Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Eolien

Eolien : le gouvernement reviendra-t-il sur la restriction du droit de recours des justiciables ?

Publié le 01/04/2022 • Par Léna Jabre • dans : Réponses ministérielles, Réponses ministérielles

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Réponse du ministère de la Transition écologique : Bien que notre mix électrique soit largement décarboné, les deux tiers de notre consommation d’énergie finale reposent toujours sur des énergies fossiles. Pour atteindre la neutralité carbone, en complément de nos efforts d’efficacité énergétique, une électrification de notre économie sera donc nécessaire, dans les transports, les bâtiments et l’industrie.

Malgré une baisse de notre consommation d’énergie totale, nos besoins en électricité vont donc s’accroître. Dans le même temps, nous devons procéder au renouvellement d’une très grande partie de nos moyens de production d’électricité, dont le parc nucléaire, qui arrivera en grande partie en fin de vie d’ici 2050.

Dans son rapport publié le 25 octobre 2021, « Futurs énergétiques 2050 », RTE rappelle que quel que soit le scenario retenu parmi les 6 proposés, « atteindre la neutralité carbone est impossible sans un développement significatif des énergies renouvelables ». En fonction des scénarios, entre 43 et 74 MW de capacité éolienne seront nécessaires à cet horizon.

Dès maintenant, pour accompagner l’augmentation de la consommation d’électricité, il est nécessaire de mettre en service de nouvelles installations de production d’électricité décarbonée. Or, d’ici les 15 prochaines années, compte tenu des temps de développement des nouvelles centrales, le nucléaire ne pourra pas y répondre.

Le développement des ENR est donc indispensable pour continuer à nous chauffer, nous déplacer, produire en France, tout en réduisant notre dépendance aux énergies fossiles.

Toutefois, les projets éoliens peuvent mettre plusieurs années à se développer. Afin de réduire ce délai, les décrets n° 2018-1054 du 29 novembre 2018 et n° 2021-282 du 12 mars 2021 modifient l’attribution de la compétence de premier ressort pour les recours formés contre les autorisations d’occupation du domaine public, les autorisations d’exploiter et l’ensemble des décisions administratives relatives aux projets éoliens terrestres. Pour les éoliennes terrestres, elle est attribuée à la Cour administrative d’appel (CAA). Pour les éoliennes en mer, elle est attribuée au Conseil d’Etat (CE).

Le Gouvernement n’entend pas revenir sur ces dispositions.

Une telle modification de l’attribution de la compétence juridictionnelle en matière de contentieux administratif n’est pas spécifique aux éoliennes terrestres et en mer. En effet, la compétence de premier ressort s’est vue attribuée aux CAA dans des domaines variés, en matière syndicale par exemple (art. R311-2 CJA) ou encore pour l’aménagement commercial (art. R311-3 CJA).

En outre, en parallèle de cette modification de l’attribution des compétences, le gouvernement a mis en place des garanties pour favoriser un développement harmonieux de l’éolien.

Ainsi, Mme la Ministre Barbara Pompili a annoncé, le 5 octobre 2021, la mise en œuvre de dix mesures pour un développement responsable de l’éolien sur le territoire national, dont :

  • la création de comités pour informer les citoyens très en amont et régulièrement sur le développement du projet, afin qu’ils n’aient plus le sentiment d’être tenus à l’écart de l’information ;
  • la création d’un médiateur de l’éolien indépendant, chargé d’accompagner les préfets dans l’instruction des projets difficiles et d’évaluer leur acceptabilité, notamment en s’assurant que la concertation a bien été menée et en proposant aux développeurs des évolutions permettant d’améliorer leurs projets ;
  • l’instruction donnée aux préfets, conformément à la circulaire du 27 mai 2021, d’appliquer le plus haut niveau d’exigences sur la compatibilité des projets éoliens avec les enjeux environnementaux locaux et de réaliser une cartographie des zones propices au développement de l’éolien.

La mise en place d’une nouvelle attribution du contentieux administratif est donc nécessaire pour raccourcir le temps de développement des projets et pour l’atteinte des objectifs de la PPE. Elle s’accompagne, toutefois, d’une prise en compte croissante de l’impact social et environnemental de la filière.

Domaines juridiques

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Data visualisation, les agents véritables acteurs de la transformation

de Salesforce

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Eolien : le gouvernement reviendra-t-il sur la restriction du droit de recours des justiciables ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement