Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Finances locales

Inflation : peu d’impacts sur les impôts locaux et tarifs… pour l’instant

Publié le 04/03/2022 • Par Frédéric Ville • dans : A la Une finances, Actu experts finances, France

©Superzoom - stock.adobe.com
Les collectivités locales sont frappées aussi de plein fouet par l’inflation : prix de l’énergie ou des produits agricoles notamment. Pour continuer à financer leurs services, certaines privilégient de recourir au budget général ; plus rarement d’autres augmentent impôts locaux et/ou tarifs.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

L’inflation est bien là : après +0,5 % en 2020, c’était +1,6 % en 2021, +2,9 % en janvier 2022 et entre 3,2 et 3,4 % prévus pour février à juin 2022 selon l’INSEE. Entre octobre 2020 et octobre 2021, les prix des produits agricoles ont augmenté de 14,5 % selon l’INSEE. Pire, « les augmentations de coût de fourniture d’énergie pour les collectivités s’échelonnent entre 30 et 300 % pour l’électricité et le gaz pour des périodes de contractualisation de trois années sur plusieurs centaines de milliers de points de livraison », indiquaient dans un communiqué commun du 25 janvier 2022 au Premier ministre l’Association des Maires de France (AMF) et la Fédération nationale des collectivités concédantes et régies (FNCCR).

  • Hausse du prix de l’énergie : le gouvernement s’écharpe avec les ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Finances

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club finances pendant 30 jours

J’en profite
1 Réagir à cet article

Sur le même sujet

Prochain Webinaire

Data visualisation, les agents véritables acteurs de la transformation

de Salesforce

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Inflation : peu d’impacts sur les impôts locaux et tarifs… pour l’instant

Votre e-mail ne sera pas publié

HERMES

04/03/2022 09h54

Mesdames, messieurs les élus, je comprends que pour maintenir le niveau de service que vous voulez mettre en place sur le territoire vous avez besoin d’avoir des recettes à la hauteur de vos attentes.
Si vous constatez que le coût des énergies va avoir un impact important sur vos dépenses, vous oubliez que les bases des taxes foncières vont progresser naturellement de l’inflation (3,4%).
En même temps, si le prix de l’électricité a une conséquence sur vos dépenses, elle en a une sur vos recette, dans la même proportion: n’existe-il pas une taxe sur l’électricité plafonnée à 12% de la consommation répartie entre le Département et la Commune?

Enfin, si les prix ont augmenté au cours de ces dernières années, ni les salaires, ni les loyers dans les zones non tendues n’ont progressé dans les mêmes proportions. On voit donc une divergence entre les recettes de collectivités et celles du citoyen de la classe moyenne, ce qui n’est pas sans conséquences pour ce dernier.

Contrairement aux collectivités, il ne peut pas décider d’augmenter ses recettes!

La seule solution est donc de réduire sa consommation, en un mot de réduire son train de vie, ce qui n’est pas sans conséquences également pour les entreprises. Il me semble qu’un peu trop souvent les élus ne oublient de prendre en compte ces réalités.

C’est exactement ce que je constate dans la communauté d’agglomération où je suis propriétaire de mon logement. Les médias rapportent la volonté du président de la CA d’augmenter les taux des taxes de 1% en 2023 e encore 1% l’année suivante, après déjà une augmentation non négligeable en 2021.
Etonnamment, sa première adjointe également maire de la principale ville (dont les taux des taxes foncières sont déjà particulièrement élevés) au sein de la CA, s’élève contre cette augmentation.

En conclusion, les élus peuvent toujours continuer à augmenter les taux des prélèvements mais il va bien arriver un moment ou les personnes concernées seront étranglées financièrement.
Il me semble que la question est de savoir dans quelle société on veut vivre: soit tout le monde dispose après prélèvements du même disponible pour en user comme ils veulent, ou non.
A terme, avec une logique de toujours augmenter les prélèvements, le disponible de la classe moyenne sera des plus proche de celui des personnes défavorisées.

Veut on vivre dans une telle société? pour nous? pour nos enfants?

Commenter
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement