Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Logement

Logement social : halte aux contre-vérités !

Publié le 26/09/2011 • Par La Rédaction • dans : Opinions

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Michel Rouge et Dominique Hoorens

Chargé de mission « politiques de l’habitat » à la communauté urbaine Grand Lyon, et Directeur des études économiques et financières à l’union sociale pour l’habitat (USH)

Le logement est l’une des principales sources de préoccupation des Français. Indispensables, les politiques dans ce domaine sont parmi les plus complexes à mettre en œuvre. D’abord, compte tenu de leurs interactions avec toutes les autres politiques (transferts sociaux, sécurité, éducation, transports, etc.) ; ensuite, par leur nécessaire adaptation aux réalités de chaque territoire et, enfin, compte tenu de la diversité des acteurs concernés.

Polémiques stériles – La politique du logement est donc une affaire trop importante pour se prêter aux fausses vérités et aux solutions simplistes. Et c’est bien pourquoi la plupart des acteurs locaux et nationaux du monde du logement ont rejoint l’initiative des « Etats généraux du logement » pour dresser, ensemble et de manière consensuelle, constats et propositions.
Et c’est bien pourquoi, aussi, il faut dénoncer des contrevérités qui ne servent qu’à nourrir les polémiques stériles. Il en est ainsi des travaux de l’Institut de recherches économiques et fiscales (Iref) publiés dans le rapport « La vérité sur le logement social » de juin 2011 qui, sous l’apparence d’une démarche universitaire, véhiculent plusieurs erreurs grossières, malheureusement souvent reprises et diffusées, sur la gestion du parc HLM et les aides publiques perçues.

Très faible taux de vacance – Rétablissons donc quelques « vérités vraies » pour faire taire des rumeurs tout à fait aberrantes et, surtout, profondément choquantes pour le monde HLM, ses opérateurs, ses locataires, ses partenaires et, au premier chef, les collectivités locales.

Non, il n’y a pas dans le parc HLM 400 000 logements (10 % du parc actuel quand même !) vacants parce qu’insalubres. La vacance globale de plus de trois mois s’y établit à 3 % et, si l’on fait abstraction des locaux en attente de destruction notamment dans le cadre des programmes de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru), elle est même de l’ordre de 1 %. De plus, bien souvent, cette vacance tient à des facteurs socio-économiques et non à la gestion des organismes : on sait que la fermeture d’une usine peut réduire fortement le besoin d’un parc social.

Non, les opérateurs HLM ne construisent pas n’importe quoi à n’importe quel prix et ne laissent pas leur patrimoine se dégrader. Ne serait-ce que par le tour de table financier qu’ils imposent, les projets de construction HLM font l’objet de validation de leurs partenaires quant à leur qualité, leur localisation, le public accueilli, leur équilibre financier…

Le secteur HLM est sous contrôle permanent des pouvoirs publics (secrétariat d’Etat au Logement, mission interministérielle d’inspection du logement social, Etat, Caisse des dépôts et consignations, Caisse de garantie du logement locatif social…), de ses actionnaires (1 % Logement, collectivités locales…) et même de ses locataires, par le biais d’enquêtes de satisfaction. Le patrimoine est globalement en bon état (ce qui ne veut pas dire qu’ici ou là ne puissent pas exister des situations encore à améliorer) et bénéficie chaque année de plus 3 milliards d’euros de travaux et [d’autant] pour l’entretien.

Ordres de grandeur – Non, les opérateurs HLM ne bénéficient pas d’argent « qui coule en abondance » ; les aides accordées par l’Etat et les collectivités locales n’alimentent pas leur train de vie ni leurs bénéfices (les organismes sont sans but lucratif et le résultat annuel est réinvesti) ; elles servent uniquement à proposer des loyers plus bas (en moyenne, autour de fortes disparités, les loyers du parc privé sont supérieurs de 50 % à ceux du parc HLM).

Non, il n’y a pas d’un côté un parc privé qui ne bénéficie d’aucune aide et de l’autre un parc social qui en recevrait 9 milliards d’euros par an. Les comptes du logement indiquent en fait que, non comprises les aides à la personne, le parc social bénéficie de 5,8 milliards d’euros d’aides sous toutes formes en 2009, et le parc locatif privé de 4,5 milliards ; ordres de grandeur pas si éloignés, alors même que les contraintes imposées au parc social en matière de loyer, d’accueil, de services aux locataires, d’accompagnement social… sont, sans commune mesure, plus fortes que pour le parc privé.

Une fois écartées les données erronées, et sans contester la nécessité du débat, reste bien le problème actuel, pour le logement social, de répondre à l’intégralité et la diversité de la demande et à s’adapter rapidement, par sa nature même de bien immobile, aux migrations des populations.

La question posée est donc bien celle du développement d’un parc de logements à prix abordable, notamment celui du parc HLM, de sa bonne adaptation à la demande, et non de sa suppression qui laisserait plus de 4 millions de ménages aux prises avec un marché qui peut s’avérer très déconnecté de la réalité de leurs revenus.

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Éradication du SARS-CoV-2 : le robot tueur qui décontamine l’air et les surfaces

de UV FLASH SERVICES

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Logement social : halte aux contre-vérités !

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement