Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Services publics

Les solutions pour que la vie nocturne reste une fête

Publié le 01/03/2022 • Par Nathalie Perrier • dans : A la Une prévention-sécurité, Actu experts prévention sécurité, France

Nuit terrasse cafe
RODOLPHE ESCHER
Si la pandémie de Covid-19 a exacerbé les conflits entre riverains et noctambules, elle a mis en lumière la nécessité d'une approche partenariale et transversale de la vie nocturne qui intègre les enjeux de tranquillité publique, de santé, de transports.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Cet article fait partie du dossier

Vie nocturne : quel rôle pour le service public ?

Elles ont fleuri dans les rues de nos villes, sur les trottoirs et les places de stationnement, à l’été 2020, après le premier déconfinement. Prises d’assaut par les habitants ravis de retrouver une vie conviviale, les terrasses dites « éphémères » n’ont pas tardé, en dépit des tentatives de réglementation, à devenir un objet de discorde, laissant éclater au grand jour la question de la vie nocturne.

« Le dispositif des terrasses, qui a permis de soutenir les professionnels, a entraîné une suroccupation de ­l’espace public, alors que, dans le même temps, le seuil de tolérance au bruit, après des mois de fermeture des bars, avait chuté. Les villes ont été confrontées à une explosion des conflits d’usage et ont compris la nécessité de s’emparer de la question de la vie nocturne », explique ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Prévention-Sécurité

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Prévention-Sécurité pendant 30 jours

J’en profite

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste
marche online

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les solutions pour que la vie nocturne reste une fête

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement