Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

TRANSPORT FERROVIAIRE

Négociation musclée sur les TER entre Limousin et SNCF

Publié le 19/10/2011 • Par Jean-Pierre Gourvest • dans : Régions

Après avoir vivement réagi aux termes d’une future convention qui augmente considérablement sa participation aux frais d’exploitation de ses trains, le président du Limousin a rencontré le 4 octobre 2011 à Paris le patron de l’opérateur public. Des discussions sont relancées afin de baisser les coûts, sans préjudices pour les cheminots ou les passagers.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

En révélant que chaque employé local de la SNCF coûtait à sa région 80 000 euros par an, Jean-Paul Denanot, président du conseil régional du Limousin, a lancé un pavé dans la mare, lors des Etats généraux des transports ferroviaires, qui se déroulaient à Nantes le 29 septembre dernier.
Excédé par les prévisions de la nouvelle convention qui doit être signée le 31 décembre 2011, et qui annonce une augmentation des coûts à sa charge de 25 % (de 53 millions d’euros actuels à 70 millions) il a provoqué diverses réactions, dont celle de Guillaume Pépy, président de l’opérateur public, qui l’a rencontré à Paris le 4 octobre suivant.
Il a ainsi pu lui présenter un contre-devis, établi à sa demande depuis décembre 2010 par le cabinet d’études allemand TTK (coût : 145 000 euros) qui prouve que ce surcoût n’est pas justifié et qui ouvre la voie à de nouvelles négociations.

Connaître le détail des dépenses engagées – A cet effet, le patron de la SNCF devrait se déplacer à Limoges en novembre 2011 pour en discuter, tandis que la date butoir de la future convention a été repoussée.

Jean-Paul Denanot a précisé « qu’il n’était pas question de toucher aux acquis sociaux des cheminots, ni au service rendus aux usagers par les TER, mais de connaître le détail exact des dépenses engagées ».

Ces négociations sont ouvertes alors que se profile l’ouverture à la concurrence en 2019 et que le groupe privé Véolia-Transdev a proposé au Limousin d’exploiter ses trains.

La région, qui a évoqué via son président « une opacité et un blocage dans les termes et les chiffres de la part de la SNCF » serait ainsi la première de France à avoir obtenu des informations précises sur ces derniers après un « coup de gueule ».
Mais à deux mois de la mise en place des horaires d’hiver, la Bataille du Rail est bel et bien commencée.

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

L’iPad au service des collectivités

de COMPUTACENTER

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Négociation musclée sur les TER entre Limousin et SNCF

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement