Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Prix Territoriaux Gazette des communes/GMF

Un dispositif « maison » empêche les déchets jetés dans les avaloirs de polluer la mer

Publié le 28/02/2022 • Par La Rédaction • dans :

Le Tréport, photo 3 - 380x253
D.R.
Deux agents de cette ville côtière ont conçu des filets à moindre coût pour récupérer les détritus jetés dans les avaloirs. Objectifs : préserver la mer et sensibiliser la population.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

[Lauréat du Prix sociétaire GMF 2021 – Mairie du Tréport]

Les déchets que les passants jettent dans les avaloirs des communes littorales finissent dans la mer. Dans un premier temps, Le Tréport (Seine-Maritime, 4 680 habitants) a placé des pochoirs de sensibilisation, réalisés avec des images libres de droit récupérées sur internet, devant chaque avaloir, avec un logo et l’inscription « Ici commence la mer ». Toutefois, le maire souhaitait aller plus loin et empêcher les détritus d’être rejetés à la mer, en particulier après les épisodes pluvieux. L’idée d’installer des filets sur les exutoires pour capter les déchets s’est rapidement imposée, mais les filets standard du commerce étaient inadaptés : composés de mailles trop larges, ils auraient été peu efficaces et n’auraient pas convenu à tous les exutoires, de divers diamètres. En outre, ils auraient coûté plusieurs milliers d’euros. Grâce à l’ingéniosité de deux agents et à la mobilisation des services techniques municipaux, un dispositif qui retient les détritus en amont pour éviter cette pollution marine a été réalisé à moindre coût. Un ancien marin pêcheur, employé au service environnement, a conçu un prototype de nasses sur mesure à l’aide de simples filets de pêche (cf. encadré).
« Ce système s’est révélé efficace et facile à mettre en œuvre. Nous avons donc commandé à une coopérative maritime des filets professionnels achetés au poids pour une somme raisonnable — environ 400 euros pour 30 m2 de filets », raconte Grégory Aubert, responsable du service voirie.

Et aujourd’hui ?

Les cantonniers n’ont pas de planning précis pour vider les nasses, mais ils les vérifient après les grosses pluies, environ tous les quinze jours. La récolte est fructueuse : chaque fois, entre deux et trois kilos de déchets (bouteilles en plastique, canettes, mégots, tubes de silicone, mais aussi déjections canines consciencieusement emballées dans un sachet…). Les dix-huit exutoires qui se rejettent dans le port ont été équipés ; accessibles à pied, ils sont faciles à entretenir et à vider. «Lors des marées, le niveau de la mer monte et reflue dans la rivière Bresle qui débouche au port, explique Grégory Aubert. Les nasses ont ainsi l’avantage de préserver également la qualité de la rivière». La ville communique régulièrement sur sa page Facebook et son journal municipal pour décrire le contenu et le volume des collectes, afin de sensibiliser les élèves, les touristes et les habitants. « Ce dispositif efficace, simple et peu onéreux a été créé grâce au savoir-faire de plusieurs agents, se félicite Grégory Aubert. Nous envisageons de l’étendre, notamment pour le vannage d’un canal ou d’une zone humide ».

 

Deux nasses imbriquées

Une nasse à mailles larges 50×50 mm, conçue à partir de filets utilisés pour la pêche au chalut et une à mailles fines 8×8 mm, destinée à la pêche à la crevette, sont imbriquées l’une dans l’autre afin de capter tous types de déchets. Pour les fixer sur les exutoires, il fallait une armature non seulement solide mais qui puisse également être facilement ouverte ; le chef mécanicien de la ville a utilisé des chutes de barres en inox, qu’il a dû cintrer pour créer des anneaux, et des vis à papillon permettent aux agents de démonter les nasses sans aucun outil.

 

À propos du projet :

LANCEMENT : automne 2021 / PUBLIC : habitants, touristes, écoles
PARTENAIRES : services techniques municipaux, plusieurs agents ingénieux
BUDGET : moins de 400 euros pour 30 m2 de filets
CONTACT : Grégory Aubert, responsable du service voirie : gaubert@ville-le-treport.fr

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Un dispositif « maison » empêche les déchets jetés dans les avaloirs de polluer la mer

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement