Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[EDITORIAL] Elections présidentielles

Mésentente cordiale

Publié le 25/03/2022 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : France

Emmanuel Macron, discours devant les elus locaux au 103eme congres de l'association des maires de France le 18 novembre 2021
Lafargue Raphael/ABC/Andia.fr
Après la fin d’un impôt local en 2017, place, en 2022, à la réduction le nombre d’édiles : Emmanuel Macron joue la carte des électeurs contre les élus. Au grand dam des associations de collectivités.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Un communiqué furibond en pleine campagne présidentielle. En 2017, l’Association des maires de France était sortie de son habituelle réserve en période électorale. Elle avait voué aux gémonies la proposition phare du candidat Macron, la suppression de la taxe d’habitation, coupable de mettre à mal l’autonomie fiscale des collectivités. Cinq ans plus tard, l’histoire bégaie. Au soir de la présentation du programme du candidat sortant, le 17  mars, l’ADF s’attaque à un président adepte de la « recentralisation ».

Tir de barrage

« Il oublie l’épisode des “gilets jaunes” qui exprimaient le ras-le-bol de celles et ceux qui se sentent abandonnés de la République, notamment dans les secteurs ruraux et outre-mer. Il oublie aussi la pandémie de Covid-19, au cours de laquelle les collectivités ont été les bons échelons de proximité et de solidarité », cingle l’ADF.

La proposition portée par Emmanuel Macron, le retour du conseiller territorial sarkozien appelé à siéger au département et à la région, suscite un tir de barrage. Le patron de l’ADF, François Sauvadet (UDI), y voit l’annonce de la mort de sa collectivité.

L’ancien président de l’Association des régions de France, Alain Rousset, discerne dans l’élu à deux têtes un vecteur de destruction des grandes ambitions territoriales au profit de « la salle polyvalente et du rond-point, comme en 1980 ». En clair : loin d’être porteur d’un nouveau monde, Emmanuel Macron serait l’ultime représentant d’une conception antédiluvienne de la décentralisation.

Cohabitation musclée

A ces critiques, le président marcheur oppose une indifférence souveraine. Il a séché le grand oral de Territoires unis, le 15  mars. Le Président sait que le conseiller territorial, facteur de réduction du nombre d’élus, est une mesure populaire, comme pouvait l’être la fin de la taxe d’habitation au profit du pouvoir d’achat.

Il joue, plus que jamais, la carte des électeurs contre les élus. Si, comme le disent les sondages, il est reconduit dans un fauteuil les 10 et 24  avril, la cohabitation s’annonce encore musclée avec les collectivités territoriales.

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Data visualisation, les agents véritables acteurs de la transformation

de Salesforce

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Mésentente cordiale

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement