Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

[OPINION] fiscalité

« Une fiscalité locale est-elle aujourd’hui légitime ? »

Publié le 21/02/2022 • Par Auteur associé • dans : A la Une finances, Actualité Club finances, Billets finances, France, Opinions

Michel-BOUVIER
VV/Hanslucas.com
Michel Bouvier, professeur des universités et président de Fondafip, s'interroge en pleine campagne présidentielle sur l'avenir de la fiscalité locale. Il estime que nos gouvernants sont face à un choix important : soit "innover" et "répondre au risque d’éclatement ou d’éparpillement de la fiscalité ainsi qu’à celui d’une augmentation simultanée de la pression des divers impôts" si l'on considère que la fiscalité locale est encore légitime, soit "laisser se poursuivre le processus bien installé de transformation vers des dotations ou bien encore de créer un impôt national réparti par l’administration entre les collectivités selon certains critères de péréquation" dans le cas contraire.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Michel Bouvier

Professeur des universités et président de Fondafip

Un processus de disparition de la fiscalité locale et donc de l’autonomie fiscale des collectivités territoriales s’est amorcé dès 1982. Il s’est poursuivi d’années en années, de dégrèvements en exonérations et la suppression de la taxe professionnelle et de la taxe d’habitation ainsi que la baisse des impôts de production ne font que prendre acte et poursuivre une évolution qui s’étale sur quatre décennies et va dans le sens d’une progressive remontée du pouvoir fiscal vers l’État.

Une fiscalité locale de qualité

Cette quasi-disparition de la fiscalité locale peut paraître surprenante lorsqu’on se souvient des qualités qui lui étaient autrefois attribuées tant pour son rôle jugé essentiel pour le développement économique que pour celui qui lui était attribué comme facteur de dynamisation de la démocratie de proximité et de renforcement du consentement à l’impôt. C’était aussi il y a quatre décennies.

Autrement dit, la légitimité de la fiscalité locale semblait alors indéniable et par ailleurs n’a jamais été ouvertement contestée depuis. En revanche, ce qui l’a été c’est l’existence d’un principe d’autonomie fiscale, lequel a été réfuté par le Conseil constitutionnel en décembre 2009 et la trajectoire de cette autonomie au cours des treize années qui ont suivi a finalement confirmé cette décision. Or, les deux légitimités ne sont-elles pas indissociables ? Lorsque la légitimité de la fiscalité locale paraît acquise, celle de l’autonomie fiscale ne devrait-elle pas aller de soi ? A contrario, l’illégitimité de l’une n’emporte-t-elle pas celle de l’autre ? C’est bien parce que les impôts locaux « phares » disparaissent que l’autonomie fiscale devient évanescente.

Cette situation sans être passée inaperçue révèle cependant le peu d’attention dont a été l’objet un phénomène qui s’est déroulé sur la longue durée et dont les facteurs sont multiples, économiques tout autant que politiques. Il est difficile par conséquent d’en appréhender toutes ses dimensions, il est difficile aussi d’en imaginer l’ampleur comme il est difficile pour des générations successives d’en suivre la progression. Peut-être est-il également délicat d’admettre que des impôts dont l’origine remonte à la Révolution de 1789 puissent en quelques années perdre leur légitimité et disparaître.

Quoi qu’il en soit, une question de fond doit être clairement posée : une fiscalité locale est-elle aujourd’hui légitime ?

Un besoin d’innovation

Si cela est le cas, et sachant qu’il serait inefficace de revenir en arrière, l’innovation doit être au rendez-vous. Il convient dès lors de se garder d’une approche purement technicienne qui consisterait à modifier les règles d’assiette. Un préalable est en effet indispensable : définir en quoi l’imposition locale est légitime : par exemple en étant un moyen efficace de financer le développement, par exemple encore en constituant une réponse aux besoins des populations, par exemple aussi en étant une voie d’accès privilégiée à une responsabilisation de la gestion publique et un élément clef de la démocratie de proximité. Un certain nombre d’autres facteurs sont également déterminants au regard de cette légitimité, notamment une gestion de l’impôt cohérente et efficace, des fonctions clairement affichées, des règles fiscales à la fois simples et enracinées dans le principe d’égalité devant l’impôt, un service rendu par la collectivité en rapport avec la charge supportée par le contribuable. Il importe aussi de répondre au risque d’éclatement ou d’éparpillement de la fiscalité ainsi qu’à celui d’une augmentation simultanée de la pression des divers impôts (État, sécurité sociale, collectivités locales). Il est par conséquent indispensable que le système fiscal soit globalement cohérent et, pour cela, qu’il soit régulé. C’est là une condition essentielle pour que la diversité et la complexité du système n’évoluent pas vers le désordre, le chaos et l’implosion.

Si au contraire on estime illégitime une fiscalité, fondement d’une autonomie, il suffit alors de laisser se poursuivre le processus bien installé de transformation vers des dotations ou bien encore de créer un impôt national réparti par l’administration entre les collectivités selon certains critères de péréquation. Pour ses partisans, cette dernière solution qui s’apparente au partage d’un impôt d’État, aurait pour avantage d’une part, une certaine homogénéité dans l’espace, d’autre part, une neutralité qui ne peut exister dans le cadre d’une décentralisation fiscale. S’ajoute un argument économique qui est d’éviter les distorsions de concurrence et les délocalisations non justifiées des entreprises, voire même des ménages. Il est donc considéré que « la centralisation permet l’harmonisation puisque les règles de taxation sont les mêmes pour tous ». Cette centralisation fiscale s’identifie en réalité à une forme de subventionnement. C’est une solution de ce type qu’avait préconisé le 15e rapport du Conseil des impôts (1997) en proposant une taxe professionnelle transformée en un impôt national redistribué aux collectivités locales sous la forme d’une dotation.

Au final, et quels que soient les points de vue en présence, la voie la plus pertinente doit demeurer celle qui est la plus susceptible d’assurer le bien-être des citoyens. C’est bien là, nous semble-t-il, la seule justification sérieuse d’un débat autour de l’autonomie fiscale locale et de la légitimité de l’existence d’impôts locaux.

Cet éditorial a été publié initialement dans le numéro 157 de la Revue française de finances publiques de Février 2022. Pour lire l’article original, c’est ici

2 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Data visualisation, les agents véritables acteurs de la transformation

de Salesforce

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« Une fiscalité locale est-elle aujourd’hui légitime ? »

Votre e-mail ne sera pas publié

François

22/02/2022 08h10

« la centralisation permet l’harmonisation puisque les règles de taxation sont les mêmes pour tous ».
C’est une vision réductrice à mon avis. Chaque territoire a ses particularités et les traiter tous de la même façon, depuis Paris comme de juste, est une vision très soviétique. « L’État » sait mieux que tous ce qui est bon pour les territoires en matière d’infrastructures, d’équipements, de services à la personne.
Allons jusqu’au bout et supprimons les collectivités territoriales, ce sera plus honnête.
C’est en effet celui qui paie qui décide et si Paris décide le montant des dotations il définira qui mérite une aide et qui ne la mérite pas…
L’échelon local était à peu près le seul endroit d’une véritable démocratie, de proximité, avec un retour de l’électeur, c’est encore trop…

HERMES

22/02/2022 09h40

M. Bouvier, votre article est fort intéressant et il pose pour partie les enjeux. Néanmoins, il y a un point que vous n’abordez pas qui est celui du millefeuille de notre pays et pas seulement sur nos territoires.

Dissocier les recettes des collectivités de leur organisation est alors d’une certaine manière répondre à la question. En effet, comment peut-on imaginer un impôt territorial partagé entre plusieurs niveaux de collectivités sans mettre en place une péréquation (donc décidée au niveau national) ou bien laisser chaque niveau décider du taux d’imposition et voir de nouveau apparaître des territoires ou cet impôt local serait insupportable?

Il existe peut-être une voie médiane qui sans totalement rejeter nos processus actuels remettrait en cause notre mode de fonctionnement.

On pourrait imaginer d’un côté un impôt national destiné aux seules missions exercées par l’Etat, sans les péréquations et un impôt local partagé entre les collectivités.
Cet impôt local, lui aussi sans péréquation avec l’Etat disposerait d’un taux global maximal fixé par la loi. Les collectivités (Région, Départements, Intercommunalités et Communes) devraient donc sur le territoire régional définir la répartition entre ces différents niveaux.
Bien sûr, il est certain que chaque niveau voudra en obtenir le maximum. C’est là qu’intervient la logique sur le rôle de chaque niveau que l’on appellera compétences de chaque niveau. Et si les collectivités n’arrivent pas en s’entendre, la loi prévoirait la répartition mais non pas au taux maximal, avec un pourcentage global largement inférieur à celui fixé par la loi.

Enfin, comme l’Etat ne reverse plus de dotations aux collectivités, il réduit pour sa part les taux de prélèvement, non pas de l’impôt national (cela n’a en fait que peu d’intérêt vu le nombre de personnes qui le paye) mais les taxes diverses et autres prélèvements suivant une règle que le Parlement mettrait en œuvre.

Comme vous pouvez le voir, je m’inscris bien dans la logique de M. Bouvier en allant un peu plus loin et en proposant une solution répondant aux différents enjeux, tout en respectant les objectifs des uns et des autres.
Mais dans un pays de plus de mille fromages, on peut craindre qu’il soit difficile de mettre en place un tel type de mesure!

Commenter
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement