont adaptés, la Caisse des dépôts a modifié son organisation, les réseaux consulaires ont pris en compte la nouvelle réalité… seule la BPI a gardé son organisation verticale, sans aucune adaptation aux nouvelles réalités territoriales ».

Comme la Cour des comptes le résumait en avril 2021 dans son rapport sur les aides publiques à l’innovation des entreprises : « la difficulté est par conséquent de concilier la centralisation de certaines procédures et décisions opérationnelles avec une appréciation correcte des projets innovants dont la qualité repose, pour une large part, sur l’équipe responsable, son intégration dans le tissu économique local et sa capacité à mobiliser les bons réseaux et contacts ».

Un catalogue d’outils inadaptés

Pour les régions, il n’est pas question de remettre en cause le rôle de la BPI, pivot essentiel pour entraîner les investisseurs privés sur les projets financés. « Pour avoir la capacité de mettre en œuvre leurs stratégies de développement économique qui passent notamment par des stratégies de filières, les régions doivent pouvoir compter sur un opérateur qui prennent en compte leurs spécificités locales. Cela signifie notamment de caler les produits (prêts et investissements) en fonction des priorités régionales. La région Normandie privilège la décarbonation,  l’Auvergne-Rhône-Alpes pousse le secteur de la santé, l’Ile-de-France s’attache à développer les mobilités… chaque région décline ses spécificités qui, aujourd’hui, ne trouvent pas leur place dans un catalogue de produits formaté au niveau national », rajoute Michaël Vaillant.

Régions de France et la BPI travaillent de concert, depuis un an, pour élaborer de nouvelles façons de travailler : la réponse minimale serait de donner aux directeurs régionaux de la BPI plus de pouvoirs ; la solution promue par l’association Régions de France est de remettre à plat l’organisation en s’inspirant des banques mutualistes pour créer, au niveau régional, des banques publiques d’investissement.

Investissements : se libérer de la tutelle de l’Etat

Lorsque les Régions veulent investir auprès des entreprises en fonds propres, elles peuvent le faire si la thématique de leur intervention est prévue dans le SRDEII. Adopté pour six ans, le Schéma Régional de Développement Economique, d’Innovation et d’Internationalisation s’accompagne d’un avis d’opportunité de l’Etat. Une procédure qui limite la réactivité d’intervention. Les régions demandent de pouvoir créer des fonds sans cette tutelle.

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Grosse colère des régions contre Bpifrance

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement