Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

énergie

Le soleil en renfort d’une installation géothermique

Publié le 07/03/2022 • Par Olivier Descamps • dans : Innovations et Territoires

annecy geothermie choix 1complexe vallin fier geothermie_1257589
Storengy
Une école teste le stockage thermique intersaisonnier : le sous-sol est chauffé l’été et restitue ses calories quand il fait froid.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

 

[Annecy (Haute-Savoie) 130 700 hab.] Quand les résultats ne sont pas bons, mieux vaut se remettre en question. Probablement maintes fois répétée aux élèves de l’école ­Vallin-Fier à ­Annecy, cette morale s’applique désormais au bâtiment lui-même. Cela fait plusieurs années que le système de chauffage géothermique en place inquiète. La masse de terrain qui accueille dix-huit sondes a vu sa température diminuer, ce qui a affecté les performances des pompes à chaleur chargées d’y piocher des calories, puis d’en rehausser la température.

« Cela est sans doute lié à un problème de dimensionnement de la consommation au moment de la conception », souligne ­Fabrice ­Buzio, coordinateur des questions énergétiques de la ville. ­Annecy a, un temps, envisagé un arrêt pur et simple de l’installation. Mais dans l’éducation, rien n’est jamais perdu. L’ajout d’une toiture solaire permettra finalement de sauver la mise. Désormais, 78 mètres carrés de panneaux produiront l’eau chaude sanitaire dont le bâtiment a besoin. Quand les élèves ne sont pas là et que la demande est faible, en particulier lors de la trêve estivale, ils seront surtout mis à contribution pour réchauffer le sol en prévision de l’hiver.

Couplage expérimental

Ce concept de stockage intersaisonnier commence à émerger (en s’appuyant sur le solaire ou en valorisant la chaleur ­accumulée par le bitume de certaines routes, par exemple). Mais il doit faire ses preuves. A ­Annecy, la ville s’est associée à l’entreprise ­Storengy. La filiale d’Engie cherchait un site pour démontrer la faisabilité de ce couplage solaire-géothermie. Elle a besoin d’évaluer in situ la capacité de tampon du sol et d’apprendre à optimiser la gestion d’un tel système.

Ce développement technologique pourrait, demain, être utilisé sur d’autres installations en perte de vitesse, comme sur des sites urbains en manque d’espace. Pour éradiquer le fioul de son territoire sans privilégier la solution gaz, la ville ­d’Annecy se dit attentive à cette possibilité de sous-dimensionner certaines installations géothermiques en misant directement sur un complément solaire. Si ce couplage a un intérêt à l’échelle du bâtiment, il a un avenir, par ailleurs, dans les réseaux de chauffage urbain où le solaire thermique est sous-utilisé.

Au-delà de la technique

En attendant, ce projet devra faire ses preuves techniquement. Il permettra aussi de parfaire quelques pratiques administratives et financières. En théorie, l’installation de ­Vallin-Fier avait déjà bénéficié des aides auxquelles elle avait droit (au moment de sa création). Il a donc fallu trouver des solutions pour payer les panneaux, la modification du système hydraulique et les deux forages supplémentaires réalisés pour mesurer la température du sous-sol. « Nous avons réussi à travailler avec l’Ademe pour que ce démonstrateur soit compatible avec ses critères de subvention », se félicite ­Sandra ­Moro, experte en géothermie chez ­Storengy.

Contact : Fabrice Buzio, coordinateur des questions énergétiques, fabrice.buzio@annecy.fr

Une gouvernance à redessiner

« On saisit bien le volet technique du démonstrateur, mais il y a eu également un travail important sur la question de la gouvernance », souligne ­Benjamin ­Marias, premier adjoint au maire d’­Annecy. Parmi les partenaires, la ville et ­Storengy donc, mais aussi l’université Savoie Mont-Blanc, « à la pointe du solaire thermique » et qui a été chargée de modéliser les propriétés thermiques du site, car l’enjeu est de développer des solutions adaptées au besoin de chaque projet et de chaque territoire. « On a trop souvent des problèmes de coopération, poursuit-il. Avec ce démonstrateur, on a réussi à les lever. »
Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Data visualisation, les agents véritables acteurs de la transformation

de Salesforce

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le soleil en renfort d’une installation géothermique

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement