Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Présidentielle 2022

Conseiller territorial : Emmanuel Macron dans les pas de François Fillon

Publié le 18/03/2022 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : France

FRANCOIS FILLON
CEDRIC LECOCQ/LA GAZETTE DES COMMUNES
Le candidat sortant reprend à son compte l’élu départemental et régional imaginé en 2001 par le député RPR de la Sarthe. Une piste qu’il partage avec Eric Zemmour.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

C’est une séance de 2001 à l’Assemblée nationale consacrée à la décentralisation qui n’est pas restée gravée dans les mémoires. Et pourtant, c’est bien ce jour-là que l’orateur du RPR, François Fillon sort de son chapeau un drôle d’élu qui, sans avoir jamais vu le jour, sera appelé à une certaine prospérité : le conseiller territorial.

« Nous souhaitons que les conseillers régionaux et généraux soient les mêmes et qu’ils soient élus au scrutin uninominal dans le cadre de circonscriptions redessinées et élargies. En réunifiant ces deux mandats, nous conduirons ces deux collectivités à coordonner leurs stratégies et leurs politiques », met sur la table le député de la Sarthe.

Dans « La France peut supporter la vérité », livre-programme de 2006 écrit à l’adresse du candidat Nicolas Sarkozy ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Cet article est en relation avec le dossier

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Data visualisation, les agents véritables acteurs de la transformation

de Salesforce

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Conseiller territorial : Emmanuel Macron dans les pas de François Fillon

Votre e-mail ne sera pas publié

GROUCHO

21/03/2022 10h36

Etonnants les propos des uns et des autres!

Pourtant, d’une certaine manière, le conseiller territorial existe déjà… et les élus n’y sont pas opposés: ce conseiller c’est celui qui exerce ses attributions au sein d’une commune et d’une intercommunalité!
Il est vrai que pour l’intercommunalité cela pose quelques problèmes de représentativité. Alors que les membres ne sont pas élus au suffrage direct, cette dernière lève l’impôt, sur des bases jamais validées par le Peuple. Je n’ai jamais vu un élu se présentant pour devenir maire, présenter un projet pour l’intercommunalité!

Au niveau du couple Département/Région, il en sera donc de même… Mais c’est moins grave car aucune de ces deux collectivités n’est en droit de lever l’impôt. Par contre, il faudra prévoir une sécurité notamment sur les emprunts qui ne devront pas dépasser certains seuils.

Certains vont dire que je n’ai pas confiance dans les élus, que c’est contraire au principe de libre administration… Je rappellerai simplement que ce n’est pas dans les élus que je n’ai pas confiance mais dans l’Homme! Quant à la libre administration, elle s’exerce dans le cadre de la loi et dans les contraintes fixées par cette dernière.

Enfin, on voit bien qu’il est difficile de quitter le pouvoir. Certains élus sont fiers de dire qu’ils ont exercé leurs fonctions pendant plus de cinquante ans… ce qui se fait au détriment des jeunes qui ne peuvent pas entrer dans ce cénacle.
Or l’avenir appartient aux jeunes! Mais en France, le système des partis nuit à leur émergence.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement