Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Biodiversité

Des hôtels quatre étoiles abritent la petite faune sauvage

Publié le 21/03/2022 • Par Sylvie Luneau • dans : Innovations et Territoires

nichoir
NAT’H Nature-Harmonie
Dans la région Paca, la start-up Nat'H fabrique une gamme de nichoirs et de gîtes en béton de bois intégrés aux bâtiments, pour la petite faune sauvage. Elle vise ainsi à vise à limiter le déclin de ces espèces et à remédier à la destruction de leur habitat naturel.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Nichoirs à chauves-souris, à martinets ou à mésanges, abris à lézards, etc. Nat’H nature-harmonie­ propose une gamme d’infra­structures légères pour abriter la faune sauvage. Située à Alleins (Bouches-du-Rhône), cette toute jeune entreprise est née de la rencontre fortuite d’un ingénieur spécialisé dans le béton et de l’admin­istratrice de la LPO en Paca, à Toulon.

A 56 ans, Olivier Winock, le créateur de la start-up, était en effet directeur d’une usine de produits préfabriqués en béton, jusqu’en 2019. « Lors d’une réunion du syndicat des bétons, l’un des membres a fait remonter une demande de la LPO-Paca, qui recherchait un fabricant de nichoirs en béton de bois. La demande a fait sourire les participants, mais moi je l’ai prise au sérieux », raconte celui qui est aussi bénévole à la LPO.

Préservation du martinet

Depuis plusieurs années, la LPO-Paca mène en effet une démarche exemplaire de préservation du martinet. Cette espèce est protégée, mais en grand déclin.

En 2015, la LPO a lancé le recensement des nids dans la ville. A ce jour, près de 1 400 sites de nidification ont été identifiés. L’association a travaillé en lien avec les services de l’urbanisme de la ville, qui ont cadastré ces emplacements. En 2016, un règlement en matière de ravalement a été édicté, imposant la prise en compte et la conservation des nids ou leur remplacement par des nids artificiels. Le problème, pour les entreprises de construction, était d’en trouver à intégrer dans le bâti. Le seul fabricant était alors en Allemagne et ses délais de livraison beaucoup trop longs.

Multiplication des chantiers

Par le biais de la LPO-Paca, ­­Olivier Winock­ a contacté un spécialiste des martinets afin de définir les caractéristiques du nichoir idéal. Le premier proto­type a été réalisé en septembre 2019 et la demande a été immédiate. « Pour y répondre, et aussi parce que ça me passionnait, j’ai ­décidé de créer Nat’H en décembre 2019 », se rappelle-t-il. Aujourd’hui, les résultats sont très positifs : 97 % des nichoirs à martinets posés ont été o­ccupés en 2021.

En partenariat avec des ornitho­logues, Olivier Winock a créé d’autres nichoirs pour différentes espèces d’oiseaux : chouettes, mésanges, moineaux, hirondelles, rouges-queues. Mais aussi un pour les chauves-souris. Le bouche-à-oreille a fait le reste et les chantiers se multiplient. Ainsi, en janvier 2021, dans le cadre d’une compensation après la destruction d’une ancienne usine à ­Barjols (Var), 70 nichoirs à martinets et 30 à hirondelles ont été installés.

La petite entreprise se développe bien. Son chiffre d’affaires pour 2021 est de 120 000 euros et le prévisionnel pour 2022 de 320 000 euros. Olivier Winock travaille sur un nouveau matériau pour trouver un compromis entre légèreté, isolation et solidité. Et pense se diversifier en créant des hôtels à insectes.

Contact : Olivier Winock, fondateur, contact@nat-h.com, 07.62.46.38.29.

« Les nichoirs ne demandent aucun entretien »

Emmanuel Kopp, directeur « ville durable » de Toulon (170 700 hab.)

« A ce jour, 400 nichoirs artificiels à martinets ont été installés à Toulon et plus de 150 sites de nidification ont été conservés dans le vieux bâti. Pour encourager la démarche, la mairie octroie une subvention si les prescriptions concernant la protection des nids des martinets sont respectées. Elles le sont d’autant mieux que le coût de ces nichoirs est faible. Lors de travaux d’isolation par l’extérieur, ils sont parfaitement intégrés au bâtiment et ne génèrent pas de pont thermique. Ils donnent satisfaction et ne demandent aucun entretien. Avant la création de Nat’H, les difficultés d’approvisionnement en nids artificiels bloquaient les travaux des entreprises. Il est en effet interdit par la loi de détruire des nids d’espèces protégées. »

Thèmes abordés

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Des hôtels quatre étoiles abritent la petite faune sauvage

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement