Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Mobilités

Quelles mesures pour endiguer le phénomène d’érosion des berges ?

Publié le 09/03/2022 • Par Léna Jabre • dans : Réponses ministérielles, Réponses ministérielles

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Réponse du ministère chargé des Transports : Gestionnaire d’un réseau de transport constitué de 6 700 km de canaux et rivières aménagés, mais aussi garant d’une bonne gestion de l’eau et du milieu attenant à la voie d’eau, Voies navigables de France (VNF) intègre dans ses pratiques la préservation et la restauration de la biodiversité.

En milieu aquatique comme sur les berges, VNF œuvre pour la restauration des habitats naturels et le maintien de la continuité écologique. Zones de transition entre le milieu aquatique et le milieu terrestre, les berges ont une grande valeur écologique et paysagère. VNF restaure chaque année entre 40 et 45 km de berges.

Pour cela, VNF utilise depuis une vingtaine d’années le génie écologique pour la restauration des berges de canaux et de rivières. Ce procédé, plus complexe que la mise en œuvre de techniques dites « dures » (par exemple, avec l’utilisation de techniques de restauration et consolidation de berges par des palplanches) vise à reproduire les caractéristiques d’une berge naturelle, mais aussi à favoriser les continuités écologiques en rétablissant des connexions entre les milieux aquatiques et terrestres dans la logique des trames verte et bleue.

S’appuyant sur la qualité d’enracinement des plantes pour stabiliser la berge, il permet de remplacer les procédés classiques (palplanches en acier, béton) par des matériaux naturels et renouvelables (bois, géotextiles de coco et végétaux).

Les bilans tant écologiques qu’économiques et le bilan carbone de ces techniques sont très favorables. Offrant de nouveaux services de régulation des écosystèmes et de développement des activités récréatives, ces pratiques constituent une approche innovante tout à la fois pour la voie d’eau, les écosystèmes et les territoires. Environ 50 % du linéaire est ainsi désormais restauré selon cette technique.

Domaines juridiques

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Quelles mesures pour endiguer le phénomène d’érosion des berges ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement