Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[Portrait]

Frédéric Valletoux, monsieur bons offices de la Macronie

Publié le 21/04/2022 • Par Blanche Bourgeois • dans : France

Paris: Frederic Valletoux President FHF
Isa Harsin/Sipa
Proche d’Edouard Philippe, Frédéric Valletoux a un temps fait remonter les doléances des maires à Matignon. Il voit en Emmanuel Macron un chantre des libertés locales.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

De l’utilité d’un élu enthousiaste pour réchauffer des relations parfois polaires. Pendant un quinquennat marqué par le désamour entre le Président et les territoires, Frédéric Valletoux a souvent joué le rôle d’entremetteur. Le maire de ­Fontainebleau fait partie de ces élus de droite très vite séduits par ­Emmanuel ­Macron, tout jeune candidat en 2017. « J’ai senti une énergie, une volonté très forte en lui pour faire bouger les lignes, y compris dans les collectivités locales », raconte ce père de cinq enfants, qui a ­grandi dans la ville impériale pendant son adolescence­.

Après des études d’histoire, il devient journaliste et travaille pour « Pouvoirs locaux » et « Les Echos ». Il est même redacteur en chef de « La Gazette ». Mais, en 2005, ­Frédéric Valletoux­ lâche la presse pour devenir le maire de ­Fontainebleau. Plus de quinze ans après, le quinquagénaire s’étonne encore de l’exigence du mandat local. « Il faut une énergie folle pour faire bouger les choses. Je n’aurais jamais imaginé ça en m’engageant. »

Déjeuner à Matignon

Malgré deux tentatives ratées aux législatives, ­Frédéric ­Valletoux est nommé porte-parole de la ­campagne de Valérie­ ­Pécresse pour les élections régionales en 2014, avant de rejoindre la campagne d’Alain Juppé lors de la primaire de la droite en 2017. Cet ancien LR qui se dit peu attaché aux étiquettes partisanes n’est pas tendre avec son ancien parti. « C’est sous l’ère ­Chirac qu’on a été le plus dur avec les collectivités en rationnant fortement leurs finances », estime avec le recul l’édile.
Si les relations ont semblé particulièrement tendues entre l’exécutif et les associations d’élus locaux pendant le quinquennat ­Macron, Frédéric­ ­Valletoux blâme le jeu des calculs politiciens. « J’ai vu des maires très schizophrènes ces dernières années. Ils ont fait campagne pour François­ ­Fillon, puis ont demandé d’augmenter la place des services publics. »

Sans nier les sujets de friction avec Emmanuel­ ­Macron, concédant que le Président connaissait « mal » les sujets des territoires au début de son mandat, Frédéric­ ­Valletoux jure avoir observé son évolution. « J’ai vu un vrai changement dans ses échanges avec les maires à l’occasion de la crise des “gilets jaunes”. Il a parfois des mots qui surprennent, mais il fait le job et défend la liberté des maires. »

Edouard Philippe lui a aussi permis de mieux connaître ­Emmanuel Macron­. Les deux hommes, qui se sont connus à l’Assemblée des communautés de France, avaient pris l’habitude de se rencontrer autour d’un déjeuner à ­Matignon pour évoquer des « irritants », comme la question du 80 kilomètres/heure qui enflammera les ronds-points quelques mois plus tard. Autour de la table, on trouve également d’autres maires « Macron-compatibles », tous issus des LR, tels Karl Olive­ et ­Arnaud Robinet­, les maires de ­Poissy et de Reims.

Des choses à dire

Cette relative ouverture politique ne se distinguerait pas forcément sur le plan local. « Nous avons eu des passes d’armes rudes avec un défaut de compréhension des élus qui viennent du monde associatif, pas toujours rompu au jeu politique », soupèse ­Roseline ­Sarkissian (PS), son opposante aux dernières municipales. Arnaud­ ­Péricard, qui dirige la ville de Saint-Germain-en-Laye et a souvent fait partie des convives autour de ­l’ancien ­Premier ministre, jette un tout autre regard. « C’est quelqu’un de très posé, de très équilibré, qui dit les choses sans langue de bois », juge ce proche.

C’est d’ailleurs lui qui a ­glissé à Frédéric­ ­Valletoux l’idée d’orga­niser une réunion, fin août à ­Fontainebleau, autour de l’ex-locataire­ de ­Matignon. « On s’est dit que nous, les maires de centre droit, on avait des choses à dire à quelques mois de la présidentielle. On n’était pas sûrs qu’Edouard­ ­Philippe viendrait », jure-t-il. Le maire du ­Havre, qui cherche alors à structurer son futur parti, Horizons­, saute évidemment sur l’occasion.

Calculette post-Covid

Le raout autour d’Edouard­ ­Philippe est également l’occasion, pour Frédéric­ ­Valletoux, de décocher quelques flèches et de faire passer son message à ses anciens camarades restés fidèles à la droite et qui voient les associations d’élus comme des tremplins vers d’autres fonctions. « Elles ne peuvent pas être un point d’appui dans le débat national parce qu’elles défendent surtout la ruralité. Elles cherchent toujours le plus petit dénominateur commun et c’est rarement à la hauteur des enjeux », juge le maire.

Le choix de Fontainebleau­ a aussi été vu comme une récompense pour services rendus. C’est que ­Frédéric ­Valletoux a été apprécié pendant la pandémie de ­Covid-19 en tant que président de la ­Fédération hospitalière de France, mettant du liant dans des relations souvent compliquées entre l’admi­nistration, les soignants et les communes­.

« J’ai découvert la question hospitalière en arrivant à la mairie. Ma place au conseil d’administration de l’hôpital faisait partie du trousseau de clés. » Alors que les collectivités ont beaucoup mis la main à la poche pendant la crise sanitaire, comme pour l’accueil dans les centres de vaccination par les agents municipaux, l’élu suit de près le sujet du remboursement des municipalités par l’Etat.

En attendant, sa proximité avec Edouard Philippe pourrait l’aider, en cas de réélection ­d’Emmanuel Macron,­ à obtenir un poste ministériel, mais le maire de Fontainebleau assure « ne jamais y penser ». On n’est pas obligé de le croire.

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Frédéric Valletoux, monsieur bons offices de la Macronie

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement