Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Aménagement

Quand la ville se conjugue au féminin

Publié le 14/02/2022 • Par Françoise Sigot • dans : France, Innovations et Territoires

Female traffic pedestrian green light in Madrid city
Getty Images
La ville a été longtemps pensée et construite par des hommes guidés par une vision et des pratiques masculines. Les femmes peinent à trouver leur place au sein de l’espace public du point de vue des usages et de la sécurité. Mais aussi les jeunes, les seniors et les porteurs de handicap.Il faut aménager la ville pour que chacun y trouve sa place.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Un recoin mal éclairé, des équipements sportifs nécessitant beaucoup de force pour être utilisés, un banc positionné sur le haut d’une butte… Au fil du temps, l’aménagement des villes a conduit à en faire des territoires où les femmes se trouvent exclues de certains lieux et équipements. La ville est devenue un espace « genré » où les déséquilibres entre les usagers restent importants. Ce constat conduit les collectivités à prendre en compte le genre dans leurs opérations d’aménagement. L’objectif étant de créer une ville plus inclusive où chacun a sa place. « Il faut faire du “un avec un” et en finir avec le “un plus un” » résume ­Pascale ­Lapalud, urbaniste et cofondatrice de Genre et ville, une plateforme de recherche et d’action dont l’objet est de rendre les territoires égalitaires et incluants.

Des actions le plus en amont possible

L’objectif concerne en priorité les femmes mais, chemin faisant, il s’écarte un peu de sa cible pour englober les jeunes, les seniors et les personnes porteuses de handicap. Avec un point commun : inclure la question du genre dans chaque opération d’aménagement, de la plus petite à la plus importante et en agissant le plus tôt ­possible. Cette règle se généralise au Havre (168 300 hab.), où la mairie boucle les études ­préalables à l’aménagement du parc ­Massillon en considérant le genre dès la genèse du projet. « Nous avons lancé un diagnostic partagé avec les habitants pour voir quels étaient les attentes et les usages dans cet espace », retrace ­Véronique ­­Bonneau-Contremoulins, ­cheffe du service « urbanisme et prospective ». « Ce travail réalisé en amont nous permet de penser les cheminements des piétons, le positionnement et la nature des équipements en fonction du diagnostic. Nous allons confirmer ces grandes orientations en associant les ­habitants à nos réflexions avant d’entrer dans la phase opérationnelle de l’amé­nagement du parc », poursuit-elle.

­Gildas ­Piquet, directeur de l’espace public et des infrastructures de la ville de Rennes (220 500 hab.) et de sa métropole (43 communes, 451 800 hab.), lance, lui aussi, une série d’initiatives afin de considérer le sujet du genre le plus tôt possible dans les opérations d’aménagement. « Nous venons de finaliser un guide de l’aménagement des espaces publics qui reprend des points de vigilance sur la question du genre. Nous poursuivons ce travail avec la mise en place d’un groupe projet qui associe les services “aménagement”, ceux qui assurent l’animation dans l’espace public et ceux qui l’entretiennent », indique-t-il. En systématisant la prise en compte du genre, les collectivités espèrent dégager de grandes tendances pour les aider à construire des espaces publics plus inclusifs. « Nous savons qu’il sera difficile de définir un cadre général », prévient toutefois ­Gildas ­Piquet.

A défaut de s’appuyer sur une recette universelle, les aménageurs publics ont la conviction qu’ils vont pouvoir repérer les principales causes de dysfonctionnements générateurs d’exclusion pour les femmes et d’autres usagers : les recoins et niches créés par l’aménagement, la végétalisation ou un éclairage trop faible sont des facteurs très insécurisants pour les femmes, le mobilier urbain mal implanté, comme certains équipements de sport, est excluant. « Nous avons installé des agrès dans un parc et remarquons qu’ils sont presque exclusivement utilisés par des hommes », illustre ­Gildas ­Piquet.

Les marches exploratoires s’imposent

Pour nourrir leurs réflexions, les aménageurs font d’abord confiance aux usagers et accompagnent ces démarches avec les marches exploratoires. « Nous en avons déjà organisé plusieurs avec des femmes qui, durant ces cheminements, nous alertent sur qui peut faire que l’espace public sera plus ou moins sécurisant pour elles », résume ­Gildas ­Piquet.

Des retours souvent très concrets, notamment sur les sources d’éclairage, le positionnement des voies piétonnes et des espaces de repos, à partir desquels il est plus facile de concevoir une ville non genrée. A la métropole de Lyon (59 communes, 1,41 million d’hab.), les marches exploratoires gagnent du terrain en amont des opérations d’aménagement. La ZAC Armstrong, sur le plateau des ­Minguettes à ­Vénissieux, vient d’ouvrir la voie. « Nous avons réuni une dizaine de femmes début décembre afin de repenser l’aménagement d’une vaste esplanade au cœur de ce quartier qui fait l’objet d’une opération de requalification urbaine. Nous allons prolonger cette première étape par une nouvelle marche réunissant, cette fois, des adolescentes car le diagnostic d’usage a montré qu’elles étaient peu présentes sur cet espace », raconte ­­Cassandre ­Limier, cheffe de projet à la métropole de Lyon.

En amont de la marche, la collectivité a fait appel à des prestataires pour réaliser un diagnostic d’usage de cette esplanade et une étude de sûreté et de ­sécurité publique. « Les données d’usage et de sécurité sont essentielles pour établir les préconisations au maître d’œuvre », assure ­Cassandre ­Limier.

Les cours d’école aussi

Autant d’initiatives permettant d’aller vers une généralisation de la prise en compte du genre, au-delà des seules opérations d’aménagement. Car, en la matière, la palette d’outils s’étoffe. A l’image du budget genré qui fait son chemin. La ville de Lyon (523 000 hab.) a ouvert la voie au printemps dernier. « Il s’agit d’évaluer toutes les lignes budgétaires de la ville pour voir si elles bénéficient autant aux femmes qu’aux hommes », résumait ­Audrey ­Hénocque, première adjointe au maire chargée des finances, en présentant ce projet.

Depuis, ­Rennes, ­Brest, ­Montreuil mais aussi le conseil départemental de la ­Charente lui ont ­emboîté le pas. « Nous sommes en train de définir des indicateurs de suivi de toutes nos politiques. Nous en avons déjà repéré certains, à l’image du sexe des bénéficiaires des dispositifs de tarification sociale, de celui des bénéficiaires des bourses allouées aux chercheurs, mais aussi en interne de celui des agents. En fonction des bilans, nous verrons s’il est nécessaire ou pas de faire évoluer nos politiques », explique ­Charles ­Gauthier, directeur des finances et de la commande­ publique de la ville et la métropole de Rennes.

Les appels d’offres sont mis, eux aussi, au diapason du genre. « Notre cahier des charges précise que nous attendons une prise en compte de la place des femmes dans cet espace public et nous l’appuyons avec une demande de compétences en sociologie ou en ethnologie », précise Cassandre ­Limier, à la métropole de Lyon.

Pour pousser encore plus loin la prise en compte du genre, plusieurs villes la font entrer dans les écoles grâce à l’aménagement des cours. A Lyon, 70 des 207 écoles sont engagées dans ce processus. « Nous partons d’une étude auprès des élèves et de la ­communauté éducative afin de voir comment les enfants utilisent la cour, puis nous les réaménageons avec des équipements favorisant les jeux et activités mixtes », décrit ­Stéphanie ­Léger, adjointe au maire chargée de l’éducation. Cependant, lors de l’inauguration de la première cour dégenrée, un petit garçon a fait remarquer au maire qu’il regrettait les poteaux de foot.

 

« L’espace public plus inclusif pour tous »

Pascale Lapalud, urbaniste et cofondatrice de Genre et ville

Pascale Lapalud« L’aménagement de l’espace public en tenant compte du genre répond à un objectif de partage équitable. Il s’agit d’aménager une ville plus inclusive afin que les femmes, comme les hommes, mais aussi les enfants, les ados, les seniors et les porteurs de handicap se sentent bien dans l’espace public. Pour cela, le genre doit être inclus le plus en amont possible dans les opérations d’aménagement à travers des études et des solutions sur mesure, car si quelques points de vigilance sont désormais connus, l’aménagement non genré reste une démarche qui n’obéit pas à des solutions toutes faites. »

 

« Nous avons édité deux guides de bonnes pratiques »

Hélène Bidard, adjointe à la maire de Paris (2,16 millions d’hab.), chargée de l’égalité « femmes-hommes »

Hélène Bidard« En 2015, nous avons commencé à travailler sur la question du genre avec pour objectif de lutter contre le harcèlement de rue. Très vite, nous nous sommes ­rendu compte que ce phénomène allait souvent de pair avec des lieux qui dysfonctionnaient, des endroits où les hommes s’étaient approprié l’espace public. Cela a acté le point de départ de la prise en compte du genre dans l’aménagement de l’espace public. Depuis, nous avons formé les architectes de la ville et des agents à cette considération pour favoriser la mixité. En partant des retours d’expérience, nous avons depuis édité deux guides qui reprennent des bonnes pratiques en matière d’aménagement et donnent des propositions de réponses pour mieux prendre en coconsidération le genre dans les opérations d’aménagement, car nous savons désormais que cette question doit être traitée le plus en amont possible. »

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Quand la ville se conjugue au féminin

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement