Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Fonction publique

Les territoriaux, les fonctionnaires les plus heureux

Publié le 20/10/2011 • Par Sylvie Fagnart • dans : A la une, France

Formation_cours_adulte
Getty Images
L’enquête « Climat social 2011 » de l’observatoire de Cegos, rendue publique le 20 octobre 2011, dessine une territoriale moins insatisfaite de son sort que les autres versants de la fonction publique et que les salariés du secteur privé.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Un chiffre qui en dit long : 77 % des agents territoriaux interrogés par l’observatoire de Cegos (1), dans le cadre de sa traditionnelle enquête sur le climat social qui, pour la première fois, se penchait aussi sur le secteur privé, affirment que leurs « activités sont variées et intéressantes ». Sur l’ensemble des fonctionnaires, ce pourcentage s’établit à 66 % et tombe à 57 % pour les salariés du privé. Une explication à une plus forte motivation revendiquée par ces mêmes agents : 63 % des salariés du public se disent « motivés par (leur) travail actuel » contre 53 % pour ceux du privé.

L’impact de la conjoncture – Cette différence d’appréciation entre les deux secteurs se retrouve également dans celle de l’impact de la conjoncture sur le climat de l’administration ou de l’entreprise. 58 % des sondés, relevant de la fonction publique, estiment que ce climat s’est dégradé. Ils sont 39 % à le penser dans le privé. Parmi les premiers, ce sont les agents de l’Etat qui apparaissent les plus pessimistes : 67 % d’entre eux soulignent cette dégradation, comme 62 % des fonctionnaires hospitaliers et 53 % des territoriaux.

Toujours un peu plus optimistes que leurs homologues de l’Etat et de l’hôpital, les agents de la FPT sont 64 % à penser que « les réformes de l’Etat ont eu un impact sur la qualité du service rendu aux usagers ». Ils sont 74 % dans la FPH et 84 % dans la FPE.

Intéressement – Autre enseignement de cette étude de Cegos : 57 % des fonctionnaires se révèlent favorables aux mesures d’intéressement collectif alors que les primes individuelles liées au mérite ne recueillent que 52 % des suffrages.

Cet article est en relation avec le dossier

Thèmes abordés

Notes

Note 01 Enquête menée du 25 août au 15 septembre 2011 auprès de 1 300 salariés et de 466 DRH des secteurs public et privé, selon la méthode des quotas. Retour au texte

5 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

PLFSS 2022 : qu’est-ce qui change pour les collectivités ?

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les territoriaux, les fonctionnaires les plus heureux

Votre e-mail ne sera pas publié

CAR

21/10/2011 07h44

Bonjour,
Et que le monde des statistiques règne, MDR.

logique

21/10/2011 02h34

Peut-on savoir quel organisme a réalisé ce sondage.
Est-ce que ce sont les fonctionnaires en titre (c’est à dire les titulaires ou stagiaires de la fonction publique territoriale) qui ont répondu ?
Eh oui, parce que les autres ne sont pas fonctionnaires, comme les contractuels, vacataires, chargés de mission, etc… et ils sont nombreux à dépendre des élus, donc ayant intérêt à répondre qu’ils sont heureux…
Ceux qui ont répondu doivent avoir de la colle sur les mains (pour les affiches des élus… en campagne électorale) sinon, ils sauraient que plus ça va, moins l’ambiance est bonne dans cette fonction publique…
parole d’ancien de 38 ans de boutique à qui les jeunes arrivants ne veulent en aucun cas écouter leur vécu et leurs conseils… C’est peut-être aussi pour cela que des bulldozers ayant à faire à la fonction publque veulent les éliminer…
Comment voulez vous que les fonctionnaires soient heureux alors qu’on leur dit qu’un départ à la retraite sur 2 ne sera pas remplacé…
Qui fera le boulot ?
Celui qui va rester et il aura un peu plus de pression car s’il n’arrive pas à faire ce qu’on lui demande, il sera traité d’incapable…
Réfléchissez un peu Mesdames et messieurs les sondeurs, mais bravo pour les questions que vous posez afin d’obtenir de tels résultats.
Comment voulez-vous que quelqu’un réponde non à la question :
Etes vous heureux d’avoir un travail ?

Romain Mazon

21/10/2011 05h47

Bonjour
comme indiqué dans l’article, le sondage est réalisé par Cegos, entreprise de formation professionnelle. Le sondage est téléchargeable via l’article (en haut à droite). Les conditions de réalisation sont indiquées dans le document, ou en note, en bas d’article.

Bon week-end
Romain Mazon
Rédacteur en chef

ALIMAS

22/10/2011 07h52

(09A372A01). EST-IL UTILE VOIRE COHÉRENT DE LANCER UNE ENQUETE VISANT À DISTINGUER DES «CLASSES DE GENS HEUREUX» DANS LE CONTEXTE ACTUEL ? Si l’on confronte objectivement les critères de satisfaction des uns et des autres, à partir des réalités du monde qui nous entoure et des réelles aptitudes et capacités de chacun et chacune à exister pour soi-même et par soi-même, le bonheur devient très subjectif. Tous nous voulons plus et mieux pour soi-même, mais nous ne sommes pas tous capable de faire plus et mieux par soi-même. Je n’imagine pas que l’on puisse se sentir heureux en ayant autour de soi des visages fermés, des esprits tourmentés, des êtres fatigués, sans entrain, sans gaité. Une vie vécue comme on ne l’a pas voulue est une vie foutue. Franchement, voilà, encore une fois, une dépense publique qui ne mène à rien et qui devrait être évitée.

brigitte

24/10/2011 05h54

moi je suis heureuse de travailler car aujourd’hui je viens d’apprendre que je suis titulaire dans la fonction publique en collège et je peux vous dire que tout travail est dur mais le principal je crois c’est d’avoir un salaire tous les mois qui rentre quand on a connu le galère des petits boulots mal payés et du jour au lendemain on n’a plus de travail. On est heureux d’avoir décroché un poste dans la fonction publique les personnes qui se plaignent dans la fonction publique n’ont jamais connu le chômage et vivre en dessous de 450 euros
merci de ne plus vous plaindre

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement