Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[EDITO] Crise ukrainienne

Solidarités !

Publié le 04/03/2022 • Par Hervé Jouanneau • dans : France

Cognac Ukraine
Ville de Cognac
Fidèles à la tradition d’hospitalité, et suivant les appels lancés par les grandes associations d’élus, les communes se mobilisent sans compter pour aider la population ukrainienne. Mais, au-delà de l’urgence humanitaire, il faut tirer les leçons du passé. La crise afghane nous l’a montré : pour sécuriser les victimes et dépasser la seule émotion, préparons-nous ! 

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Prise en étau dans un conflit brutal et meurtrier, la popula­tion ukrainienne est sans aucun doute la première victime de cette guerre qu’elle n’a pas voulue. Depuis le début des hostilités, les bombes russes pleuvent sur Kiev et ­Kharkiv, les chars avancent et sèment la terreur dans de nombreuses villes. Partout, dans un paysage de désolation, les femmes et les enfants tentent de fuir en train, en voiture et parfois même à pied. Selon le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés, plus de 500 000 personnes ont d’ores et déjà rejoint les pays frontaliers, notamment la ­Pologne. Au total, ce sont 4 millions d’­Ukrainiens qui pourraient être déplacés si la situation, aujourd’hui imprévisible, venait à s’aggraver.

Mobilisation

En France, l’ampleur du mouvement de solidarité est exceptionnelle. Fidèles à la tradition d’hospitalité, et suivant les appels lancés par les grandes associations d’élus, les communes, chantres du modèle démocratique, se mobilisent sans compter. Certaines s’organisent avec des bénévoles pour apporter une aide d’urgence et acheminer du matériel, des médicaments, des produits de première nécessité, tandis que d’autres, bien qu’elles n’en aient pas la ­compétence, ouvrent les bras aux familles en fuite.

Préparation

S’il est encore difficile de mesurer combien de réfugiés feront le chemin vers la ­France, un vaste programme se met en place pour faciliter leur accueil : l’octroi annoncé d’une protection temporaire qui permettrait aux réfugiés de séjourner jusqu’à trois ans dans l’Union européenne, la création d’un fonds  de soutien spécifique ou la gratuité des trains en ­Allemagne comme en ­France.

Mais, au-delà de l’urgence humanitaire, il faut tirer les leçons du passé. La crise afghane nous l’a montré : l’élan de solidarité des villes françaises s’était alors heurté à de nombreuses ­difficultés. Comment mettre à disposition des solutions d’hébergement ? Et quelle prise en charge ? De nombreuses questions pratiques restent en suspens. Qu’il s’agisse des responsabilités institutionnelles, du financement de l’accueil ou de l’accompagnement des réfugiés, cette nouvelle crise, qui ne sera pas la dernière, doit nous donner l’occasion de penser en amont l’accueil de longue durée. Pour sécuriser les victimes et dépasser la seule émotion. Préparons-nous !

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Solidarités !

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement