Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Organisation

Des agents aidants soutenus pour une vie professionnelle préservée

Publié le 28/03/2022 • Par Solange de Fréminville • dans : A la Une santé social, Actu expert santé social, France, Métier et carrière santé social, Toute l'actu RH

senior-aidant-UNE
©Peter Maszlen - stock.adobe.com
En silence, des agents aident au quotidien un proche très malade, handicapé ou en perte d’autonomie. Les collectivités peuvent mobiliser différents dispositifs permettant de concilier vie familiale et vie professionnelle.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

«Ma fille est gravement malade. Chaque semaine, je dois l’emmener chez des spécialistes ou à l’hôpital. » Les premiers temps, ­Olivier ­Dubois, électricien employé à Blois (1), prenait sur ses congés. Mais, depuis plus d’un an, il bénéficie de dons solidaires de congés de la part de certains de ses collègues. « C’est une aide très appréciable », indique-t-il. Ils sont 69 à avoir donné 151 jours de congés ou de RTT au « pot commun » depuis deux ans, et trois à avoir bénéficié des 63 jours. Ces dons sont anonymes. « Cela permet une répartition équitable, une fois les besoins évalués », estime Damien ­Bertrand, directeur général adjoint de la CA blaisoise

Le maintien dans l’emploi

Les enjeux ne sont pas négligeables. Aux premiers rangs, la santé au travail et le maintien dans l’emploi. « Les agents qui cumulent leur travail avec l’aide quotidienne apportée à un proche ayant une pathologie lourde risquent de s’épuiser et d’être plus souvent absents », pointe ­Damien ­Bertrand. Autre enjeu majeur : éviter les discriminations envers les femmes, celles-ci étant plus souvent au chevet d’un proche que les hommes. « Cela prend plus de temps aux femmes et cela gêne leur carrière », souligne le DGA. Selon lui, la solution est de donner aux agents aidants les moyens « de mieux concilier vie professionnelle et vie familiale ». Le don solidaire de jours de congés a l’intérêt de pouvoir être géré de manière très souple. D’autres collectivités ont choisi de le faciliter, à l’instar d’Aix-en-­Provence (2) depuis 2018.

Mais les employeurs ont, en plus de ce dispositif, un panel d’actions à leur disposition, selon l’Association des directeurs généraux des communautés de France (ADGCF), qui a publié cette année des recommandations (3) avec Sofaxis. Cela passe par le télétravail qui permet de rester près de la personne aidée. Puis les aménagements du temps de travail. Enfin, le congé de proche aidant ou le congé de solidarité familiale, indemnisés ou rémunérés partiellement, et dont le nombre de jours est plafonné.

Un métier inadapté

­Laurène ­Corral, qui a des jumeaux de 4 ans, dont l’un est polyhandicapé, continue de travailler à plein temps tout en accompagnant son enfant, chaque semaine, à des rendez-vous médicaux et para­médicaux. Agente territoriale spécialisée d’une école maternelle de Vitrolles, elle s’est vu accorder par son employeur 28 jours de congés par an. Mais son métier, trop contraignant, n’était pas adapté à sa situation. Après une mobilité interne, elle occupe un poste de secrétaire au pôle « social et handicap », avec un jour de télétravail par semaine, plus compatible avec sa vie d’aidante. « Cela me permet de continuer à avoir une vie professionnelle et sociale », confie-t-elle.

Des actions sur mesure mises en place

[Vitrolles (Bouches-du-Rhône) 1 200 agents 33 300 hab.] La ville de Vitrolles a mis en place des dispositifs d’accompagnement destinés aux agents dont un proche est très dépendant. Si nécessaire, leur situation est examinée par une commission « santé, social, handicap et prévention », réunie par la DRH, avec le médecin et le conseiller de prévention, la référente « action sociale et handicap », ainsi que les référentes « absence » et « mobilité ». « La commission cherche une solution adaptée et peut engager des actions sur mesure », explique ­Hanane ­Noaman, directrice des ressources humaines. Les horaires d’une agente ont été adaptés pour qu’elle puisse accompagner son conjoint, malade, dans un établissement de santé, une matinée par semaine, tout en continuant à travailler à temps plein. Des parents d’enfants handicapés ont bénéficié d’une autorisation d’absence de 28 jours par an, sur justificatif médical. Depuis 2017, la collectivité leur accorde aussi trois jours de télétravail par semaine. En 2022, les agents concernés suivent une formation de six demi-journées, dispensée par l’Association française des aidants.

Contact : Hanane Noaman, hanane.noaman@ville-vitrolles13.fr

 

Rosa, un guide d’entretien en ligne pour une évaluation personnalisée

La médecine du travail et l’assistante sociale du personnel sont le plus souvent chargés de l’évaluation de la situation de l’agent aidant, en coordination avec la DRH. Rosa, guide d’entretien en ligne mis au point par l’Association française des aidants, facilite cette première étape. Il permet de faire le tour de la situation personnelle, sociale et professionnelle de l’agent aidant, et de repérer d’éventuels problèmes de santé. La collectivité peut alors leur apporter un soutien personnalisé : « Nous les conseillons pour le montage du dossier destiné à la maison départementale pour les personnes handicapées, détaille Fanny Sluzaly, assistante sociale du personnel de Blois. Il nous arrive aussi d’intervenir pour expliquer que les congés pris par leur collègue sont justifiés », précise-t-elle.

Notes

Note 01 ville, CA Agglopolys, centre intercommunal d’action sociale, 43 communes, 1 700 agents, 105 300 hab. Retour au texte

Note 02 2 180 agents, 145 100 hab. Retour au texte

Note 03 « Comment accompagner les agents en situation d’aidant ». Retour au texte

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Des agents aidants soutenus pour une vie professionnelle préservée

Votre e-mail ne sera pas publié

Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement