Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

SALAIRES

Dégel du point d’indice : quel impact dans les collectivités locales ?

Publié le 15/03/2022 • Par Claire Boulland Emeline Le Naour Jean-Baptiste Forray • dans : A la une, A la Une RH, Actu Emploi, Actu expert acteurs du sport, Actu expert Education et Vie scolaire, Actu expert santé social, Actu experts finances, Actu experts prévention sécurité, actus experts technique, France, Toute l'actu RH

phpw6L9ym
capture twitter France info
Le gouvernement a annoncé, lundi 14 mars, à la surprise générale, le dégel du point d'indice avant l'été... soit après l'élection présidentielle. Syndicats et collectivités doivent être consultés jusqu'à la fin du mois. Pour ces dernières, le sujet de l'impact sur les finances locales doit se poser.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Coup de théâtre à deux jours de la manifestation lancée par des syndicats sur le pouvoir d’achat des agents… et à moins d’un mois du premier tour de l’élection présidentielle. Amélie de Montchalin, ministre de la Transformation et de la fonction publiques, a annoncé, le 14 mars, au sortir de la conférence sur les perspectives salariales, le dégel du point d’indice avant l’été. Une mesure qu’elle a longtemps rejeté car jugé « facile », évaluée à 2 milliards d’euros et qui raterait la cible des petits salaires.

Mais avec la guerre en Ukraine, le contexte économique a déjà fortement évolué. « Nous n’avons jamais connu une inflation aussi forte depuis 1991″, expliquait la ministre sur France Info, mardi 15 mars ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Techni.Cités, Club Prévention-Sécurité, Club Finances, Club Santé Social, Club Acteurs du sport, Club Éducation et vie scolaire

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Cet article est en relation avec le dossier

2 Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Dégel du point d’indice : quel impact dans les collectivités locales ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Aurcads

16/03/2022 09h47

Quoi qu’il en soit, et indépendamment de l’exercice risqué d’équilibriste de ce gouvernement et de Madame De Montchalin sur le vaste sujet des rémunérations dans la fonction publique, impossible de ne pas s’accorder sur les éléments suivants :

> Le point d’indice aura été gelé durant l’ensemble du quinquennat (Avril 2017 – Avril 2022), en dépit de la hausse des cotisations retraite annuelle jusqu’en 2020.

> Le protocole PPCR, dont ce gouvernement a repoussé l’application, a 4 ans après, surtout montré à quel point l’allongement des durées d’échelons devenait problématique dans un contexte de le gel du point d’indice et de forte inflation.

> Le décrochage des rémunérations par rapport au secteur privé, s’est accéléré au cours de ce quinquennat où le privé a bénéficié de plusieurs coups de pouce (baisses de cotisation, primes diverses et heures supplémentaires défiscalisées) dont le secteur public a été écarté.
Et si cela ne se voit pas encore totalement dans les statistiques de l’INSEE qui ont 2 ans de latence, la réalité statistique des chiffres va bientôt s’imposer.

> Enfin, le niveau de schizophrénie globale du discours officiel aura atteint des sommets inégalés : d’un côté, le constat d’un manque d’attractivité patent, d’une baisse de la sélectivité des concours, des dégâts énorme du fonctionnaire bashing décomplexé à l’œuvre pendant des années…
De l’autre, les besoins criants en recrutement (au moins 100.000 par an !), la complexité des recrutements à deux vitesses contractuels / titulaires et les risques de scission à moyen terme, des salaires qui ont décroché de 10 points comparé au privé, sur les 10-15 dernières années, une incapacité à instaurer rapidement une protection sociale complémentaire décente pour les agents publics, un jour de carence injuste et cetera, et cetera.

>> Pour résumer, toutes les caractéristiques d’une gestion purement comptable, à la petite semaine et incapable d’intégrer les externalités positives / négatives induites par les mesures, ou l’absence de mesures abordées seulement par le prisme des coûts financiers bruts.

HERMES

16/03/2022 10h18

Il est intéressant de voir que les collectivités s’interrogent sur le coût de cette mesure. Mais il serait aussi souhaitable que les collectivités s’interrogent sur l’augmentation des taux de taxes foncières qu’elles mettent en place.

D’un côté il faut contenir l’évolution de cette dépense obligatoire, de l’autre l’augmentation de la recette est pour le bien public!

Au fait, ces mêmes élus ne reprochent-ils pas aux « patrons » de ne pas augmenter correctement leurs collaborateurs?

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement