Ingénierie

Le Cerema veut se décliner « en version 3.0 »

| Mis à jour le 01/04/2022
Par • Club : Club Techni.Cités

Cerema

Le Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement –lance une plateforme numérique pour mettre en réseau ses experts et les acteurs de territoires. Explications avec Pascal Berteaud, directeur général du Cerema.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

cet article fait partie du dossier

L’ingénierie territoriale se réinvente

Qu’est-ce que la plateforme Expertises.Territoires, opérationnelle depuis le 11 mars ?

Expertises.Territoires, c’est un peu le Cerema en version 3.0. Le Cerema a trois missions : la RetD, l’innovation, le développement méthodologique ; l’appui aux collectivités locales et à l’Etat, et la diffusion des connaissances. Nous les remplissons à travers des études, et, pour la diffusion des connaissances, via notre site internet. Aujourd’hui, à côté de ce système vertical, qui doit continuer, il faut développer un modèle horizontal, qui permette l’échange entre pairs, sur le modèle des réseaux sociaux. Car souvent, les techniciens ou les ingénieurs des collectivités sont seuls sur leur sujet. Avec Expertises.Territoires, nous voulons bâtir des communautés, les animer. Nos techniciens et ingénieurs apporteront du conseil, mais il y aura aussi de l’échange de compétences entre pairs.

Cela va se construire progressivement. Nous pensons arriver à terme à une quarantaine de communautés sur nos six champs d’expertise – ingénierie territoriale, bâtiment, mobilité, infrastructures de transports, environnement et risques, mer et littoral. L’accès à la plateforme sera gratuit et ouvert à tous, y compris aux bureaux d’étude privés – mais ces derniers n’auront pas accès à toutes les communautés. Les maîtres d’ouvrages doivent pouvoir discuter entre eux.

La loi 3DS, promulguée le 21 février dernier, ouvre la voie au changement de statut du Cerema. Où en est ce projet ?   

Le Cerema constitue l’expertise nationale dans six domaines, qui constituent les deux tiers des compétences des collectivités. Si le transfert des routes nationales aux collectivités autorisé par la loi 3DS va à son terme, ce sera même 80% des compétences des collectivités. Donc le Cerema a vocation à être l’expert des collectivités plus que de l’Etat. Mais cela n’était pas possible dans le corpus réglementaire. Après l’avis positif du Conseil d’Etat, il a fallu convaincre beaucoup de monde. C’est cela que la loi 3DS vient changer : le Cerema va devenir un établissement public à la fois national et local. Le décret est déjà écrit, j’espère sa publication fin avril, sinon ce sera avant l’été, pour une mise en œuvre de la nouvelle organisation pour 2023.

Comment va se passer concrètement l’adhésion des collectivités, permise par ce nouveau statut ?  

Les collectivités vont en effet pouvoir adhérer sur un modèle proche de celui des agences techniques départementales, avec une cotisation en fonction de la population. Pour les petites interco, cela représentera une adhésion de l’ordre de 500 ou 1000 euros, et jusqu’à 10 000 euros pour une région. D’ailleurs, les agents de collectivités adhérentes auront accès à un niveau d’expertise plus avancé dans la plateforme Expertises.Territoires.

Où en est le programme Pont, lancé en janvier 2021 ?

Bâti dans le cadre du plan de relance, le Programme national pont vise à offrir un diagnostic gratuit de leurs ouvrages d’art aux petites communes. Il a été bâti pour répondre à la problématique des 28 000 communes auparavant éligibles à l’Atesat (1). Nous avons touché  12 000 communes en six mois, qui sont visitées par une trentaine de bureaux d’études. Les expertises ont commencé en septembre 2021, un tiers des diagnostics sont déjà réalisés. Tout devrait être terminé fin 2022. D’après les premiers résultats, 11 à 12 %  des ouvrages d’art nécessitent des actions immédiates, comme des limitations de tonnage ou des fermetures, et 25% des travaux structurels. Ce sont les chiffres auxquels nous nous attendions.

Comment les communes vont-elles pouvoir financer les travaux nécessaires ?

Suite à cette expertise, les élus se voient remettre un carnet de santé de leurs ouvrages, et les résultats sont aussi entrés dans une base de données. On fait le pari, une fois le diagnostic réalisé, que les maires feront le nécessaire pour entretenir leur patrimoine. L’argent est là, avec les dotations de soutien à l’investissement local (DSIL),les dotations d’équipement aux territoires ruraux (DTER), au département, à la région. Nous avons aussi commencé à nous mobiliser sur ce sujet de l’ingénierie financière.

(1) Assistance technique de l’État pour des raisons de solidarité et d’aménagement du territoire
Dossier

L’ingénierie territoriale se réinvente

Au sommaire du dossier

Lire le premier article
Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • Fibre – TER – Géothermie – Première ministre

    Retrouvez l'essentiel de l'actualité des deux dernières semaines sur les thématiques qui concernent les ingénieurs et les techniciens des collectivités territoriales : environnement, déchets, transports... ...

  • La maintenance du patrimoine bâti à l’heure du BIM

    Le Building Information Modeling a été introduit par l'industrie de l'automobile et s'est progressivement développé dans le bâtiment avec l'appui des économistes de la construction. En effet, ces professionnels qui prescrivent, planifient, quantifient ...

  • Sécheresse : des ruptures en eau potable probables d’ici la fin de l’été

    Le comité d’anticipation et de suivi hydrologique (CASH) s’est réuni le 18 mai au ministère en charge de l’écologie. 2022 sera une année très sèche. Comme en 2019, des ruptures d’alimentation en eau potable ou des dégradations de la qualité de l’eau ...

  • Cartofriches : un répertoire des friches qui monte en puissance

    Cartofriches, l'outil de recensement des friches mis en place par le Cerema à l'automne 2021, est aujourd'hui mis à jour enrichi de nouvelles données. 7 200 friches y sont recensées sur tout le territoire, et le Cerema travaille à de nouveaux partenariats avec des ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

Formations

Evènements

services

Thèmes abordés

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP