Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Finances

Des «ressources alternatives» grâce à une meilleure gestion du patrimoine

Publié le 07/10/2008 • Par Aurélien Hélias • dans : France

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Alors que les marges de manoeuvre financières des collectivités sont de plus en plus restreintes, la Fédération des maires des villes moyennes (FMVM) vient d’éditer un guide consacré aux moyens de mettre en place une «gestion dynamique du patrimoine» public local. Une impérieuse nécessité «dans une période de contraintes financières fortes» et de «nouvelles réglementations imposées par le gouvernement en matière d’énergie, d’accessibilité ou de logement», justifie Armand Pinoteau, chargé d’études à la FMVM http://www.villesmoyennes.asso.fr/fr/ . «Jusque là, les collectivités comme leurs partenaires s’intéressaient au passif, à la gestion de la dette, mais pas suffisamment à la gestion des actifs, principalement l’immobilier et le foncier», précise Pierre Girard, responsables collectivités locales au groupe Caisse d’épargne et co-auteur de l’ouvrage.

Les collectivités connaissent mal leurs actifs
Premier enseignement : les collectivités, pourtant détentrices de 15 à 20 % du patrimoine immobilier français, connaissent relativement mal leurs actifs. «Il y a donc un travail d’inventaire à mener», estime Armand Pinoteau. «Avant tout travail de gestion active, il faut savoir de quoi on parle : ce que l’on possède, ce que l’on loue, ce que l’on a géré, etc.», ajoute Pierre Girard. Car non seulement le patrimoine est lié à de multiples coûts cachés correspondant aux coûts de fonctionnement induits par les charges de fonctionnement de bâtiments divers, mais il peut également être synonyme de surcoûts en cas de sous-utilisation des biens. «Dans une logique d’efficacité, céder certains biens pour en louer d’autres peut-être plus intéressant», développe Pierre Girard.

Les directions de la gestion du patrimoine étant rares dans les collectivités, la nécessite d’instaurer «une équipe pluridisciplinaire avec un chef de projet», s’avère nécessaire, selon lui, pour parvenir à «une bonne allocation du patrimoine» et trouver «des ressources alternatives aux ressources classiques». Gains d’assurance, diminution des coûts d’entretiens, surimpositions évitées : les marges à dégager sont loin d’être négligeables.

Pour en savoir plus
Téléchargez le bon de commande du guide «Gestion dynamique du Patrimoine» (30 euros)

Prochain Webinaire

Déserts médicaux, comment s'en sortir ?

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Des «ressources alternatives» grâce à une meilleure gestion du patrimoine

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement